The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel III, le test Switch

The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel III, le test Switch

Basé sur le monde de la série Legends of Heroes qui commence en 1989 au japon, et dont plusieurs épisodes sont sortis sur PSP (Trails in the Sky mais surtout la série Zero malheureusement jamais traduite). The Trails of Cold Steel est de jeu de rôle au tour par tour initialement débuté sur PS Vita (et PS3). La série continue désormais sur Switch (et PS4). On avait apprécié le premier sur PS vita dont on parle ici. L’occasion pour nous de voir comment se profile la suite sur la console portable de Nintendo.

Par Kuk

The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel III, le test Switch

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur skype
Partager sur telegram

Moins bien rythmée que le deuxième opus, mais du même niveau que le premier, The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel III reprend toutes les bonnes mécaniques de la série et du fait de sa traduction reste une bonne entrée (pour ne pas dire la seule) pour les non-anglophones.

Ce troisième opus de The Trails of Cold Steel reprend à la suite de l’épisode II, avec un petit intermède d’un peu plus d’un an. Avant toute chose, il faut avouer d’emblée qu’il est difficile d’appréhender ce jeu sans avoir fait les deux premiers opus ou tout du moins le premier. Certes, ceux-ci sont relatés via des captures d’écrans et un résumé disponible dans un menu de l’écran titre. Vous y trouverez également les descriptions des personnages et de l’univers. C’est quasiment une obligation d’aller dans ce menu pour les néophytes, puisque que durant le déroulé de l’aventure bon nombre des protagonistes sont directement issus des épisodes précédents.

Par contre il est tout à fait possible de commencer la série par ce titre, car les développeurs de The Trails of Cold Steel III semblent vouloir relancer la série avec de nouveaux personnages (comme s’ils n’étaient pas assez nombreux…). Vous incarnez le héros des deux premiers épisodes devenu pour l’occasion instructeur. Rean a donc en charge les recrues de la nouvelle promotion de la classe VII dans une toute nouvelle école militaire nommée (avec beaucoup d’originalité) Thor II…

Au début, vous n’avez que peu de personnages jouables. Mais durant les quatre chapitres, vous aurez à diriger une douzaine de personnes différentes, dont quelques « guest » (sur de courtes sessions) et des anciens des versions précédentes.

Les amateurs de la licence retrouveront très vite leurs marques, le système de combat qui fait le charme de la série est repris intégralement. Pour rappel, les coups spéciaux sont essentiellement accessibles via des orbes que l’on combine : Quartz et Quartz cardiaux, sachant que vous pouvez les enclencher via deux jauges dites PE & PC.

Votre équipe peut également réaliser des attaques de groupe en fonction des liens tissés entre les combattants, via les attaques de bases qui par la même occasion vous font remonter certaines jauges. Il faudra donc alterner les types d’attaques au mieux.

Un système complet et bien rodé, qu’on prend plaisir à retrouver. Quelques combats de méchas sont également au programme afin de varier les plaisirs.

Jeu de rôle japonais oblige, le scénario de The Trails of Cold Steel III, comme les déplacements, sont particulièrement scriptés. Un train blindé fait désormais office de base de campagne durant votre voyage au sein de l’empire, ce qui vous fait découvrir de nouvelles (ou anciennes) régions. On alterne alors entre des phases de mini-quêtes, donjons obligatoires, combats de boss et phases de socialisation. Attention cependant, aucun retour en arrière n’est possible et toutes les quêtes non finalisées seront perdues.

Le choix d’intégrer de nouveaux élèves (et de ne faire apparaître les anciens que de manière sporadique) est plus que discutable, car souvent ils reprennent les mêmes archétypiques de caractères… Après des petites longueurs durant le premier chapitre (qui fait office de longue introduction), la sauce arrive à prendre malgré tout. Le scénario fait apparaître quelques « révélations » supplémentaires sur les troubles politiques du royaume. Pour le coup, la situation se complexifie depuis les révélations du premier épisode et la rend beaucoup moins manichéenne.

Le moteur graphique de la série The Trails of Cold Steel a été (heureusement!) amélioré, mais reste toujours en deçà de ce qu’on peut attendre des consoles de salon actuelles (globalement on est passé d’un jeu PS2 sur PS3 à un jeu PS3 sur PS4…). De fait la résolution de la Switch est très bien adaptée pour ce style jeu AA (comme l’était d’ailleurs en son temps la version PS Vita). Ces améliorations se voient surtout sur les personnages et les paysages qui gagnent en netteté. Alors certes on a encore une belle quantité de couloirs à parcourir que ce soit dans les donjons ou les extérieurs, le tout, saupoudré de bouilli de texture au sol, mais le petit bond graphique reste appréciable.

La musique n’a jamais été le fort de la série et mis à part quelques exceptions, on se retrouve avec des pseudo symphonies, qui sans être désagréable sont tout à fait quelconque.

The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel III reprend toutes les bonnes ficelles de la série. Pour le coup, on a plaisir à retrouver un système de combats au tour par tour particulière bien rodé. C’est moins évident en ce qui concerne certains événements ou ressorts scénaristiques. Car les similitudes donnent surtout l’impression d’une resucée du premier opus.

LE point positif vient de la traduction française qui est plutôt correcte, c’est la première fois et honnêtement cela apporte un vrai plus au titre, surtout en raison des complexités scénaristiques exposées plus haut. Rien que pour ce fait et comme il reprend toutes les (bonnes) recettes du premier, on vous conseille fortement The Trails of Cold Steel III même si il sera votre premier (et potentiellement votre dernier pour les non-anglophones puisque Nis America a annoncé - de manière improbable - avant même la sortie du III sur Switch que le numéro quatre ne sera pas traduit en français...)

L’édition physique rajoute quelques petits Goodies sympathique dont un mini-artbook.

Attention on a constaté quelques plantages sur la version 1.01 testée.

Amusant