Fairy Tail, le test sur Playstation 4

Fairy Tail, le test sur Playstation 4

Vous allez rire… enfin peut-être pas. Mais je suis le gars qui n’a jamais regardé un épisode de Fairy Tail en entier. Ma chérie : « oui », mais moi j’ai suivi que d’une oreille distraite. Autre point, je n’ai pas joué à un seul véritable « Atelier« , vous savez les jeux précédents de Guts le développeur de ce Fairy Tail. Et encore mieux, je ne suis pas le rédacteur qui a testé Fairy Tail à la PGW 2019, c’était Svenky. Résultat, je n’avais strictement aucune appréhension, attente, je voulais juste découvrir.

Je n’ai pas été déçu, le titre commence un arc du manga qui – j’ai vérifié sur Netflix – est l’épisode 123. S’te claque! Après Guts a été malin, ils n’ont pas pris n’importe quel arc narratif, et ont proposé de suivre l’espèce de reboot qu’a eu la série, lorsque ces protagonistes ont été bloqués 7 ans par une fée afin de les protéger de l’attaque destructrice d’un énorme « Dragon ». Désolé, je dis ça avec mes mots, je suis un gros newbie de Fairy Tail…

Résultat, on commence Fairy Tail un peu en bas de l’échelle… enfin de l’échelle des Guildes, car le monde de Fairy Tail vous devez mieux savoir que moi, c’est amour, amitié, magie et guildes. Avec un classement façon Poudlard. Et là, autant vous dire qu’on a tout à faire. Le bar est moisi, le labo en ruine, et même les missions qu’on vous propose au début sont de stupides quêtes Fedex/Tue moi ça. Bon ça ne sera pas vraiment mieux pas la suite, mais un peu plus épique. Parce que bien évidemment vous allez tout faire pour revenir sur le devant de la scène, devenir « the guild », voir même le magicien qui sauvera le monde … encore une fois.

On retrouve les protagonistes de la série (que je ne connaissais que très peu), et aussi la particularité féminine de la série[les boobs]. C’est typiquement Shonen, c’est drôle 3 minutes. En parlant de Shonen d’ailleurs, le titre est totalement adapté aux plus jeunes joueurs (10-12 ans), ceux qui n’ont pas encore lancé un JRPG et propose donc des mécaniques simples de combat (Pierre-Feuille-Ciseaux sur les types de magie), ainsi qu’un système de damier pour les dégâts infligés, donnant l’impression de jouer à un puzzle pour les 5-8 ans. De plus, le titre vous rappellera toujours – pour éviter les déconvenues – que telle ou telle magie n’a aucun effet sur l’ennemi (ou l’inverse : maximise les effets). On est dans un JRPG « accompagné ».

Comme il est un JRPG classique, il proposera bien évidemment pléthore de combats, des quêtes secondaires, des équipements (lacryma) qu’on pourra vite fait « crafter », des récompenses si vous faites les objectifs de vos mentors et si vous faites évoluer la guilde. Le jeu ajoute aussi une composante sociale avec des interactions ou quêtes associés pour maximiser vos liens et ainsi améliorer vos habilités en combat. Bien sûr le scénario suivra les grandes lignes de Fairy Tail.

Bien que Fairy Tail soit riche en contenu (environ 20h pour l’histoire principal, et pleins d’autres via les quêtes annexes), il a aussi des défauts qui montrent surement un « rush » pour le sortir. Déjà, les traductions n’étaient pas propre (mais ça a été « corrigé » en partie avec le patch quasi Day One), mais il y’a aussi des interactions de combat qui m’ont choqué, principalement dans les invocations qui font « cheap » à souhait. A croire que certains trucs n’ont pas pu être implémentés. Ca ne retire pas le plaisir, mais croyez moi, ça m’a choqué.  

Par Manoloben
Offert par l’éditeur : Oui

Tous les nouveaux contenus scénaristiques, ou même les costumes ont été validés par le créateur de la série M. Mashima

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype

#FairyTail est un #JRPG qui s'addressera clairement aux nouveaux joueurs et/ou fan de la série. Objectivement dans ce crédo, il joue bien son rôle. Faut pas vouloir autre chose.

Plaisant