1993 Shenandoah, le test sur Switch

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’histoire de 1993 Shenandoah est peu banale. Initialement développé par une petite équipe Suédoise au début des années 90 et pour l’Amiga de Commodore, certains conflits amoureux (oui, oui) internes ont finalement empêché la sortie de Shenandoah: Daughter of the Stars (son titre original). Le titre revient presque 30 ans plus tard, dans une édition Limite Break presque identique au jeu original et sur Switch.

Classic shoot and oldschool loot

Côté gameplay, 1993 Shenandoah est avant tout un shoot them up classique, à progression horizontale. Néanmoins et dans les deux premiers niveaux de difficulté, le vaisseau est équipé d’une innovation assez sympathique : un bouclier semi-circulaire et orientable. Mais l’originalité du titre vient de la customisation possible du vaisseau. Tout d’abord, deux types d’engins sont disponibles : léger ou plus lourd. Leur différence principale vient du nombre d’emplacements disponibles pour des options d’attaque supplémentaire. Car oui, entre chaque niveau et en fonction de l’argent récolté, il vous sera possible d’ajouter de nouvelles possibilités d’attaque à votre vaisseau. Tir arrière, missiles à tête chercheuse, lance-flammes, bombes… Le choix des armes est classique mais finalement assez large. Un système de chain scoring est également présent, assez basique et uniquement sur certains ennemis.

La réalisation technique de 1993 Shenandoah est totalement en lien avec le cahier des charges initial. D’un côté, on reconnaît la pâte graphique de l’époque et la palette limitée à 32 couleurs propose une ambiance particulière. Les mélodies sont classiques et aussi un peu datées, mais finalement agréables. On notera toutefois quelques bizarreries (pour ne pas dire bugs) à ce niveau, comme un arrêt brutal de la musique dans le magasin par exemple. Côté animation et fluidité de l’ensemble, rien à signaler – encore heureux.

1993 Shenandoah est vivant, mais pour combien de temps ?

Le jeu propose une progression sur une quinzaine de niveaux au total, certains immédiatement disponibles et d’autres à découvrir. Malgré tout, les parcourir prend deux ou trois heures tout au plus. Sauf au niveau de difficulté le plus élevé, le challenge est plutôt faible, surtout que les niveaux sont rejouables à merci et donc l’argent récoltable à l’infini. La replay value dépendra donc de votre envie de parcourir à nouveau le jeu avec d’autres vaisseaux ou d’autres add-ons. Comme à l’accoutumée, le scénario est quelconque (une bande de mercenaires ont mis la main sur le Shenandoah, une machine très puissante, pour conquérir l’univers) et sert surtout de prétexte à aller casser de l’Alien.

Un des apports modernes au jeu d’origine concerne la possibilité de jouer à 4. Néanmoins et dans ce cas, le plaisir de jeu disparaît vite une fois que l’on a compris que les crédits ramassés n’étaient pas partagés. Les joueurs doivent donc choisir entre booster un seul vaisseau et soigneusement éviter de ramasser les crédits pour les autres. Ou se tirer la bourre et inéluctablement se contenter d’un vaisseau faiblement customisé. Vraiment dommage que l’idée soit si mal exploitée, donc, et que le jeu s’avère au final plus agréable en solo.

Mais au final, le principal problème de 1993 Shenandoah ne vient pas du jeu lui-même, mais de l’environnement extérieur. Bien entendu, l’histoire et la réalisation du jeu lui procurent une identité particulière. Mais d’un autre côté et presque 30 ans plus tard, la concurrence du côté des shoot them up est rude. Que l’on parle des séances de shoot elles-mêmes, de la réalisation technique ou des possibilités de customisation, à peu près tout a été refait entre temps et souvent de meilleure manière.

Difficile de conclure sur 1993 Shenandoah, mais votre appréciation dépendra surtout du regard que vous lui porterez. Fan de l’époque Amiga/Atari ou tout simplement de shoots à ambiance rétro ? Le titre vous séduira sûrement. Dans le cas contraire, il rejoindra sûrement la liste des jeux dispensables (ou trop chers).

1993 Shenandoah

Moyen !

Mis à disposition par l’éditeur : Oui

Pas d'anecdote

Medias

Les meilleures Stockage

Les meilleures Précommandes

Les jeux sûrs et pas cher

Accesoires testés et approuvés

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!