Dans ce test on vous dira si The Longest Five Minutes est vraiment long!

Dans ce test on vous dira si The Longest Five Minutes est vraiment long!

Par Manoloben

Aucune idée

Vous vous sentez un peu abusé? C’est normal! Je n’ai aucune idée du temps passé sur The Longest Five Minutes. C’était long pour sûr, surement 5 ou 6 heures. Mais comment fait-on pour faire un jeu où l’on joue les 4 minutes 44 secondes (ou 5 minutes) d’un combat. L’idée n’est pas nouvelle, on avait bien Half-Minute Hero qui durait des heures. Mais là, les développeurs en ont décidé autrement. Dans The Longest Five Minutes vous commencez le jeu au boss final, le fameux Demon King. Mais il y a un « couac », alors qu’avec votre équipe vous tentiez de le chatouiller un peu à coup d’épée, vous perdez votre mémoire. Plus rien, vous ne connaissez plus les raisons de votre combat, ni votre tactique secrète. Rien. C’est assez fâcheux d’autant plus que le Demon King ne va pas vous attendre. C’est ainsi que le jeu va vous présenter son système de Flashback, alors que vous avancerez vers les fatidiques 5 minutes (il y a un énorme compteur pour vous le rappeler), ces flashback vous propulsera durant un battement de cil dans le passé. Votre passé…

C’est donc l’occasion pour vous de comprendre pourquoi vous êtes là? Qui est ce roi qui vous envoie chasser les démons et trouver un remède au brouillard maudit? Qui sont vos coéquipiers? Et surtout qui vous a appris votre capacité spécial que tous souhaitent vous voir utiliser? Autant de questions et bien plus encore auxquelles vous trouverez réponse en « rejouant » les flashbacks de votre héro bien nommé : Flash.

L’une des particularités des flashbacks va être votre capacité à réapprendre de votre passé. Ainsi vous gagnerez en expérience selon les missions et combats que vous ré-effectuerez dans le passé. Pour devenir plus fort dans le présent. Par contre oubliez tout de suite l’achat d’une arme légendaire, vous ne garderez pas le matériel ni l’or d’un flashback à l’autre. Et dit comme ça, ça parait fâcheux, mais ça change complètement votre façon d’appréhender le jeu. Le plus important devient l’histoire et les missions secondaires. Les auberges, le matériel, les objets sont devenus totalement secondaire, éventuellement cela vous aidera pour les combats du flashback en cours, mais le jeu n’étant pas difficile, ça ne vous préoccupera pas l’esprit plus de 4 secondes.

Alors oui, on oublie l’aspect RPG et on profite, c’est déconcertant, mais malin. Les phases les plus longues des RPG sont juste passées sans honte et vous profitez des villes et donjons seulement. D’ailleurs le titre à une tendance certaine à vous mettre dans le pétrin dans les donjons. Faut aimer les labyrinthes.

On notera aussi l’ajout de quelques mini-jeux dont un où vous pourrez tuer par centaine la mascotte de Nis America/Disgaea : Prinny.

D’un point de vue technique, c’est de toute évidence inspiré par les RPG de l’air 16 bits graphiquement et musicalement. Rien de bien folichon, même si quelques pixel art sont bien fait.

On a ici un rare spécimen de RPG original. Pour moi, il rejoint le panthéon des Half-Minute Hero, OneWay Heroics etc. Ca a été un plaisir de le découvrir. Peut être un peu lourd sur la fin, mais le final n'est pas mauvais et rattrape cette longueur. Malheureusement, je ne peux lui mettre une superbe note, car ça manque globalement de profondeur. Mais en promo, et avec un peu de temps, ça se fait sans problème.

Note:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp