SEGA AGES Virtua Racing, le test sur Switch

SEGA AGES Virtua Racing, le test sur Switch

Jadis, j’ai pu connaitre Virtua Racing, en arcade un peu, sur Megadrive beaucoup. Le titre pour l’adaptation avait été associé à une puce supplémentaire dans la cartouche pour les calculs 3D. Augmentant de 100% quasiment le prix du jeu : 600 francs au lieu de 300-400 francs, pas neutre pour le portefeuille d’un adolescent. J’ai donc passé beaucoup de temps sur Virtual Racing. SEGA AGES Virtua Racing, c’est la version arcade du titre. Plus beau et plus net que la version que j’avais pu jouer – qui plus est en 50hz c’était lent. Cependant comme ma version, c’est une difficulté affolante, un timing très serré et un nombre de circuits rachitique.

C’est donc avec le coeur serré qu’on achète cette version en connaissant les défauts. Et ça ne loupe pas, aujourd’hui SEGA AGES Virtua Racing est daté, on a l’impression que les voitures flottent sur piste, les collisions sont aléatoires, et la difficulté décourageante. Après quelques tours de piste on le désinstalle et ce n’est pas le multijoueurs en ligne ou local qui sauve, le premier est vide, le second est illisible dès 4 joueurs, et on peut aller jusqu’à 8… n’importe quoi.

Ce qui me déçoit le plus, c’est le choix de la version proposé, quand on sait que Virtua Racing 32X était plus coloré, et proposait plus de contenu. On comprend qu’encore une fois, SEGA AGES a voulu faire de l’argent facile sur la nostalgie.

Par Manoloben

SEGA AGES Virtua Racing, le test sur Switch

Passez votre chemin, SEGA AGES Virtua Racing en veut à votre argent et vous être trop malin pour tomber dans le panneau de la nostalgie.

Ennuyeux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur skype
Partager sur telegram