(GamesCom 2017) Splasher en met partout!

SPlasher-Switch

 

C’est encore une fois chez Playdius qu’on a pu essayer une conversion sur Switch d’un jeu vraiment convaincant (désolé, on ne l’avait pas suivi sur PC, on regrette!). Le dénommé Splasher, fruit du cerveau malade qui a donné naissance au merveilleux niveau de Rayman Legend et de développeurs talentueux. Splasher bien qu’il soit « indé » – graphisme épuré, enchainement des niveaux sans énorme cinématique et sans musique de John Williams ? – il a tout du bon jeu, un rythme frénétique, des niveaux léchés au pixel prêt, et des mécaniques riches. Votre homme aidé de ce canon à « peinture » pourra déjouer les pièges, les ennemis et autres embuches. Les différentes couleurs de peinture vous donnent des habilités particulières (rebondissante, collante, nettoyante) afin de vous frayer un chemin. Le titre pourrait paraitre simpliste, mais au fond se cache un level design parfait pour les speed-runner en herbe, chaque ennemi ou piège peut être passé de façon optimale afin de grappiller quelques secondes au chrono. Même si je ne suis pas grand fan de ce type de scoring, je trouve cela particulièrement bien fait. Ça permet à la fraction de joueurs adeptes de compétition de multiplier la durée de vie. Splasher est prévu sur Switch – on l’a testé sur la console de développement – on attend avec impatience sa date de lancement.

Lire la suite

Fast RMX, le test sur Switch

wdfkntzlbjmgk49frnbd

IMAGES EDITEUR.

Depuis combien de temps attendions-nous un successeur à F-Zero-GX de Sega (enfin Amusement Vision, un des studios de Sega) sur Gamecube? Ou même, juste un bon Wipeout (désolé, mais depuis le 2097 sur Playstation, j’ai arrêté par décence pour la série!). Franchement, en découvrant Fast RMX, je n’en croyais pas mes yeux, mes oreilles, et mes mains tremblaient. La première impression peut paraitre molle, voir ballade en forêt. Et bien les gars (et filles, je ne vous oublie pas!), poussez les réacteurs, changer de circuit et dites « Bonjour » au nouveau maître étalon du genre, le nommé Fast RMX

Fast RMX vous met dans la peau d’un pilote de vaisseau antigravité, c’est l’excuse pour vous proposer tout simplement un condensé de vitesse, de dextérité et de pièges malsains à éviter. Ici pas de missile, ce n’est pas nécessaire, un boost bien placé sur votre adversaire (oui oui, vous lui voler dessus! Cadeau!) et celui-ci sera ralenti pour quelques secondes. Ça parait simple? Croyez moi quand vous atteignez les 700 à 1000 km/h tout cela va très très vite! Sur la trentaine de circuits, vous pourrez découvrir les difficultés que les développeurs ont eu la bonne idée d’intégrer. Boost au sol qui fonctionne un peu comme un Ikaruga (il faut avoir la bonne couleur sur votre vaisseau pour l’utiliser), une jauge de boost à remplir avec des petites boules bleues, des sauts qu’il ne faudra pas louper, des rochers à éviter, des conditions météorologiques pas très amicales (vent, pluies), et de temps en temps une gravité allégée… tout y est pour chaque circuit soit un dépaysement. Et pour vous achever, vous aurez très souvent la tête en bas.

Le titre possède un mode solo, un mode en ligne, un mode en réseau local, mais aussi un mode « pro », ou votre jauge de boost est aussi votre jauge de vie… et la moindre erreur est fatale! Vous auriez vu mon sourire après mettre planté au dernier tour contre un pilier en béton…

Lire la suite

Kamiko, le test sur Switch

iqghcnfqbq4ee46frbcc

 

La Switch est une parfaite plateforme pour supporter les productions indépendantes. Elle touche le grand public, et visiblement le développement est facilité. J’en veux pour preuve, la quantité d’adaptation de jeux Android/iOS qui sortent ou vont sortir dessus. Mais aujourd’hui on ne parlera pas d’une adaptation. Mais bien d’un nouveau titre : Kamiko.

Kamiko du développeur Skipmore est un Action-RPG nerveux, fruit surement d’un court brainstorming (le gameplay est assez simple), il n’en est pas pour autant mauvais. Le titre lancé à prix planché sur Switch (4,99€) veut toucher les joueurs occasionnels en manque de graphisme 16 bits mignon. Et ça fonctionne, je me suis cru sur SNES (je n’ai pas dit « ma » car je n’ai jamais possédé de SNES, je suis Sega Fan, moi, monsieur!). L’histoire tient sur une nappe de restaurant à 10 balles, et au recto il y a le système de jeu :

  • Combo qui vous donne de l’énergie,
  • énergie qui vous permet de débloquer portes, levier, et temple.
  • 4 temples par niveau,
  • et hop vous allez affronter le boss.

Et c’est bien ces derniers qui vont vous amuser, ils sont costauds, et offre des mécaniques intéressantes. Seul problème, le titre ne propose que 4 niveaux, et la durée de vie s’en ressent. Comptez 2 à 3 heures maximum.

Lire la suite