Super NintenBros aux Editions Jungle, l’avis

Super NintenBros aux Editions Jungle, l’avis
Par VTG
🖶 Temps de lecture estimée : 3 minute(s)

Il y a des auteurs de bande dessinée qui nous suivent. Pirate Sourcil est l’un d’entre eux. Pour ceux qui ne connaissent pas son travail, il avait créé en 2010 un blog avec un humour noir très prononcé. Se mettant en scène à travers un personnage de renard, il aura utilisé un humour potache, parfois douteux, mais qui faisait souvent mouche. Dans la continuité de son blog, certains l’auront connu à travers notamment la BD du Joueur du grenier. Dans notre période totalement acidulée, Pirate Sourcil revient chez les éditions Jungle pour le plus grand plaisir des geeks ! Cette fois-ci, notre auteur délaisse le dessin pour se focaliser uniquement sur le scénario. Pour ces deux opus de Super Nintenbros, il sera épaulé de Nikoneda, connu son travail sur le web avec Spunch comics.

À travers les deux opus sortis de Super Nintenbros, ils donnent leur maximum pour être toujours plus trash dans l’univers du jeu vidéo. Mariolle, Zelga, les Poukimons viendront remplacer Mario, Zelda, les Pokémons et autres égéries de l’univers Nintendo. Nous retrouverons l’ensemble de nos personnages, mais d’une façon totalement différente. On assiste à un écart entre le monde féérique parfaitement retranscrit par Nikomeda et un décalage total dans l’humour corrosif de Pirate Sourcil.

D’un prix unitaire de 15 euros, Super NintenBros constitue un excellent moyen de passer un bon moment. Pour tous ceux qui sont à la recherche de lectures différentes, d’un univers qui casse les codes du « politiquement correct », vous pouvez foncer sur ces deux opus.

A moins de cent jours de Noel, vous auriez tord de vous en priver.

Amusant !

Mis à disposition par l’éditeur : Oui

Pas d'anecdote

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype

Payer un Carambar au Rédacteur

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!