Life of Pixel, le test PS Mobile (2013)

Life of Pixel, le test PS Mobile (2013)

Alors que chaque année, les grandes sociétés du monde du jeu vidéo nous gâtent avec des jeux dignes des plus grands films hollywoodiens, on voit une nouvelle mode débarquer sur nos consoles portables : le jeu façon retro-gaming. C’est dans cet esprit que le petit gars de Super Icon (RichHW) a décidé de se lancer dans le monde du jeu vidéo sur PS Vita et appareils Android (dans la gamme de jeux PS Mobile). Ainsi est né Life of Pixel !

Par Manoloben

Life of Pixel, le test PS Mobile (2013)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp

"Le jeu n’est pas difficile, mais il repose fortement sur le principe du « die and retry »"

Life of Pixel est un jeu de plates-formes qui rend hommage à ses ainés sur les vieilles consoles Atari 2600 ou CPC. C’est ainsi que l’on contrôle un étrange héros, un pixel vert, dans le musée vidéoludique de la ville. En ce lieu, vous pourrez vous balader dans huit mondes. Chacun représente une machine bien spécifique, il aura donc ses caractéristiques techniques, graphiques et sonores. Ainsi, dès le premier monde, l’âme nostalgique qui est en nous est mise à rude épreuve lorsque l’on (re)découvre les « bip bip bip » qui ont bercé notre enfance. On passera avec joie du ZX noir et blanc sans scrolling (ouch !) à la Game Boy et ce, jusqu’à la NES. Notre pixel vert devra récupérer des diamants, éviter les pièges, les monstres et se rendre jusqu’à la porte de sortie.

Le jeu n’est pas difficile, mais il repose fortement sur le principe du « die and retry ». Ainsi, durant la plus grande partie de votre temps, vous essaierez de mémoriser la place des objets, pièges et autres créatures. Cette difficulté est dans certains cas complètement involontaire de la part du développeur : elle est liée aux caractéristiques techniques des machines. La plupart de ces appareils n’ayant aucune capacité de scrolling, vous aurez le droit au fameux syndrome Rick Dangerous : arrivé en bordure de la zone de jeu, un nouvel écran est affiché, sans prévenir. Dur de s’y habituer à nouveau ! Et si vous tombez face à monstre : die and try… again !

Au total, Life of Pixel propose 64 niveaux. Il vous faudra un moral d’acier pour en venir à bout et garder notre petit ami cubique en vie. Celui-ci est seulement capable de sauter (voire double-sauter). Ni plus, ni moins ! La maniabilité répond au quart de tour que ce soit au pavé ou au stick (sur PS Vita), heureusement pour ce genre de jeu. Cependant, nous avons constaté un gros défaut lors de l’utilisation du stick. En effet, le pixel vert décide d’inverser l’axe vertical sur les échelles si vous l’utilisez… Curieux, à croire que les tests n’ont pas été complets. Résultat : on restera sur le pavé directionnel, c’est plus sûr ! Pour la musique, on reste, comme nous vous le disions, dans le registre du rudimentaire et il n’y a rien de bien agréable à se mettre dans les oreilles. Disons que c’est dans le thème général de Life of Pixel. Même constat pour les graphismes et les animations, presque asthmatiques. Mais, là encore, on reste dans le sujet ! Question durée de vie, il vous faudra près de trois heures pour venir à bout du jeu. C’est la moyenne habituelle pour les jeux à ce tarif (2,39 €).

Life of Pixel, c’est le jeu de plates-formes typique que l’on prend plaisir à découvrir, d’autant plus qu’il présente un challenge acceptable. Il a aussi le mérite de vous rafraichir la mémoire quant aux horreurs vidéoludiques que nous subissions dans notre jeunesse ! Mais là, nous parlons d’un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître... Bref, pour les joueurs concernés, Life of Pixel est une sympathique cure de jouvence, qui se laissera jouer dans les transports avec plaisir, quoiqu'on reste sur notre faim : si Life of Pixel est original sur le papier (beaucoup moins dans son exécution), on aurait aimé une prise de risque un peu plus importante encore, avec par exemple des mondes reprenant les thématiques de consoles plus récentes que la NES. Ou bien encore des pièges un peu plus variés...

Note: