►Test
Olivier B.

Crash Bandicoot Nitro Kart 3D, le test sur Symbian

La console N-Gage de première génération avait eu le droit à son Crash Nitro Kart (plutôt mauvais), la nouvelle plate-forme de jeu N-Gage accueille aujourd’hui Crash Bandicoot Nitro Kart 3D. Et bonne surprise dès les premiers tours de piste, le résultat est déjà bien plus concluant. Le concept ? Prenez un Mario Kart, saupoudrez-le de personnages emblématiques de la série Crash Bandicoot, mélangez le tout avec des couleurs flashy, voire même criardes, et vous obtenez le résultat escompté : un clone de qualité satisfaisante, rapide, fun. Dans la pratique, à toute vitesse, vous devrez sauter au dessus d’obstacles, ramasser des armes et les utiliser à bon escient contre ses adversaires (missile à tête chercheuse, téléporter, caisse de TNT, etc.), ramasser des wumbas (genre de pommes locales), les lettres du mot Crash pour débloquer de nouveaux personnages. Il y en a en tout six qui sont jouables, mais aucune indication n’est affichée à l’écran concernant leurs performances de conduite ou, bien encore, concernant les caractéristiques des karts utilisés. Dommage, car concrètement, elles diffèrent réellement. Question modes de jeux proposés, il y a de quoi vous occuper quelques heures : comptez sur Coupe (trois différentes à remporter), Histoire et Contre-la-montre. Les deux

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Snake It 3D, le test sur Symbian

Snake It 3D est, comme son nom l’indique, un clone du vénérable jeu du serpent Snake, édité sur mobiles Nokia et lui-même reprise d’un jeu des années 1980. Et non, il ne s’agit pas d’une remise au goût du jour à la manière d’un Snakes (mobiles et N-Gage), mais plutôt d’une transposition tout ce qu’il y a de plus classique, avec l’introduction de règles un peu originales. L’objectif est toujours de manger autant de pommes que possible (ici, des boules) et éviter de se mordre la queue ou de percuter un élément de décors de l’arène. La principale nouveauté, c’est qu’il existe plusieurs types de pommes, de couleurs différentes. Du coup, il s’agit de réaliser des « chaines » en mangeant au moins trois pommes de la même couleur, puis d’enchaîner sur un autre couleur, et ainsi de suite, afin d’engranger un maximum de points. Et, ainsi, remplir sa barre de score et passer de niveau en niveau. Inutile de préciser que plus on avance, plus le jeu est rapide et difficile. Ajoutons encore que vous avez des succès à débloquer et la possibilité d’« uploader » vos scores sur Internet. Et voilà, vous savez à peu près tout sur

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Dogz, le test sur Symbian

Dogz sur N-Gage est le portage direct de Dogz 3D tournant sur mobiles classiques. Une conversion directe, sans panache, qui ne peut que laisser sur sa faim le joueur averti. Dogz reprend donc le concept du célèbre Nintendogs de manière, en moins riche et moins intéressant. Trois races sont disponibles d’entrée de jeu (Labrador, Jack Russell et Shiba Inu). Votre choix n’influe pas directement sur la partie, c’est donc vraiment une question d’affinités. La partie débute sur une sorte de tutorial laborieux, qui introduit, une après l’autre, les différentes fonctionnalités et options : nourrir son animal, le faire boire, le caresser, jouer avec lui au frisbee ou à la baballe, le faire creuser dans le jardin pour découvrir des trésors, effectuer une petite visite chez le vétérinaire, le faire nager, courir, le promener, le nettoyer… Ouf ! La liste parait longue, mais en réalité, on en a rapidement fait le tour. Les épreuves de jeu et d’action pure (nage et course) comportent trois niveaux de difficulté. Comptez quelques minutes pour chaque épreuve, pas plus. Aucune d’entre-elles ne vous donnera envie d’y revenir. Techniquement, Gameloft assure le strict minimum, on s’attend à mieux sur N-Gage. La 3D n’est pas laide, mais

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Snakes Subsonic, le test sur Symbian

D’abord il y a eu Snakes, un petit jeu simple accrocheur, distribué à des millions d’exemplaires sur les téléphones Nokia. Puis, en 2006, nous avons eu le droit une remise au goût du jour en 3D, d’une qualité inattendue, aussi bien sur N-Gage de première génération que sur mobiles classiques Nokia. Et voilà que nous arrive Snakes Subsonic, un troisième opus dont nous nous serions bien passés, tant il est inférieur à son prédécesseur et, ce, sur à peu près tous les niveaux. Le principe de ce nouveau Snakes évolue, sans toutefois bousculer son petit monde. Il s’agit toujours de manger des pastilles et de faire péter le high score en bouclant un niveau le plus rapidement possible, sans se mordre la queue et sans vider sa barre de vie. Mais cette fois, le jeu est plus que jamais orienté vers l’action. De nombreux monstres font leur apparition (il est possible de les dézinguer à coup de… missiles) et les décors, proposés dans une 3D plus riche, offrent des sensations inédites : il est possible, par exemple, de se mouvoir aussi bien du coté pile que du coté face d’une plate-forme avec une rotation complète des décors. Malheureusement, qui dit

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Asphalt 4 : Elite Racing, le test sur Symbian

« Des belles voitures, des pilotes pleins aux as, et des courses extrêmes… ». Voilà comment Gameloft nous résume son Asphalt 4 : Elite Racing sur N-Gage. Tout cela y est effectivement, avec 28 bolides de rêve ( Bugatti Veryon, Ferrari F430 Spider, Nissan GT-R, etc.), des centaines de milliers de dollars à gagner pour « tuner » sa voiture et des courses musclées. Mais dès les premières parties, on se rend compte qu’il manque d’autres éléments essentiels à tout bon jeu de course : de la fluidité et un gameplay adapté. Chaque épisode de la série Asphalt nous revient avec un gameplay toujours plus arcade. Là, il faut avouer que l’on frise un peu le ridicule, avec des voitures qui rebondissent contre les murs telles des balles de ping-pong. Et on ne parle même pas des carambolages : ici, les voitures décollent littéralement ! Dans un certain sens, c’est amusant. Là où l’on rigole tout de suite moins, c’est à la vue de l’animation un peu poussive d’Asphalt : Elite Racing. On est sur la N-Gage de nouvelle génération bon sang ! Les développeurs de Gameloft n’ont aucune excuse à ce niveau, d’autant plus qu’il s’agit du second épisode

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Doom RPG, le test sur Symbian

Doom, ce monument du jeu vidéo et du First Person Shooter (FPS) en particulier, transformé en RPG ? Absolument impossible auraient clamé les joueurs du monde entier, il y a quelques années de cela encore. Et pourtant, ID Software l’a fait ! Et pour ce virage à 180 degrés, ID Software initie une petite révolution dans la continuité. Comprenez par là qu’on retrouve l’univers de Doom, son scénario (de trois lignes), ses créatures, son arsenal (oui, le BFG est bien de la partie !), etc. Ce qui change : les déplacements, qui se font case par case, et les combats qui se déroulent au tour par tour. Comme dans les vieux RPG de l’ère des ordinateurs 16/32 bits, Atari ou Amiga ! On retrouve également les célèbres passages secrets, les cartes de couleurs qui débloqueront telle ou telle porte. Comme dans tout bon RPG qui se respecte, votre marine gagne des points d’expérience. Ici, on ne débute pas la partie avec 100 points de vie (comme dans le jeu original), mais avec une petite vingtaine. Idem pour l’armure, qui est à zéro. A vous de faire augmenter vos caractéristiques par tous les moyens disponibles, tels que l’augmentation de niveau ou

Lire la suite »
✎Interview
VTG

Interview de l’équipe Joymasher, Développeurs de Vengeful Guardian: Moonrider

Interview en français Bonjour à toute l’équipe de Joymasher ! Je vous remercie de nous avoir accordé cette interview. Nous profitons de la sortie de Vengeful Guardian: Moonrider et de son succès auprès des joueurs pour en savoir un peu plus sur l’équipe et sur le développement du jeu. Air-gaming : pourriez-vous présenter les différents membres composant l’équipe (avec éventuellement

Lire la suite »
✎Interview
VTG

Interview de James, Créateur de Hazelnut Hex

Vous le savez, chez Air-gaming, quand on aime un jeu, on le dit haut et fort. Ce fut le cas lors de mon dernier test du shmup Hazelnut Hex que les retardataires pourront retrouver ici. Nous avons eu l’occasion d’interviewer le créateur dudit jeu, James alias Chunderfins qui nous explique son parcours et ses influences pour la création du jeu.

Lire la suite »
A LIRE ABSOLUMENT!
On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!