Man Of Medan, le test sur Playstation 4

Man Of Medan, le test sur Playstation 4
  • J’avais acheté Dark Picture Anthology : Man of Medan à sa sortie, débuté, mais vite lâcher pour de bonnes raisons. Man of Medan étant un jeu d’aventure/film interactif, il n’est pas très long. Mais je ne sais pas, l’histoire avait du mal à prendre. J’étais surement en partie fautif. C’est que récemment que j’ai repris ma partie. Étonnamment, aucun problème à reprendre le cours des événements. L’histoire étant « assez simple ». Après avoir eu le générique de fin, je me suis dit que l’expérience était vraiment différente de Until Dawn, mais pas mauvaise pour autant, laissez-moi vous expliquer.

Until Dawn s’est monté comme un Slasher, un Slasher fantastique, mais un Slasher quand même. Il y a des morts atroces, un ado complètement fou, et clairement vos personnages risquent leur vie à chaque coin de la maison. Pour Man of Medan, déjà une partie des personnages présents n’est pas jouable, ça limite grandement votre intimité avec ces personnages et donc leur mort ne vous intéresse pas. Mais surtout beaucoup de personnages n’ont pas vocation à mourir au moindre faux pas, contrairement à ce que j’avais pu ressentir sur Until Dawn. Ici, vos « faux pas » vont modifier le déroulé de l’histoire, des embranchements qu’on vous fera très clairement comprendre avec un texte un l’écran.

Résultat, on a la sensation d’être dans un jeu beaucoup moins directif (même s’il le reste) et on comprend bien vite que telle ou telle action va vous embarquer dans un embranchement différent. Alors, c’est sûr ça reste chapitré, on parcourt des couloirs sur un navire fantôme angoissant, et on devra jouer du QTE en permanence. Mais j’ai apprécié l’expérience.

Les deux grandes nouveautés sont : 

  • La fameuse Curator’s Cut qui après un début similaire change pas mal de chose et permet « à moindre coût » de rejouer le titre avec une saveur différente
  • Et la possibilité de découvrir l’histoire à deux. Je trouve ça juste génial de pouvoir partager ce titre comme un bon film. Et surtout vos décisions sont souvent dans le même ton (on a tendance à être très sérieux ou tête brulée), mais si vous jouez avec une personne qui n’est pas comme vous, vous subissez ses choix.

Et ça apporte vraiment une sensation différente d’avoir ces deux possibilités.

Maintenant, venons-en au défaut, j’en ai trouvé un de taille. Des incohérences d’embranchements. Typiquement sur la fin du jeu, alors qu’avec deux personnages nous étions bloqués. Dans la scène qui suit, je ne retrouve que l’un des deux, le second étant peinard au soleil sur le pont. Ça fait bizarre, alors certes c’était dans le « cut » normal. Il a pu se passer beaucoup de choses. Mais de là à avoir un en galère, l’autre peinard il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas.

Par Manoloben
Version testée : 1.14
Offert par l’éditeur : Non
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype

#ManOfMedan c'est pour moi du tout bon, un poil moins incroyable que #UntilDawn mais les deux nouveautés valent le coup d'être essayées.

Amusant