►Test
Olivier B.

Toy Story Racer, le test sur Game Boy Color

« Encore un jeu de Kart », allez-vous dire ! Peut-être, mais ce Toy Story Racer se démarque aisément par son moteur graphique : on croirait à de la véritable 3D, tant l’effet est concluant ! Les programmeurs de Tiertex ont habilement exploité la GBC : il s’agit en fait d’une séquence en full motion video qui tourne en boucle et forme ainsi les circuits. Dessus, sont incrustés tous les sprites, tels que les personnages ou les bonus. Regardez les images… L’effet est saisissant, non ? Ce système pose bien évidemment des limites par rapport à une véritable 3D : il est impossible de sortir de la piste et encore moins de contourner les décors. Malgré cela, cette adaptation du dessin animé fera le bonheur des plus jeunes. Buzz l’éclair, Woody ou encore Monsieur Patate répondent tous à l’appel. Les couleurs sont chatoyantes et la partie sonore agréable. Le jeu est bourré de petites animations : il est assez amusant d’observer le pilote s’agiter et indiquer sa montre au joueur lorsque le temps s’écoule ! Quelques bonus parsèment les pistes ça et là. Ils ne sont pas très nombreux et, aussi étrange que cela puisse paraître, ils n’affecteront que votre

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Fourmiz Racing, le test sur Game Boy Color

En attendant le cultissime Mario Kart sur GBA, Fourmiz Racing fera la joie de tous les pilotes du globe. Six personnages, directement tirés du dessin animé du même nom, sont disponibles. Les karts de Feuille d’épinard, Canette ou encore Boite de Sardines proposent tous des caractéristiques différentes. La plus déterminante est la résistance, représentée par une petite barre de couleur : cette dernière diminue au fur et à mesure des chocs et accidents rencontrés. Une fois la barre vide, le véhicule se dématérialise et il faut attendre de précieuses secondes avant qu’un nouveau ne vous soit alloué. Pour remédier à cet handicap, de nombreux bonus jonchent le sol des cinquante courses proposées. Des clés de réparation, bien évidemment, mais également des missiles, des boucliers de protection et des turbos. Finalement, cet épisode de Fourmiz ne présente que très peu d’originalité. Il tire toute sa force d’une réalisation graphique excellente. Les cinq thèmes proposés sont de toutes beauté et la palette de couleurs judicieusement choisie. La musique est, elle aussi, très réussie ! A l’opposé, les bruitages sont tout simplement… atroces. Le bruit de moteur est assourdissant ! Un rapide détour par les options s’impose pour le désactiver.

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Kuru Kuru Kururin, le test sur GBA

La logithèque au lancement de la GBA est déjà excellente, mais il manquait encore LE jeu qui allait captiver les foules au même titre que Tetris à l’époque sur GB. Nintendo a finalement trouvé un ambassadeur de choix : Kuru Kuru Kururin. Derrière ce nom étrange se cache un casse-tête très original ! Vous dirigez un petit bâton qui pivote constamment sur son axe central, à la manière des aiguilles d’une montre. L’objectif est de faire passer ce bâton au travers de couloirs labyrinthiques, sans toucher les parois. Plus facile à dire qu’à faire ! Les développeurs ont l’esprit tordu, les parcours sont semés d’embûches (angles délirants, spirales, etc.) et il est nécessaire de faire preuve d’un timing irréprochable. Toucher un mur vous pénalise en vie mais aussi en temps ! On a le droit à trois chocs au maximum. Pour corser le tout, certains passages sont animés ou encore obstrués par des obstacles mouvants : boules hérissées de pics, ressorts qui inversent le sens de rotation de votre tige, etc. Le jeu est divisé en une trentaine de stages et quelques challenges à la difficulté tout de suite plus relevée. Sont disponibles deux modes Time Attack et un mode

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Resident Evil Gaiden, le test sur Game Boy Color

Il y a deux ans, Capcom annulait l’adaptation de Resident Evil sur GBC. Le jeu était une adaptation de la version PlayStation et les premières images étaient renversantes. Pour d’obscures raisons, le jeu passa à la trappe. C’est Virgin qui a finalement récupéré la licence pour nous proposer un nouvel épisode de ce jeu d’action-aventure. D’anciens membres des S.T.A.R.S. ont formé une organisation secrète, chargée de traquer la société Umbrella aux quatre coins du monde. Cette dernière ne cesse de pratiquer des expérimentations génétiques toujours plus terrifiantes. Dans la peau de Barry Burton, vous vous retrouvez héliporté sur un luxueux bateau de croisière. Une nouvelle arme biologique y a été identifiée, il s’agit d’un monstre capable de prendre une apparence humaine. Après quelques minutes de reconnaissance, il faut se rendre à l’évidence : tous les passagers de ce bateau ne sont plus que des zombies ! Revolver au poing, vous partez en mission : découvrir la source de cette horreur. L’aventure se déroule en deux phases distinctes. Dans la phase d’exploration, la vue adoptée est en 2D. Le bateau est immense et il est nécessaire d’en fouiller chaque recoin. Lorsque le héros passe à proximité d’un objet, un petit indicateur

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Earthworm Jim Menace 2 the Galaxy, le test sur Game Boy Color

Earthworm Jim, le héros le plus déjanté du monde vidéo ludique, est de retour dans un épisode exclusif pour la Game Boy ! Pour ceux qui ne connaîtraient pas cet antihéros parfait, rappelons qu’il s’agit d’un ver de terre humanoïde à la carrure de Stallone. Vous avez dit bizarre ? Non, rien de plus normal puisque cet épisode intitulé Menace 2 the Galaxy baigne dans le délire le plus total. Notre ami va devoir se défaire d’une horde d’aliens belliqueux avec, pour seule arme un flingue cosmique et des aptitudes physiques que l’on pourrait qualifier d’élastiques. Comme dans tout bon jeu de plates-formes qui se respecte, il faut également ramasser un certain nombre de pièces afin d’accéder au niveau suivant. Les moyens de transport de Jim ? Principalement les w.-c. (!) dispersés à travers les niveaux de ce jeu, immenses et magnifiques. Jim est superbement dessiné et l’on distingue sans problème les mimiques de son visage. Il a la possibilité de marcher, de s’accroupir, de sauter et de cribler copieusement de balles ses ennemis dans toutes les directions imaginables. La maniabilité est exemplaire, on peut même doser la hauteur du saut afin d’atteindre les plates-formes les plus élevées.

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Little Wizzard, le test sur GP32

Little Wizzard fait office de démo technologique sur GP32. Seul petit hic: ce jeu de baston 2D date de deux ans maintenant! Autant dire que la réalisation technique ne brille plus autant qu’à l’époque. Reste un petit jeu amusant dans le plus pur style des titres de Capcom. Les neuf protagonistes sont présentés en Super Deformed: petit corps et grosse tête. On y retrouve un bestiaire plutôt varié: un tigre agressif, une sorcière maligne, un robot cuistot, etc. Tous sont très bien animés et les graphismes hauts en couleurs. L’animation générale peine un peu lors de certaines actions et il n’est pas rare d’entendre le son grésiller imperceptiblement.

Lire la suite »

Soirée Disney 100 et le jeu de société par Asmodee

La soirée Dixit Disney cachait aussi une soirée pour les 100 ans de Disney. Cette année les partenariats sont légion avec Asmodée, avec Lego, etc. Et cela donne de belle création qu’on va exposer ici. Nous n’avons pas pu jouer à tous les titres même si Dixit Disney a son propre article. Dobble Disney 100 Ans édition limitée Qui ne

Lire la suite »
✎Interview
VTG

Notre interview de Raúl Rubio Munárriz sur GYLT

Interview en français Vous le savez surement avec le temps mais lorsqu’un jeu me plait, j’ai forcément tendance à en parler beaucoup. Parmi ce premier trimestre 2024 un peu morne dans les sorties jeux vidéo, j’ai découvert le jeu GYLT sur Nintendo Switch, jeu que j’ai adoré sur de nombreux points. Vous pourrez d’ailleurs retrouver mon test si vous n’aviez

Lire la suite »
¶Dossier
Manoloben

Les 10 Meilleurs Jeux de Société pour Enfants de Tout Âge : Découverte Ludique

Dans un monde où la technologie occupe une place prépondérante, les jeux de société pour enfants reviennent sur le devant de la scène comme une bouffée d’air frais. Non seulement ils offrent une alternative séduisante aux écrans, mais ils se révèlent être des outils pédagogiques puissants, capables de stimuler l’imagination, de développer des compétences sociales et de renforcer les liens

Lire la suite »
A LIRE ABSOLUMENT!
On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!