Lecture: La Saga Shin Megami Tensei, d’apocalypses en renaissances

Lecture: La Saga Shin Megami Tensei, d’apocalypses en renaissances
Par Kuk
🖶 Temps de lecture estimée : 5 minute(s)

Shin Megami Tensei est une série majeure de jeu vidéo au japon depuis ses débuts en 1987. En Europe, elle est surtout connue via deux titres : Shin Megami Tensei III: Nocturne et Shin Megami Tensei: Strange Journey Redux (traités ici-même). Malgré leur bon succès d’estime, ils restent dans l’ombre de Persona, une de ses séries spin-off les plus connues.

C’est donc dans l’optique de nous faire connaître la saga originale que Ludovic Castro nous propose ici une étude approfondie. La Saga Shin Megami Tensei, d’apocalypses en renaissances est un livre assez dense, de presque 400 pages. Edité chez Third, il est réparti en trois chapitres évoquant autant les jeux que l’univers de la saga. On rappelle que cette collection ne propose aucune illustration. Pour se concentrer « uniquement » sur l’histoire et le fonctionnement d’une série de jeu vidéo.

Un historique très complet

Le premier chapitre revient de manière assez détaillée sur le développement des jeux de la série ainsi que sur la société Atlus. On rentre assez vite dans le vif du sujet avec le développement des jeux vidéo, à partir de la fin des années 80. Ce chapitre se clôture en 2020, sur les annonces de Shin Megami Tensei V, jeu non traité puisqu’il n’est pas sorti au moment de la publication du livre. Entre les deux dates, ce sont donc tout de même plus de trente ans qui sont évoqués. Même si l’auteur se concentre sur la série Shin Megami Tensei à travers six titres et ses dérivés, les autres productions d’Altus sont évoquées.

L’ensemble est particulièrement intéressant. Il donne la parole aux développeurs via de nombreuses citations d’interviews, traduites pour l’occasion. Malheureusement elles sont presque toujours non-référencées, comme souvent chez cet éditeur. L’auteur a vraiment essayé de brosser au mieux les apports de chacun des divers grands noms parmi les créateurs de la série. Mais également les choix pas toujours très heureux d’Atlus.

L’univers, sous forme de fiches…

Le chapitre II traite plus particulièrement de l’univers de la série. Même si chaque sous-chapitre est globalement réservé à un titre en particulier : Shin Megami Tensei I, Shin Megami Tensei II, Shin Megami Tensei III, Shin Megami Tensei IV, Shin Megami Tensei IV apocalypse et enfin Shin Megami Tensei strange journey.

L’auteur résume d’abord chaque jeu, avant de détailler les différents protagonistes. On se retrouve ainsi avec une multitude de paragraphes expliquant différents protagonistes, organisations, ou courant religieux. Ces listes tendent à devenir de petits résumés de Wikepedia encyclopédiques. Elles peuvent effectivement apporter les références à ceux qui n’ont pas ces bagages culturels. Pour autant le traitement de ces données est un peu problématique.

Car ces explications sont parfois très longues, trop souvent déconnectées du jeu lui-même, et pas toujours didactiques par rapport au thème de la Saga. Du coup, on se retrouve avec des présentations assez indigestes qui comportent parfois des explications discutables. Par exemple, l’auteur mentionne que Lilith est interprétée comme la première femme d’Adam au Moyen-Âge (p.125). Mais il oublie de préciser qu’il s’agit de commentateurs ashkénazes (notamment du XIe siècle Français) ultras minoritaires.  Même chose pour les chevaliers du Temple, où dates de fondation et attributions sont tout aussi contestables (p.156), etc.

Soirée Théma

La dernière partie de l’ouvrage reprend un peu ces thématiques. Pour le coup, elle soutient de manière beaucoup plus intéressante l’analyse des Shin Megami Tensei. Le sous-titre est d’ailleurs appelé « décryptage ». Ainsi certains ressorts scénaristiques de la série (les voies dites bon/neutre/chaos), le système de jeu, ou encore les musiques sont détaillés puis mis en perspective. Mention spéciale aux deux premiers chapitres sur les thématiques et le système de jeu. Ceux derniers apportent un regard certes personnel, mais vraiment captivant et intéressant.

A nouveau, l’absence des visuels issus des jeux ou de divers Art Works n’est pas surprenant. En fait, mis à part la deuxième section de l’ouvrage (qui est aussi la plus longue), La Saga Shin Megami Tensei, d’apocalypses en renaissances fait le job et nous n’avons pas grand-chose à lui reprocher.

Ce livre sur la Saga Shin Megami Tensei est certes inégal dans sa rédaction, mais tout à fait pertinent pour les intéressés. Il est d’autant plus indispensable pour ces derniers, que bon nombre d’informations sont assez exclusives, du moins en Français.

Amusant !

Mis à disposition par l’éditeur : Oui

Pas d'anecdote

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype

Payer un Carambar au Rédacteur

Dans la même catégorie :

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!