Paprium, plus qu’un Test sur Megadrive

Paprium, plus qu’un Test sur Megadrive
Par Fei
🖶 Temps de lecture estimée : 3 minute(s)

C’est non sans une certaine impatience que j’ouvre enfin mon colis envoyé par WaterMelon en décembre 2020… Un peu plus de 8 ans d’attente… Un coup du Père Noël ? Après avoir participé début 2012 au Magical Game Factory, un espace de financement participatif innovant à l’époque (Kickstarter n’était pas ce qu’il est aujourd’hui) mis en place par WaterMelon.

8 ans c’est long

Après la sortie du JRPG Pier Solar, le studio planche déjà sur 2 projets : le Projet Y sur Megadrive et le Projet N sur Super Nintendo. Le Magical Game Factory était un système de sondages où l’on pouvait injecter de l’argent (transformé en “gems”) pour participer et prendre des décisions collectives sur le contenu du jeu.

À l’époque c’est le Projet Y qui est plébiscité par les votes, devenant petit à petit : Paprium, le beat them up sur vitaminé que nous allons passé en revu.

Fin août 2012, il nous est possible de convertir l’argent investi en “récompenses”. Et parmi les récompenses, la version “Investisseur” du jeu Paprium, sur Megadrive. En ouvrant le colis fin décembre 2020, je découvre donc ce magnifique collector, dans la lignée de ce qu’avait déjà sorti WaterMelon, comme le collector de Pier Solar HD sur Dreamcast qui débordait de goodies en tout genre.

Et après 8 ans, il a encore de l’humour

Premier lancement du jeu et première surprise ! Fonzie, le développeur, est un petit farceur… On se retrouve avec un jeu annoncé comme un “VaporWare” nommé PAAAAA. Un Beat them all aux graphismes assez limités pour une Megadrive, en couleur et en animation, mais surtout on est loin des gros sprites promis jusqu’ici…
Une fois la console rebootée, le vrai jeu se lance !

Oh joie. Cette fois-ci c’est la bonne, on tombe bien sur le jeu Paprium.

Paprium comprend 3 modes de jeu :

  • ORIGINAL

    • C’est le mode principal du jeu, qui propose des sauvegardes pour garder sa progression, mais, plus important encore, pour conserver tout le contenu qu’on peut y débloquer. Des personnages cachés jouables, un nouveau mode de jeu (Arène), des couleurs alternatives pour les personnages, le jukebox, etc.. Le jeu est composé de 24 niveaux, des zones différentes avec chacune son environnement spécifique. Cependant, il vous faudra faire des choix, car il y a des embranchements et des conditions particulières à respecter pour accéder à certaines zones. Quand on a fini une route (généralement constituées de 6 à 9 niveaux), on retourne au niveau 1 et il est possible de refaire la même route ou d’emprunter de nouveaux chemins lors des embranchements.

    • La progression est libre et les contenus du jeu à débloquer vont varier en fonction de vos choix. Lorsque les conditions sont réunies, vous pourrez parcourir la route finale pour atteindre et venir à bout du boss final. Cette action aura pour conséquence de verrouiller la sauvegarde, vous ne pourrez plus l’utiliser, par contre elle garantit aussi conserver tout ce que vous avez débloqué avec cette sauvegarde. Vous pourrez profiter de ce mode sur 3 emplacements de sauvegarde.

  • ARCADE

    • En jouant au mode Original, vous allez débloquer les routes que vous parcourez pour pouvoir les rejouer en mode Arcade. Cette fois, il n’y a plus d’embranchements pendant la partie. Vous choisissez une route et vous la suivrez du début à la fin. Les parties sont plus courtes et le jeu y est plus agréable à parcourir lorsque vous aurez déjà passé des heures sur le mode Original et qu’il ne vous restera plus rien à y débloquer. De plus, l’aventure sera ponctuée à certains moments de mini-jeu. Qui n’a jamais rêvé de s’adonner à un tournoi de lancer franc avec des punks à la place de ballons de basket ! Pour certaines routes, il sera très simple de les obtenir (Low Levels, Underground, Skyline), pour d’autres (Royale Path, Funiculus), il faudra fouiller un peu plus les parcours possibles en mode Original pour les débloquer…

  • ARÈNE

    • En plus de ces 2 modes de jeu, un mode Arène est à débloquer, une sorte de Survival Mode jouable jusqu’à 4 joueurs. Mais pour pouvoir y jouer à plus de 2 joueurs il vous faudra un de ces précieux sticks arcade collector vendu par WaterMelon : The GRANDSTICK III. Voir 2 sticks ! Car le stick comprend un port pour y brancher une manette Megadrive. Donc avec 2 manettes Megadrive branchées chacune sur 1 stick, vous pourrez profiter du mode Arène à 4 joueurs. Il est dommage que ce mode soit si court et l’intérêt donc d’y revenir limité. On a vite atteint un cap niveau scoring, surtout à un joueur puisqu’il faudra de toute façon vaincre tous les adversaires pour passer au tableau d’après, donc le score sera forcément maximal à la fin, si vous parvenez à bout de ce mode…

    • Vous aurez cependant l’occasion de jouer avec un des mid-boss du jeu : Rondo ! Encore un personnage jouable à débloquer. À voir si le fun est au rendez-vous à 4 joueurs néanmoins, mais il faudra pour cela débourser 129 dollars pour le stick ou 169 dollars pour son édition limitée (x2). J’ai pu constater avec tristesse que mon multi-tap Megadrive ne fonctionnait pas avec le jeu… un peu triste. Il en va d’ailleurs de même pour les sticks arcade de l’époque compatible Megadrive, hormis le stick officiel 3 boutons de SEGA.

Quand l’arlésienne te vend une arlésienne

En parlant de périphériques dédiés au jeu, il y a un port MegaWire 4 sur le haut de la cartouche qui permettra plus tard de brancher un dongle Wifi (le fameux MegaWire 4). La notice nous apprend qu’il permettra de mettre à jour le jeu, télécharger des DLCs, partager les high scores, ou encore synchroniser certains succès avec son compte Magical Game Factory afin de faire apparaitre sur son profil des icônes à l’image des trophées/succès des jeux sur consoles modernes.

Les périphériques de la consoles eux vous permettront d’avoir des options supplémentaires ou des contenus différents dans le jeu. Si vous branchez un 32X, vous pourrez ramasser des boites (explosives) de 32X qu’il vous sera possible de lancer sur les ennemis ! Pareil pour le Mega-CD. Sauf qu’en plus de ce petit clin d’œil à l’accessoire, le Mega-CD vous permettra de jouer à 2 joueurs……. tout seul. En effet, si vous branchez un Mega-CD à votre Megadrive, vous pourrez faire jouer le deuxième joueurs par une IA contrôlée par le sub-CPU du Mega-CD. Pratique ! D’autant plus qu’avec la touche MODE de votre manette 6 boutons vous pourrez prendre le contrôle du joueur 2 à tout moment. Le CPU s’occupera du joueur inactif après 3 secondes d’inactivité. Vraiment très forte comme option !

Est-ce que Paprium a tenu ses promesses ? Est-ce que le jeu valait les 8 ans d’attente, les crises de nerf des investisseurs, l’absence totale de communication de WaterMelon ?

« Paprium est un jeu excellent. Son contenu et sa rejouabilité sont inégalés sur Megadrive, tout comme son prix. Ce dernier laisse clairement en suspend la recommandation de son achat. »

Fei

Oui, oui, oui et OUI !

C’est du jamais vu. Aussi bien dans le monde du homebrew (jeu amateur ou indépendant sur consoles retro) que dans la ludothèque officielle de la Megadrive, une vraie folie. Luis Martins a fait un travail remarquable sur la direction artistique et les illustrations du jeu. Les décors et les effets (zoom, pluie, premier plan, lampions, etc) sont vraiment au top ! Les musiques sont excellentes. La qualité sonore est folle en tout cas. Merci le Datenmeister, mais vous avez une option pour le désactiver si vous préférez jouer avec les sonorités de la Megadrive. J’ai eu parfois jusqu’à 9 ennemis à l’écran, et le tout est très bien géré (mais on constate des effacements de sprites sur les bords de l’écran ou zones moins visibles).

Le contenu proposé va bien au-delà des promesses qui avaient été faites… Vous aurez là des dizaines d’heures de jeu et un contenu à débloqué juste hallucinant (à l’heure où j’écris j’en suis à 35 heures de jeu et je n’ai pas totalement tout débloqué…) … Il a même tenu la promesse de remplacer les noms des ennemis par les pseudos des investisseurs du projet ! Il vous faut, pour les faire apparaitre, activer “Baptème de Feu” dans les Options. Vous pouvez donc me taper dessus à 2 endroits du jeu en tant que « Policier ++ » :

  • à la fin de la « Mid Levels » route, avec le boss (Police HQ)
  • à la fin du jeu, avec le boss final (Solarium)

Attention cependant, le projet, dans son ensemble, n’est pas exempt de tout défaut. Loin de là… Déjà les 8 ans de développement avec des annonces au compte goutte de la part de WaterMelon… c’était plus que moyen !
Quelques points négatifs concernant Paprium en lui-même également :

  • Le jeu ne fonctionne pas sur la plupart des modèles de Megadrive 1 (problème qui peut se régler en mettant un Mega CD ou un 32X, mais apparemment il resterait des bugs quand même avec ces techniques). Par contre, Fonzie propose d’échanger les cartouches de ceux qui le souhaite lorsqu’il aura résolu le problème…
  • Il y a une plaque (assez grande en plus) dans la cartouche pour cacher une masse d’epoxy avec les puces additionnelles de la cartouche… et sur la majorité des cartouches livrées la plaque s’est détachée et se balade dans la cartouche. En plus elle semble être en metal… J’ai retiré la plaque pour être sûr d’éviter de faux contacts ou que les pistes du PCB ne soient abîmées. Je n’y connais rien mais je ne prends pas le risque ^_^’
  • Les 3 premiers niveaux de difficulté ne servent à rien. Vraiment trop faciles ! D’ailleurs elles ne permettent pas de débloquer certains contenus, donc il faut jouer direct au dernier niveau de difficulté pour ne pas perdre de temps sur tout ce qu’il y a à faire dans le jeu. Si vous ne le savez pas comme moi, vous aurez une sauvegarde de presque 15 heures qu’il faudra refaire en difficulté 3 étoile. Comme il n’y a que 3 emplacements de sauvegarde, il se peut même qu’il vous faudra effacer vos premières sauvegarde pour tenter de débloquer tout le contenu du jeu (pour l’éviter, ça tombe bien, nous vous proposerons un guide pour découvrir et débloquer les secrets du jeu).
  • On ne peut jouer au mini-jeu PAAAAA que lors du premier lancement du jeu. Si on reset la console, ça lance le vrai jeu et impossible d’y rejouer… sauf effacer totalement la sauvegarde de la cartouche…

A lire sur Paprium

Pour conclure, je dirai que Paprium est un excellent jeu, au contenu et à la rejouabilité inégalée sur la Megadrive. Reste à savoir si vous êtes prêts à payer le prix fort pour vous procurer une cartouche, puisque, hélas, les nouveaux tarifs du jeu sur la boutique de WaterMelon sont prohibitifs: 129 dollars pour une version classique et jusqu'à 340 pour une version Limited européenne...et je ne parle même pas des annonces des spéculateurs sur les sites de vente en ligne…

Excellent !

Mis à disposition par l’éditeur : Non

Pas d'anecdote

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype

Payer un Carambar au Rédacteur

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!