Faut-il switcher ? Avis sur la Nintendo Switch (MAJ 5 ans après et je m’étais un peu planté)

J’ai écrit cet article à la sortie de la Nintendo Switch (le 31 mars 2017), à l’époque la console subissait un bashing organisé et j’avais voulu avoir un point de vue un peu plus optimiste. J’ai fait de mauvaises prédictions, des bonnes aussi. C’est amusant de revenir 5 ans plus tard sur un article pour voir ce que l’on pensait d’une console. J’en ai profité pour le remettre à jour. Bonne lecture!

La voilà enfin la fille prodigue de Nintendo, celle qui a pour ambition de réconcilier le marché des consoles portables et celui des consoles de salon, en annonçant notamment un partenariat entre deux grandes firmes du monde PC et console. De par un discours commercial promettant mondes et merveilles, la Shield Switch a à peine débuté sa vie que celle-ci subit une pression folle de ses parents. Ne parlons même pas du marché qui l’a conspuée avant même sa naissance. Forcément, un produit hybride, ça ne rassure pas ceux qui sont enfermés dans leurs petites habitudes.

De notre côté, chez Air-Gaming, on est beaucoup plus ouverts et on a laissé sa chance au produit. C’est peut-être notre fidèle amour pour les consoles mortes-vivantes (Neogeo Pocket et autres GP32 !) ou notre total manque de bon sens (on ne joue pas à Call of Duty ou Fifa dans l’équipe…) qui font que l’on accepte avec joie et beaucoup de curiosité cette nouvelle arrivante.

« Le Zelda Breath of Wild à lui seul fera acheter la console à bon nombre de personnes »

Manoloben

Comme vous le savez Air-Gaming est indépendant, tellement indépendant qu’on ne nous envoie pas les consoles en avance, on attend patiemment le jour J, on va dans notre Fnac, Carrefour, Cultura du coin pour aller acheter le Graal. Bon, cette fois, on n’a pas voulu se faire avoir avec une rupture de stock. On l’avoue volontiers, la Switch, nous l’avons précommandée à 329€ (NDR : amusant c’est le prix d’une Switch Oled ça …), et on a pu constater une baisse de prix à 299€ chez notre fournisseur.

On ne va pas vous prendre pour des jambons, et on ne va pas vous raconter toute l’histoire de la console, de son annonce à cette sortie. Non ! On va s’intéresser au vif du sujet, la console, ses accessoires, sa line-up, et discuter un peu autour de son futur. Car celui-ci est clairement incertain, il ne faut pas se leurrer.

NDR : et elle est aujourd’hui à 3 millions d’unités d’égaler la PlayStation 4 en termes de vente, ce qui montre que tous, nous nous sommes plantés de bout en bout. Le marché voulait une console Nintendo hybride. Je précise Nintendo, parce que Sony a bien essayé avec la PS Vita/PS TV de proposer un équivalent qui n’a jamais fonctionné alors que pourtant bien moins cher.

« Pour info, la partie haute du joycon rouge ne pouvait plus se fixer après quelques heures. Fabrication à 2 sous ou manque de chance? »
NDR : avec le temps on a aussi appris l’existence du JoyCon Drift (toujours présent sur les dernières manettes).

Manoloben
Nintendo Switch versus consoles Nintendo

La peur des autres constructeurs? Bashing organisé par les influenceurs

Pourquoi a-t-on pu assister depuis des semaines à ce « bashing » généralisé, organisé par divers rédacteurs plus ou moins reconnus du monde du jeu vidéo ? Déjà, parce que quand on parle de Nintendo, on parle de robustesse. Nintendo a toujours conçu des consoles accessibles pour les plus jeunes, du matériel à même de résister à leur maladresse. Quand tout le monde est passé au format CD, Nintendo est resté sur le format cartouche. Quand la Gamecube est sortie, elle a supporté de nombreux tests de robustesse que le Web a pu imaginer. Etc., etc. !

Or, dès que l’on sort la Switch de la boîte, on sent un caoutchouc un peu rugueux (sûrement de qualité, mais qui donne un aspect bas de gamme), on voit un écran tout petit, avec d’énormes bandes noires sur les bords – à une époque où l’on peut avoir des téléphones quasi sans bordure, ça fait mal ! (NDR : corrigé depuis avec la Switch Oled, peut être que c’était un choix pour limiter les coûts de fabrication…) Et vient le tour des Joycon, si minuscules et légers qui donnent une impression… de gadget.

Du côté du « dock », c’est à peine mieux puisqu’il n’apporte quasiment rien si ce n’est des connecteurs USB et un HDMI. (NDR : depuis, avec l’arrivé de la Switch Oled, il propose aussi la connectique réseau, alléluia!) Qu’est-ce qui leur est passé par la tête ? Premier montage, OK les Joycon se connectent facilement à la console pour peu que l’on ait accepté la règle : le + à droite et le – à gauche. Dans ce mode, la console est tout à fait acceptable. On pourrait la confondre avec une de ces tablettes bon marché qui incluent une manette (dont Cyclobomber est l’expert chez Air-Gaming).

Problème, on ne peut jouer qu’en mode nomade dans cette configuration, il faudra ressortir vos manettes et les greffer à la fausse manette plastique (sans chargeur dans la version fournie avec la console pour rappel), pour jouer seul, ou si vous souhaitez jouer à deux pour les jeux le proposant scinder les deux manettes et « l’accoupler » avec un « petit » truc en plastique faisant office de gâchette L et R. Autre problème de conception, l’erreur étant humaine, vous pourriez mal réaliser cet accouplement et bloquer les deux éléments ensemble. Il faudra donc forcer un peu pour corriger votre erreur. Constat sûrement amer pour les parents qui l’ont déjà offert à leurs enfants : la Switch n’est pas faite pour les enfants et les Nintendo 3DS/2DS ont encore une longue vie devant elles. 

NDR : Nintendo en a voulu autrement, ça complexifie le marché. La Switch Lite est une belle réponse à ce besoin d’avoir une console en un seul morceau et uniquement portable. Ils sont vraiment malins!

Une console portable avant tout

Air-Gaming est consacré au jeu vidéo portable et mobile, on a donc très peu essayé la console en mode « salon ». Pas parce que nous n’avions pas envie, non. Vacances obligent, j’écris cet article depuis l’appartement d’une station de ski. Avec quelques amis, nous avons donc embarqué une console et testé l’autonomie durant le trajet en voiture, de même que le jeu à plusieurs en mode nomade. Pour l’autonomie, c’est très différent selon le titre joué. Avec The Legend of Zelda: Breath of the Wild (titre qui fera vendre à lui seul bon nombre de Nintendo Switch), on se rapproche de quatre heures de jeu avec les Joycon connectés en direct sur l’écran (pour éviter de consommer de l’énergie avec la connexion Bluetooth). D’autres jeux, moins gourmands, augmenteront significativement la durée du test, jusqu’à six heures. Ce n’est pas si mal.

En revanche, les caractéristiques de la batterie de la Switch laissent à penser que brancher un Power Pack en USB-C est un doux rêve : il lui faudra pour s’alimenter pas moins 2.6A pour 15V, bien plus d’énergie qu’un téléphone, une tablette ou même une Surface. Oubliez les ports USB 2 et 3 (5V max) pour tenter de recharger votre Switch, oubliez les Power Pack du marché qui ne délivre bien souvent que 2A pour 5V. Éventuellement, la solution serait d’avoir un PC un peu costaud à portée de main avec un port USB-C (mais qui a ça ?). On peut espérer qu’il y aura prochainement des Power Packs un peu boostés. Mais l’espoir est plutôt maigre, car il n’y a pas de véritable besoin sur le marché.

NDR : et depuis nous trouvons sur Amazon de magnifique Power Pack pour du 15 à 21 volts sans aucun problème


Le jeu nomade multijoueurs?

Et sinon, peut-on jouer réellement à plusieurs en mode nomade ? Oui, mais… oui, je sais, je ne suis pas très sympa à faire durer ainsi le suspense… Mais que voulez-vous, je ne suis que vérité et je suis obligé de dire : « Oui c’est possible », mais il a un problème qui peut être récalcitrant. Ce problème, c’est l’écran vraiment très/trop petit pour jouer correctement à quatre face à la console (même si la visibilité est très bonne même avec un angle important). Règle 1 : si vous n’avez pas de télévision à disposition (avec une connectique HDMI, c’est-à-dire surtout pas comme dans notre petit appartement Pierre et Vacances) et le dock (d’un coup, vous êtes un peu moins nomade avec un dock dans le sac à dos !), eh bien, oubliez les parties endiablées de Super Bomberman R. En revanche, à deux, ça fait très bien le job surtout sur SnipperClips.

Un autre élément qui risque de fâcher les joueurs. La line-up de lancement. C’est simple, vendredi 3 mars, seulement 4 jeux étaient disponibles en boîte dans les boutiques : Just Dance 2017, 12Switch, Skylanders et The Legend of Zelda: Breath of the Wild. Chacun entre 50-70 euros pièce, en général. Super Bomberman R était introuvable, mais nous l’avons trouvé médiocre. Reste le store en ligne qui lui est un peu plus fourni, avec cinq jeux Neogeo, deux obscurs titres (Othello et Vroom in the Night Sky), quelques perles nouvelles et anciennes (Shovel Knight, Voez, SnipperClips) et quelques autres titres sans grand intérêt ou trop chers. Ensuite, Super Mario Odyssey, XenoBlade 2, WonderBoy ou Mario Kart 8, Rayman, Disgaea 5, Minecraft et différents Dragon Quest passeront nous faire un coucou. Voyons le côté positif de la chose…

Au moins la Switch, dans un premier temps, ne vous coûtera pas trop cher en jeu !

NDR : Car depuis, c’est n’importe quoi. Les petits éditeurs ont mis le pied dans la porte, et c’est la foire aux éditions limitées à 3000-5000 exemplaires. On constate que quasiment tous les titres avec un score Metacritic de 70 ou + sont édités par ce biais quelques années après leurs sorties dématérialisées. Et on ne parle même pas des éditeurs spécialisés dans les jeux merdiques sous couvert qu’ils sont mignons pour vos enfants. Je pense à ce jeu de Panda dont j’ai volontairement oublié le nom.

La console n’est clairement pas parfaite, elle souffre de nombreux défauts liés à une R&D qui ne s’est pas posé les bonnes questions (ou n’a pas eu le temps peut-être après tout deux ans c’est peu…). Déjà, c’est une console nomade qui n’accepte pas de connecter un casque Bluetooth (NDR : résolu depuis, merci Nintendo, mais ça aurait dû être DayOne!), seulement via la prise Jack. Eh oui les gars, vous allez retrouver vos bons vieux fils ! Aussi, la console ne peut être « dockée » dans les deux sens (alors qu’elle dispose d’un fichu port USB-C qui lui se connecte dans tous les sens, vous êtes sérieux ?).

Le matériel est fragile au possible. Je ne donne pas cher de l’écran si vous n’avez pas une housse de protection. De même, pour les manettes, ne forcez pas lors des assemblages/désassemblages. Ensuite, pour passer du mode un à quatre joueurs, il faut effectuer x manipulations sur les manettes. Et vas-y que je clipse ça, puis je retire cette manette du socle. Et a un moment se posera la question de la batterie des manettes, car bien évidemment dans la boite seule la console peut charger les manettes. Donc impossible de jouer à plusieurs si cette étape n’est pas faite avant. Bref, n’importe quoi…

« La Switch aurait dû être l’idée de la décennie, mais une fabrication douteuse […] et le manque de jeux vont faire passer à côté de cette merveille bon nombre de joueurs. »
NDR : c’est amusant comment cette phrase est vraie et fausse en même temps. Il est évident que la console se vend comme des petits pains, même si le nombre de ventes au trimestre diminue en ce moment. Mais pour autant Nintendo ne fait pas l’unanimité chez tous les joueurs. Pour bon nombre, la console est un téléphone amélioré (et je ne peux pas dire le contraire tant son catalogue de jeux en ligne y ressemble). Mais surtout les blockbusters Next-Gen ne sont pas présents sur Nintendo Switch, sauf exception et via un système de Cloud Gaming qui ne sera pas pérenne dans le temps. Alors oui, il y a de l’idée, oui elle fait un carton, mais non elle ne fait pas l’unanimité.

Manoloben

Une Conclusion

Cependant, pour être tout à fait honnête, j’ai envie de l’aimer cette Switch. Bien plus que j’ai pu aimer la Wii U (NDR : surtout maintenant que la Switch a quasiment volé l’entièreté de la ludothèque Wii U). Elle propose tout ce que mon petit coeur de gamer souhaite avoir. Une véritable alternative à la PS Vita, avec des graphismes corrects, la possibilité de jouer dans le salon ou dans le train. Le problème vient plus de ces aberrations que Nintendo a laissées sciemment dans sa console. La Switch aurait pu (et pourrait être encore surtout s’il corrige les quelques éléments par mise à jour logiciel – NDR : fait! – ou encore mieux une v1.1 de la console – NDR : fait aussi!) l’idée de la décennie. Mais une fabrication douteuse, des manquements incompréhensibles (pas de Bluetooth pour rappel) et le manque de jeux vont faire passer à côté bon nombre de joueurs.

Le reste on peut lui pardonner, les 32Go de mémoire sont faible, mais peuvent être corrigés facilement avec une carte microSD en sus. De même l’autonomie que tout le monde critique n’est pas si mauvaise pour cette qualité graphique.

Bon, mon conseil cependant : si vous étiez déjà un peu conquis par le principe, n’attendez pas un an pour l’acheter. Le hardware est bon, la qualité graphique vraiment bonne pour une console portable, elle accepte les systèmes gyroscopiques, les manettes fonctionnent comme les WiiMote Plus et proposeront le même système de gameplay (je vois bien un Red Steel 3 NDR : Ubisoft ne doit pas savoir qu’ils ont cette IP), bref elle tient globalement ses promesses. Ensuite, vous pouvez craquer maintenant parce que The Legend of Zelda: Breath of the Wild est genial et beau. Certes, elle sera peut-être un peu moins chère – et encore, connaissant Nintendo ce point-là n’est pas acquis (NDR : elle a techniquement baissé de prix, même si tout le monde veut une Oled plus chère).

Mais elle n’aura pas plus de jeux si les joueurs n’adhèrent pas rapidement. En effet, les développeurs et les éditeurs ne sont pas fous, ils ne vont pas investir des moyens et du temps si la base de consoles installée n’est pas solide. Et croyez-moi, avec les nouvelles technologies (comme Unity, mais aussi les autres moteurs), les adaptations de bon nombre de jeux PS4/Xbox One sont possibles en quelques mois si les gros éditeurs le décident. Certes, on n’aura jamais un équivalent d’Horizon Zero Dawn. (NDR : bon faut le dire, j’avais vu juste!)

Mais au-delà des classiques AAA comme Fifa (déjà prévu), Call of Duty, Assassin’s Creed et d’autres, j’ai foi dans une autre communauté pour prendre le relais. Il s’agit de la communauté des indépendants qui, lorsque la PS Vita sera véritablement en bout de course (NDR : paix à ton âme), prendront sûrement le relais sur Switch (avec un kit de développement annoncé à 500$, c’est cadeau !). Et quand on voit les merveilles qui peuvent encore sortir sur la console portable de Sony, je me dis que rien qu’avec ça, je m’amuserai bien assez avec la nouvelle console de Nintendo.

Par Manoloben

Dans la même catégorie :

Payer un Carambar au Rédacteur

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!