SnowRunner, le test sur Nintendo Switch

On continue à enchainer les tests sur ce mois de Mars mais avec un style de jeu totalement différent. En effet, SnowRunner a attiré l’oeil de notre famille du fait de son aspect simulation. Après le test d’une simulation de police autoroutière, on enchaine donc sur cette simulation de véhicules off-road dans des contrées reculées américaine. SnowRunner, un univers impitoyable ?

Open world américain

SnowRunner vous mettra au volant de quarante véhicules off-road de marques américaines type Pick up Ford, Chevrolet et autres gros camions. Le premier objectif sera de collectionner, d’améliorer ses véhicules afin d’en acquérir de nouveaux aux spécificités uniques. Le joueur pourra par exemple faire l’acquisition de chaines afin de mieux circuler sur la neige par exemple.

En effet, le postulat de départ du soft est d’apprendre chaque spécificité de chaque véhicule afin d’appréhender aux mieux les particularités des différents terrains. En outre, quand le terrain se fait difficile, vous pourrez être amené à utiliser votre treuil pour arrimer votre véhicule à un point d’ancrage pour extirper votre véhicule embourbé. Toutefois, cette fonction est trop récurrente et ne changera pas quel que soit votre véhicule.

Là où on va, on n’a pas besoin de route !

L’aspect mis en avant lors de la présentation est l’environnement « immense » de la carte. Il conviendra toutefois de nuancer ce propos. En effet, le joueur devra se rendre d’un point A à un point B défini en vu de réaliser une quête. Par exemple, vous pourrez transporter de l’acier d’une usine vers un pont en vue de sa construction. Vous commencerez par une faible partie de la carte et il vous appartiendra de se rendre à une tour de guet pour rendre la zone d’exploitation plus large.

En somme, il n’y aura pas de monde réellement ouvert mais davantage d’une route prédéfinie, les autres étant le plus souvent barrées. La seule « route » accessible vers la cible sera le plus souvent jonchée d’embuches et il vous arrivera très souvent de rester bloqué malgré les différentes aides proposées par le jeu. Ainsi, il faudra alors « récupérer » votre véhicule à un endroit antérieur du jeu, souvent assez loin, à chaque tentative. Alors, certes les graphismes sont propres mais le joueur n’aura jamais la sensation de fluidité dans le jeu mais davantage d’une certaine mollesse.

Le salaire de la peur

Lors de votre quête, votre véhicule est doté d’une physique particulière qu’il conviendra de gérer dans des situations périlleuses. En réalité, le joueur sera davantage gené par la morphologie du terrain que par la gestion du véhicule et/ou marchandises. De plus, les moments ou vous rencontrerez des difficultés généreront de la tension non pas par leur difficulté mais par la lenteur de l’ensemble couplé à la peine de retourner loin dans le jeu dès que votre véhicule sera bloqué.

Pour l’avoir fait testé à mon fils fan de simulation en tout genre, le jeu n’est ni fun, ni passionnant et il est davantage conseillé à un public « mature » fan éperdu du genre. En effet, seuls les passionnés des situations désespérées en camion y trouveront leur compte tandis que les autres se plongeront dans un ennui profond au gameplay plus que limité.


D’autres articles qui pourraient vous plaire :

Avis sur SnowRunner

SnowRunner est une simulation de conduite dans des environnements extrêmes. L'aspect redondant des missions et ronflant du gameplay vous plongera dans un ennui profond. Un jeu à ne recommander qu'aux fans de ce genre précis.

SnowRunner

✋Ennuyeux✋ !

Mis à disposition par l’éditeur : Oui

Pas d'anecdote

Trailer de SnowRunner

Images de SnowRunner