Without Escape, le test sur PS Vita et Switch

Without Escape, le test sur PS Vita et Switch

Si comme moi, lorsque vous voyez des tentacules, vous pensez Cthulhu. Alors vous faites partie des sachants : « welcome home ». Without Escape vous fera donc penser à une aventure Cthulhulesque, de par sa description, son image de présentation de jeu. Mais très vite, vous comprendrez la supercherie. Point de grand ancien ici. Au mieux, vous y trouverez quelques gouttes de sang, des bruits bizarres, et des écrans étrangement figés. Personnellement l’écran figé ça m’angoisse, et il ne me fallait rien de plus pour me faire passer un peu moins de deux heures sur ce titre.

C’est clairement un escape game déguisé, le format dans le temps correspond, les puzzles à deux sous correspondent. Seules divergences, la recherche du pixel qu’il faut cliquer pour activer ce foutu bouton-poussoir débloqueur de la scène suivante. Ce genre de truc me fait m’arracher les cheveux. Heureusement, la zone de jeu n’est pas gigantesque, mais il y a de quoi littéralement « péter un câble », même pas besoin de voir un Ancien.

Pour le reste, la technique est datée et assumée, mélange de mini-cutscene avec des écrans fixes, et le tout se jouant comme sur un PC, le stick servant de souris. On commencera tranquillement dans la maison de notre protagoniste, pour rapidement partir vers le fantastique (rappel 2 heures de durée de vie MAX). Le titre arrivera rapidement dans le -16 ans façon D. Bien que la mise en scène ne soit pas plus effrayante que cela.

A noter qu’il existe 3 fins, on n’aura pas forcément envie de refaire le jeu pour les voir, mais l’une d’elles doit s’obtenir en moins de 5 minutes et est terriblement ironique. D’ailleurs si vous avez le temps, il y a un speed-runner qui s’est fait avoir, et qui par un heureux hasard est tombé sur cette fin. Résultat les derniers instants de son speedrun sentent l’improvisation. C’est toujours très drôle à voir.

Par Manoloben

Without Escape, le test sur PS Vita et Switch

Pour 5 euros, ce n'est pas l'affaire du siècle. #WithoutEscape passe le temps à défaut de dépouissérer le genre.

Passe-Temps

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp