Indiana Jones et la Machine Infernale
►Test
Olivier B.

Indiana Jones et la Machine Infernale, le test sur GBC

Les possesseurs de N64 et de PC ne seront pas les seuls à goûter aux joies d’Indiana Jones et la Machine Infernale ! Adapté sur GBC par les bons soins de la petite société HotGen (auteur de Obi Wan Adventures et de Resident Evil, finalement annulé sur GBC), cet épisode – inconnu au cinéma – aurait pu s’appeler le plus simplement du monde Indiana Jones, sur les traces de Lara Croft car nous sommes en présence d’un véritable Tomb Raider-like. Cocasse quand on sait que Lara est inspirée d’Indiana… Les capacités 3D de la GBC n’étant pas exceptionnelles, nous devrons nous contenter d’une 3D isométrique du plus bel effet. Le scénario met en scène d’affreux russes communistes prêts à tout pour s’accaparer le pouvoir et prendre le pas sur les Américains. Sophia Hapgood, une vieille amie d’Indy, découvre qu’un scientifique soviétique, Gennadi Volodnikov, opère d’importantes fouilles archéologiques sur le site de la Tour de Babel. La légende voudrait qu’une antique machine y soit enfouie, faisant office de porte dimensionnelle. Notre aventurier compte bien prendre de court les soldats de l’Armée Rouge en découvrant ce trésor inestimable le premier. Mais pour ce faire, il va lui falloir récupérer et assembler les

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Mario Tennis, le test sur GBC

Jeu, set et match ! Une nouvelle fois, les développeurs de Camelot ne se sont pas contentés d’effectuer une banale adaptation de leur hit N64. Certes le gameplay, particulièrement réussi, a été conservé, mais la durée de vie se voit prolongée par l’ajout d’un mode RPG, copie conforme de celui rencontré dans l’excellent Mario Golf. Vous débutez le tournoi, le Mario Tour, en bas de l’échelle de l’académie de tennis. Vous choisissez votre joueur parmi les quatre disponibles. Chacun possède des caractéristiques qui lui sont propres, selon onze critères classés en quatre catégories (effet, contrôle, puissance et vitesse). A vous de faire progresser votre tennisman à la force de vos doigts afin de remporter des tournois et atteindre la senior class puis, ultime récompense, affronter le meilleur joueur au monde : Mario (quel talent !). Le Mario Tour monopolisera donc la majeure partie de votre temps. Malgré tout, d’autres modes sont disponibles. Exhibition permet de lancer rapidement un match en simple ou double, à un ou deux joueurs par le biais du link. Les quatre surfaces sont jouables et la difficulté est ajustable (cinq niveaux en tout). Trois tennismen sont sélectionnables d’entrée de jeu (Luigi, Donkey Kong et Baby Mario),

Lire la suite »
Konami Winter Games
►Test
Olivier B.

Konami Winter Games, le test sur GBC

On ne peut pas dire que Konami soit un maître en matière de simulation de sports d’hiver. Après un passage catastrophique sur Nintendo 64 (Nagano Winter Olympics, à éviter comme la peste), la firme japonaise tente un autre essai avec Konami Winter Games sur Game Boy Color. Huit disciplines sont représentées : Ski Jumping K-90, Downhill skiing, Speed skating, Half Pipe, Bobsleigh, Aerial freestyle skiing, Ski Jumping K-120 et Snowboard Giant Slalom. La diversité est donc présente et il est possible d’accéder à n’importe laquelle de ces épreuves directement, dans le mode Challenge. Plus intéressant, le mode Championship vous attribue un nombre de points proportionnel à vos exploits. A vous, médailles et autres coupe ! Trêve de plaisanterie, le titre n’est pas si accessible : les contrôles sont quelques fois étranges, parfois simplifiés à l’extrême. Dans les descentes, par exemple, impossible de freiner ou d’accélérer, le seul mouvement permis étant le glissement latéral. Une mémorisation parfaite des parcours est donc indispensable. D’autre part, les combinaisons de touches à effectuer sont difficilement réalisables. Ce problème rebutera plus d’un joueur et c’est dommage car la réalisation est bonne, les graphismes et les sons plutôt agréables. On entend le bruissement de la neige,

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Shrek, le test sur Game Boy Color

Voici l’exemple type du jeu doté d’une licence en or massif et bâclé : Shrek ! Il y avait pourtant de quoi faire un soft intéressant avec un film sympa et un héros attachant… Pour exploiter le filon le plus rapidement possible, les développeurs n’ont rien trouvé de mieux que de réaliser un jeu de… combat. Presque aucun rapport avec le film donc, si ce n’est les neuf personnages mis en scène (dont deux cachés). Les coups sont ridicules au possible (pet enflammé, cri strident, coup de sac à main, etc.) et ne présentent aucun aspect technique (aucun combo). Les graphismes sont laids, les protagonistes minuscules et très mal animés. Pis, tout ce petit monde se permet même le luxe de ramer, un comble ! Et dire que cette cartouche risque de se vendre comme des petits pains… J’en suis vert.

Lire la suite »
Bassmasters Classic
►Test
Olivier B.

Bassmasters Classic, le test sur Game Boy Color

Encore une simulation de pêche ! En quoi Bassmasters Classic tire-t-il son épingle du jeu ? En presque rien, en fait, car il reste beaucoup trop simpliste. Durant les tournois, vous devez remplir des objectifs précis dans les temps impartis. Malheureusement, dès que le poisson mord à l’hameçon, il ne reste plus qu’à le remonter selon un principe de dosage (où l’on gagne à tous les coups) vraiment exaspérant. De nombreuses options de jeu sont proposées comme choisir son profil de pêcheur ou le lieu précis de pêche. La gestion des conditions environnantes influe également sur la partie. Les musiques sont sympa mais le reste de la réalisation déçoit : les graphismes sont assez fades et le comble : on n’aperçoit jamais les poissons dans l’eau !

Lire la suite »
Armorines : Project SWARM
►Test
Olivier B.

Armorines : Project SWARM, le test sur Game Boy Color

Tiens ! Les Allemands de Neon sont de retour sur console après un Tunnel B1 peu glorieux sur consoles PlayStation et Saturn. Autant le dire tout de suite, Armorines : Project SWARM ne va pas les sauver, car il s’agit d’un très mauvais jeu d’action. Et ce, pour une seule et unique raison qui gâche tout : les graphismes sont d’une laideur rare. Le premier niveau est composé uniquement de couleurs glau-ques : rouge foncé, vert fluo, violet… Terrible ! L’intérêt est, lui aussi, très limité : suréquipé, vous avez pour mission de nettoyer une base spatiale infestée d’aliens. L’action est extrêmement répétitive, bien que les adversaires semblent dotés d’un minimum d’intelligence. Il y a, bien sûr, quelques bonus à ramasser, on se croirait en fait devant une copie conforme de Loaded, ce qui n’est pas forcément une référence.

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

NBA Showtime, le test sur GBC

NBA Showtime est la copie conforme de NBA Jam, tout y est identique à quelques détails près. Il s’agit donc d’un jeu de basket-ball totalement fantaisiste où deux équipes de deux joueurs se lancent un véritable défi physique, à la limite du street-ball ! Les 29 équipes officielles du tournoi américain sont présentes ainsi que les modes de jeu classiques : Tournoi, Playoffs, Practice, Exhibition… Mais l’option la plus intéressante est certainement celle qui consiste à coacher ses joueurs tout au long des épreuves en améliorant leurs aptitudes physiques. En gagnant des matchs, on accumule des points et on monte dans le classement général. Les paramètrages sont complets, ce qui est paradoxal pour un jeu d’arcade. Les parties sont rythmées et vous réaliserez des dunks spectaculaires bien plus souvent que des simples tirs à mi-distance ou à trois points ! Le panel d’actions réalisables est assez varié, malgré le faible nombre de touches de la Game Boy. Tout dépend, en fait, de la vitesse du joueur et de sa position dans la raquette. Les sprites des sportifs sont de taille convenable, mais la réalisation générale manque de détails et les couleurs ne sont pas assez contrastées. Au final, l’action se

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Logical, le test sur Game Boy Color

Logical est un jeu de réflexion moyen comme il en arrive deux ou trois chaque mois sur Game Boy. Le principe est assez étrange : des billes de couleurs différentes circulent dans un tube. Il s’agit de les faire évacuer à l’aide de quatre molettes qui comportent elles-mêmes quatre compartiments. Le but du jeu est, bien sûr, de les remplir avec des billes de même couleur pour pouvoir passer au niveau suivant. Pour corser le challenge, un temps minimal est imparti, ce qui ne fait qu’augmenter le stress du joueur déjà excédé par la musique trop répétitive. Au fil des niveaux, divers obstacles apparaissent : téléporteurs, bloqueurs, changeurs de couleurs, etc. On regrettera l’unique mode de jeu et un concept difficile d’accès comparé à un Tetris.

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Yannick Noah All Star Tennis 2000, le test sur GBC

Vous vous souvenez de All Star Tennis version 98 ? Il est enfin colorisé ! Bien sûr, toutes les règles officielles sont respectées, mais nous sommes tout de même en présence d’un jeu d’arcade pur et dur. Qui s’en plaindra ? Personne, car c’est une petite merveille de jouabilité et de précision. Que l’on soit débutant ou joueur confirmé, on entre rapidement dans la partie et l’on place ses balles avec une facilité déconcertante. Les coups sont nombreux, en partie gérés par la console pour un maximum de convivialité. Une option permet d’activer des tirs spéciaux dévastateurs, pour peu que l’on soit capable de les sortir dans le feu de l’action ! Seulement trois modes de jeux sont proposés (Smash Tennis, Arcade, Bomb Tennis), mais cela semble amplement suffisant. Le dernier cité est particulièrement fun, chaque impact de balle sur le sol dépose une bombe qui explose au bout de quelques secondes et handicape le joueur adverse s’il a le malheur de passer à proximité ! C’est au niveau de la durée de vie de l’ensemble que l’on peut faire un reproche, car il n’y a que huit grandes stars et autant de courts de tennis sélectionnables. On en fait

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Spy vs Spy, le test sur Game Boy Color

Spy vs Spy est le genre de jeu totalement original qui faisait jusqu’ici cruellement défaut à la Game Boy Color. Deux espions s’affrontent dans un duel à mort. Leur mission est la suivante : retrouver le plus vite possible quatre objets dispersés dans les pièces d’un immeuble, ainsi que la mallette qui permettra de les transporter, puis trouver la sortie. Tout le jeu baigne dans une ambiance délirante fidèle au comics du magazine satirique américain Mad ! dont il est tiré. Ces espions ne sont pas à court d’idées diaboliques pour se ralentir mutuellement dans leur quête. Les objets sont cachés dans les meubles des pièces mais attention : il se peut très bien que l’adversaire soit déjà passé par là ! Alors, il y a de fortes chances qu’en ouvrant un placard, une bombe explose ou qu’en ouvrant une porte, un seau d’eau vous tombe sur la tête. Il existe même une parade à ce dernier coup foireux, le parapluie ! Celui-ci sert également à fracasser le crâne de l’espion ennemi car les combats au corps à corps sont aussi permis, aux poings ou à l’arme blanche. Ces espions sont fous et décidément prêts à tout. En solo, le

Lire la suite »
✎Interview
VTG

Notre interview de Raúl Rubio Munárriz sur GYLT

Interview en français Vous le savez surement avec le temps mais lorsqu’un jeu me plait, j’ai forcément tendance à en parler beaucoup. Parmi ce premier trimestre 2024 un peu morne dans les sorties jeux vidéo, j’ai découvert le jeu GYLT sur Nintendo Switch, jeu que j’ai adoré sur de nombreux points. Vous pourrez d’ailleurs retrouver mon test si vous n’aviez

Lire la suite »
¶Dossier
Manoloben

Les 10 Meilleurs Jeux de Société pour Enfants de Tout Âge : Découverte Ludique

Dans un monde où la technologie occupe une place prépondérante, les jeux de société pour enfants reviennent sur le devant de la scène comme une bouffée d’air frais. Non seulement ils offrent une alternative séduisante aux écrans, mais ils se révèlent être des outils pédagogiques puissants, capables de stimuler l’imagination, de développer des compétences sociales et de renforcer les liens

Lire la suite »
¶Dossier
La Team

Les 10 jeux les plus cher de la GameBoy (et non « le »)

La GameBoy est LA première console de jeux vidéo portable développée et fabriquée par Nintendo, a été lancée en 1989 (on ne compte pas les Game & Watch). Elle a connu un immense succès et a accueilli une grande variété de jeux. Et forcement aujourd’hui, elle fait des envieux, je vous comprends les jeunes, ça me foutrait la haine de

Lire la suite »
A LIRE ABSOLUMENT!
On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!