Card Shark, le test sur Switch

Le jeu de cartes Français est un classique parmi les classiques, et il a donné lieu à pléthore de jeux associés. Lesquels ont été utilisés pour d’innombrables jeux d’argent, avec les dérives que tout à chacun peut facilement imaginer. Développé par le studio Nerial et édité chez Devolver Digital, Card Shark vous met dans la peau d’un apprenti tricheur en la matière. Et vous risquez bien de prendre goût à cette surprise d’originalité.

Cyrano de Bergecartes

Cocorico. Ou presque. Card Shark est déjà d’une originalité paradoxale : son studio de développement est Anglais, mais il se déroule dans la période pré-révolutionnaire Française. De l’ambiance aux musiques et surtout aux personnalités rencontrées, tout ou presque y fait référence. L’intrigue principale, d’ailleurs, tourne principalement autour de la personnalité de Louis XV.

Et plus surprenant encore, le titre s’appuie sur des jeux et des tours de triche basés sur le jeu de cartes Français. Vous ne voyez pas à quoi nous faisons ici référence ? C’est sûrement normal, et vous pêchez probablement par excès de connaissance. Car en France, le jeu de cartes à deux couleurs (noir et rouge) et à quatre enseignes (Valet, Dame, Roi et As) est une institution.

Card Shark s’ouvre. Musiques sympathiques et agréables, juste ce qu’il faut. Décors et personnages en teintes pastel, via peintures à l’huile du talentueux Nicolai Troshinsky. La direction artistique n’est pas éblouissante, mais charmante et toujours agréable. Une douce sobriété qui sied parfaitement à l’ensemble.

QTE et Xanax

Au bout de quelques minutes, vous comprenez que vous incarnez un héros muet, au sens littéral du terme. Quelques mésaventures un peu malheureuses plus tard, vous voici en compagnie un peu forcée du Comte de Saint-Germain, un joueur mais surtout un tricheur très doué. Il devient votre tuteur, et l’aventure commence.

Nous n’en dirons pas plus pour limiter le spoil et allons développer en quelques mots le système de jeu de Card Shark. Il s’agit d’une succession de scénettes scénarisées, qui donnent lieu à des parties de jeu (et de paris d’argent). Avant chacune d’entre elles, le Comte ou d’autres personnages vous enseignent quelques tours de triche pour vous assurer la victoire. Ces techniques combinent raisonnement logique et brèves manipulations façon QTE.

Une fois celles-ci répétées et acquises, à vous de les mettre en action. Ce qui se traduit concrètement par autant de mini-jeux combinant manœuvres habiles à la manette, approche tactique et surtout mémorisation. Comme si ça ne suffisait pas, vous réalisez la plupart du temps ces mouvements sous deux types de pression : celle de faire erreur bien entendu, mais aussi celle d’être trop lent et de susciter l’agacement des autres joueurs, s’ils découvrent le pot aux roses. Card Shark est donc un titre stressant qui requiert le plus grand sang froid.

Mangez du poisson

Le titre enchaîne les dialogues croustillants et les étapes sur la carte de France. Si vous gagnez, vous empochez les gains et pouvez réaliser quelques actions associées. Si vous perdez, au mieux vous devez recommencer, au pire vous finissez en prison ou tout simplement tué. Aucune de ces fins n’est définitive cependant, sauf en mode de difficulté maximale.

De par sa conception et surtout son game-system, Card Shark est un titre plutôt destiné aux parties courtes sous peine de lassitude rapide. Néanmoins, c’est là que le bât blesse. Dans Card Shark, vous ne passez pas votre temps à apprendre des tours de triche – ce qui est très franchement assez jouissif. Vous en passez au moins autant à mémoriser les manœuvres à réaliser à la manette pour les réussir à l’écran.

Reproduire des mouvements réels de la manière la plus intuitive possible à la manette est un défi permanent du jeu vidéo. Ici, vous devez également mémoriser une combinaison « mouvement + message de triche », ce qui rend la tâche encore plus complexe. Après quelques jours sans avoir lancé Card Shark, vous rappellerez-vous qu’il faut essuyer la table via des mouvements anti-horaires avec le chiffon pour signifier à votre complice que l’enseigne de Pique est la plus forte de la main de l’adversaire ? Ou qu’il vous faut baisser deux doigts cartes en main pour désigner le Cœur ?

Un pari qui fait tapis

Ces points précédents vous auront sûrement permis de cerner au mieux ce qui constitue le souci principal de Card Shark. Les concepteurs ont tout de même eu la bonne idée d’intégrer différents modes de difficulté, ainsi que le possible affichage d’indices à l’écran. Ces options atténuent grandement la frustration liée aux points précédents, mais gâchent un peu l’expérience de jeu.

L’autre bémol de Card Shark provient de son thème lui-même. L’environnement du jeu est très lié à l’histoire de France, mais pas autant que le jeu de cartes qui constitue son support essentiel. Dans les faits, la prise de risque d’une ouverture à l’international limitée est donc plutôt conséquente. Un pari pour se permettre l’originalité qui se doit d’être franchement salué, même si les jeux de casino ont largement démocratisé le jeu de cartes Français depuis plusieurs décennies.

Faire le tour de Card Shark et aborder les vingt-huit tours de triche proposés vous demandera six à huit heures. Mais nettement moins en difficulté Dilettante (le mode Facile du jeu, où vous pouvez zapper rapidement les défis) et bien plus si vous souhaitez mémoriser les différents tours proposés. Car oui, la plupart des astuces prodiguées dans le jeu sont réelles et applicables dans « la vraie vie », ce qui pourrait interpeller sur l’aspect éthique de tout ceci. Très franchement et de notre côté, on a plutôt adoré. Dernier petit détail croustillant, Card Shark propose différentes fins, en fonction de vos choix (de triche) finaux.

Ceci pourrait peut-être vous intéresser

Card Shark est un titre original, accrocheur et très bien exécuté. Sa réalisation est sans fioriture mais propre et nette. Franchement moins que le sujet qu’il aborde, la triche à outrance dans les jeux de cartes, pour notre plus grand plaisir. Un jeu très sympa et un vent de fraîcheur au timing parfait, en cette période estivale.

Card Shark

Excellent !

Mis à disposition par l’éditeur : Oui

Pas d'anecdote

Medias

Les meilleures Stockage

Les meilleures Précommandes

Les jeux sûrs et pas cher

Accesoires testés et approuvés

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!