God of war, le test sur PS2 : la naissance d’un mythe ?

God of war, le test sur PS2 : la naissance d’un mythe ?
Par VTG
🖶 Temps de lecture estimé : 5 minute(s)

Si aujourd’hui God of War est une licence culte et établie sur PlayStation, il est bon de rappeler que les aventures de Kratos ont débuté il y a plus de quinze ans de cela…C’était en 2005. Bien après des blockbusters comme Devil May Cry, Onimusha, SCE Santa Monica Studio a sorti cette nouvelle licence.

Un simple mortel…

Vous incarnerez Kratos, chef guerrier d’une armée grecque. Il finit acculé devant l’invasion des barbares lors d’une bataille et demande à Arès, dieu de la guerre, de lui sauver la vie ainsi que celles de ses hommes en échange de son âme. Ce pacte l’amènera à devenir un meurtrier sanguinaire et même, à tuer sa propre famille.

Ainsi, se rendant compte de sa propre condition et espérant un pardon pour les crimes qu’il a commis, il offrira ses services aux dieux. Au gré de son aventure, les dieux lui conféreront des pouvoirs et l’aideront dans sa quête d’exterminer le dieu de la guerre, devenu tyrannique.

Au-delà d’un simple jeu de type beat them all, nous nous rendons compte que le scénario est également profond.

En effet, vous découvrirez ainsi tout le culte de la mythologie grecque de façon très étoffée.

Le culte de la violence

C’est ainsi que démarre notre aventure. Notre apollon se maniera en vue à la troisième personne. Féroce combattant, Kratos est équipé de deux épées fixés à ses bras par des chaines.

Notre combattant crève l’écran sans simagrées et enchaine les coups d’une rare violence face aux commandos lancés par le dieu Arès. Par exemple, au gré de votre quête, vos enchainements seront amenés à évoluer. De plus, certaines actions auront un caractère plus cinématrographique. Ainsi, face à des ennemis plus « importants », le jeu évoluera vers un QTE ou il vous faudra enchainer des touches définies dans un rythme bien précis. Un seul objectif : une mort violente.

Au delà de l’aspect action, ce God of War premier du nom viendra emprunter des aspects RPG à d’autres titres. Il vous faudra accumuler des orbes de différentes couleurs pour améliorer votre condition. Les vertes vous donneront de la santé tandis que les bleues vous redonneront de la magie. Quant aux orbes rouges, celles ci accumulées vous donneront des points d’expériences supplémentaires, points nécessaires pour acquérir de nouvelles compétences tant en combat qu’en magie.

Une aventure titanesque !

Il est important de rappeler que le jeu est sorti il y a plus de quinze ans. Une fois cela dit, nous ne pouvons rester qu’admiratif devant la profondeur d’affichage et la qualité graphique. On retrouve ainsi toute la décadence et la grandeur de la mythologie grecque que ce soit dans les phases de plate forme ou aquatique.

Il est à noter que le jeu présente déja un joli travail sur les lumières, un faible aliasing et quasiment aucun ralentissement malgré le nombre de polygone affiché. De plus, les temps de chargement entre les différentes scènes sont quasiment absentes ce qui ajoute encore plus un coté cinéma au soft.

La grandeur des zones à explorer est d’autant plus éxacerbée que le jeu regorge de passages secrets qui vous aideront soit dans votre aventure soit dans votre expérience de jeu. Nous retrouvons ainsi ce qui a fait le sel de Tomb Raider il y a quelques années.

Enfin, quant à la durée de vie, Kratos passera de mortel à dieu au bout de huit heures. Une fois l’expérience passée, malgré le plaisir de l’aventure, nous ne pourrons que constater une faible rejouabilité et nous nous pencherons davantage sur sa suite qui est teasée à la fin du jeu.

Mythique jeu de la #Playstation 2, ce premier #GodofWar vient poser les bases de ce qu'allait devenir le jeu vidéo. Une réalisation grandiose, une aventure dense et complète ainsi qu'un système de jeu complet auront hissé ce premier opus au panthéon du jeu vidéo. L'expérience intense mérite d'être vécue même si on peut noter une absence de rejouabilité et parfois un côté redondant lié à ce genre de jeu. Ne boudez pas votre plaisir et défoulez-vous avec Kratos.

God of war

Excellent !

Mis à disposition par l’éditeur : Non

God Of War parle beaucoup plus de la mythologie grecque que les Chevaliers du Zodiaque. Les amateurs d'histoire apprécieront.

Medias

Payer un Carambar au Rédacteur

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!