Lecture: Press Reset

Le dernier livre de Jason Schrier est un manifeste, dont le thème se résume dans son sous-titre : « désastres et reconstruction dans l’industrie du jeu vidéo ». L’auteur, comme à son accoutumée, donne la parole aux développeurs de jeu vidéo.

Quelques grandes figures ont parfois témoigné, mais il s’agit surtout de la grande armée des sans-noms. Ceux qui, même s’ils participent à des titres connus, restent dans l’ombre du grand public. Les différents chapitres visent surtout à évoquer la fin d’un grand nombre de studios et l’impact humain des divers « plans de restructuration ».

Société anonyme

L’intérêt du livre est vraiment d’explorer au plus près les rouages de sociétés telles que 2K, Disney et surtout EA. Inutile de vous dire que certains choix commerciaux ou financiers posent vraiment question. Ces firmes sont décrites comme obnubilées par les titres qui engendreront une « croissance rapide et continue ».

Les studios rentables, mais dont les revenus sont jugés trop peu suffisants, ne sont pas gardés très longtemps. Origin et ses licences de JDR ont ainsi été liquidées, car elles ne généraient que trop peu d’argent. On voit ainsi cette situation se répéter pour des titres pourtant reconnus et ayant plutôt bien fonctionné, comme Epic Mickey ou la Saga Bioshock.

Mais les choix de fermer un studio ou tout du moins d’en liquider la majorité du personnel sont aussi directement liés à la quantité des personnes pour réaliser un triple A. Ce fut ainsi le sort des équipes de Bioshock Infinite. Devenus trop nombreux à la sortie du jeu, les ¾ des développeurs ont été licencié malgré le travail acharné. Et quand un éditeur impose une adaptation mobile avec des microtransactions qui détruisent tout plaisir, le studio et son personnel sont renvoyés sans ménagement.

Un livre Témoin

La majorité des 8 premiers chapitres donne vraiment la part belle aux témoignages des différents acteurs. Pour le coup, Jason Schreier a réalisé de nombreux interviews et utilise certaines déclarations pour compléter son propos. On y suit souvent les pérégrinations de plusieurs acteurs du JV.

Toutes les situations sont d’ailleurs évoquées au sein de grands studios, comme ceux de taille moyenne ou indépendants. Du recrutement au licenciement, toutes les étapes de vie de ces personnes nous sont présentées de manière assez vivante et immersive. L’effondrement de leur emploi et pratiquement de leur vie, est d’autant plus dramatique.

De fait l’importance de ces témoignages est particulièrement forte. Elle ne peut être que conseillée à tous ceux qui s’intéressent à cette industrie. L’envers du décor est souvent particulièrement dur, d’autant qu’il n’est que trop rarement évoqué.

Un souffle épique qui manque de profondeur

Pour autant, à rester au plus près des événements, on gagne certes en intensité. Mais on y perd aussi en exactitude. Bien souvent le propos manque de chiffres et de précision. On aurait aimé que soit mis dans la balance les chiffres de ventes, les coûts de revient ou même les salaires eux-mêmes. Le livre évoque régulièrement la perte ou la sauvegarde liées à des négociations de licenciement ou de couverture santé, sans que cela ne soit davantage détaillé.

A un autre moment, les différences salariales entre les États-Unis et la Suède, ou entre un employeur dans une grosse société ou celui chez un développeur indépendant, sont mentionnées sans que tout cela ne soit vraiment étudié. On reste donc, bien trop souvent, au niveau du témoignage subjectif.

Le chapitre IX, faisant office de pistes de solutions, est lui aussi bien léger. Certaines des idées ne semblent par particulièrement viables. Par exemple, l’une d’entre elles se base sur une logique de sous-traitance complète, basée sur des sociétés pérennes. D’autres nous paraissent plus évidentes dans une société Européenne, comme le syndicat ou les conventions collectives, mais sont également à peine esquissées.


D’autres articles qui pourraient vous plaire :

Avis sur Press Reset

Press Reset, est un livre prenant, presque épique, qui suit la destinée d'une myriade de petites mains, malmenées au grès des envies et des besoins des résultats financiers des grands éditeurs. Cet ouvrage mérite d’être lu par tout ceux qui veulent en savoir un peu plus sur le monde "merveilleux" du jeu vidéo. Pourtant il aurait gagné à être davantage travaillé. Passionnant, il n'est pas le brûlot argumenté qu'il aurait pu être.

Press Reset

Plaisant !

Mis à disposition par l’éditeur : Oui

Pas d'anecdote

Trailer de Press Reset

Images de Press Reset

Jeux vidéo à moins de 20 euros

Meilleure Vente n° 1 Minecraft pour Nintendo Switch Minecraft pour Nintendo Switch 22,09 EUR
Meilleure Vente n° 2 Jeux Interdits Jeux Interdits 6,99 EUR
Meilleure Vente n° 3 Poney Aventure 2 Version 3D Poney Aventure 2 Version 3D 12,57 EUR

Meilleurs ventes Jeux Vidéo

Meilleure Vente n° 1 Crash Bandicoot 4 : It's About Time (PS4) Crash Bandicoot 4 : It’s About Time (PS4) 31,03 EUR
PromoMeilleure Vente n° 2 GTA The Trilogy - The Definitive Edition... GTA The Trilogy – The Definitive Edition… 14,99 EUR
PromoMeilleure Vente n° 3 Rise of the Tomb Raider - 20ème anniversaire Rise of the Tomb Raider – 20ème anniversaire 19,93 EUR

Meilleurs ventes Playstation 4/5

Meilleure Vente n° 1 Jumanji : Le Jeu Video (PlayStation 5) Jumanji : Le Jeu Video (PlayStation 5) 29,99 EUR
Meilleure Vente n° 2 Kingdom Come : Deliverance II ( PlayStation 5 ) Kingdom Come : Deliverance II ( PlayStation 5 ) 69,99 EUR
Meilleure Vente n° 3 Resident Evil 4 Remake Gold ( PlayStation 5 ) Resident Evil 4 Remake Gold ( PlayStation 5 ) 49,99 EUR

Meilleurs ventes Nintendo Switch

Meilleure Vente n° 1 Minecraft pour Nintendo Switch Minecraft pour Nintendo Switch 22,09 EUR
PromoMeilleure Vente n° 2 Miraculous Rise of the Sphinx Nintendo Switch Miraculous Rise of the Sphinx Nintendo Switch 24,95 EUR
PromoMeilleure Vente n° 3 EA SPORTS FC 24 Standard Edition Switch | Jeu Vidéo | Français EA SPORTS FC 24 Standard Edition Switch | Jeu… 30,16 EUR
On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!