Sonic Advance 3, le test GBA

Déjà le troisième opus de Sonic Advance ! Sega suivrait-elle les traces de Nintendo, avec ses multiples rééditions de Mario ? Pas vraiment puisque ce Sonic est, une nouvelle fois, un épisode entièrement original ! Passons rapidement sur le scénario qui est, dans le fond, le même depuis l’avènement de la série : le docteur Robotnik, éternel ennemi de notre héros, veut s’emparer du monde. Cette fois, il n’a rien trouvé de mieux que de le diviser en sept parties. C’est sans compter Sonic qui, une fois de plus, va se mettre en boule !

Dans la forme, il n’y a pas de véritable innovation. Les niveaux s’enchaînent à une vitesse supersonique, le hérisson bondit dans tous les sens, c’est une petite merveille de jouabilité. Le tout, sans le moindre ralentissement à déplorer. La réalisation graphique et sonore sont deux autres points forts. Les décors sont superbes et les thèmes musicaux rarement lassants.

Chose inédite, vous devrez choisir deux personnages en début de partie. Ils s’entraideront au mieux au cours de l’aventure en fonction de leurs capacités respectives. Seuls deux d’entre eux sont disponibles au départ : Sonic et Tails. Il ne vous reste plus qu’à trouver et débloquer tous les autres membres du clan, à savoir Amy ou encore Knuckles.

Autre originalité, les petits Chaos cachés dans tout le jeu : il est impératif de tous les découvrir dans chaque stage afin d’obtenir une clé permettant d’entrer dans une zone secrète avec, peut-être au bout, une Chaos Emerald. Dans le même esprit, des mini-jeux parsèment l’aventure et permettent de s’aérer l’esprit. Enfin, Sonic Advance 3 propose deux modes multi-joueurs, dont un qui ne nécessite qu’une seule cartouche.

Sonic Advance 3

Amusant !

Mis à disposition par l’éditeur : Non

Pas d'anecdote

Medias

Les meilleures Stockage

Les meilleures Précommandes

Les jeux sûrs et pas cher

Accesoires testés et approuvés

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!