Broforce, le test sur NintenBro Switch

Broforce, le test sur NintenBro Switch

Et si vous arrêtiez de faire semblant de jouer!

Par Manoloben

Brocode for dummies

Je me souviendrais longtemps de cette journée de septembre, je venais d’apprendre la triste nouvelle. Telltales disait au revoir aux derniers effectifs de la boite. Au-delà de l’aspect injuste pour les licenciés, je disais au passage adieu à mes chances de connaitre le sort de Clémentine. Un peu énervé, je prends ma Switch et je tombe sur BroForce, parfait pour se passer un peu les nerfs!

Les boss mémorables ne feront pas long feu face à un Bronan le barbare

L'agence tout Bros

Mais qu’est-ce que la BroForce? Une force armée composée des meilleurs éléments « made by the United States of America ». Cette équipe d’élite est composée de stars sur le déclin ou de héros de films. Chacun possédant des caractéristiques et capacités spéciales. Ces bros vous seront attribués après les avoir sauvés dans les différents niveaux, puis aléatoirement à chaque mort. À vous de les appréhender dans ce jeu de run & gun complètement déjanté (dans le bon sens du terme).

Les Bros toujours là!

Vous obtenez donc un jeu totalement injuste qui vous fournira presque toujours le pire Bro au pire moment à la manière d’un 88 Heroes. Faudra faire avec, il est bien souvent plus difficile de passer un niveau avec Bronan, qu’avec Chuck Brorris, mais bon, on ne choisit pas son équipe. Une fois ce concept accepté, à vous le plaisir d’aller dézinguer l’empire du mal, défendre la veuve, l’orphelin, et s’ils n’étaient ni veuf ou orphelins et bien ce n’est pas grave. On est les USA, défendeurs du monde.

Second degré Brogatoire!

Il est évident que le titre offre un certain second degré à qui le souhaite. Trace d’humour potache, de référence qui tâche et de culture année 80-90 en prime. La série des boulets que vous allez diriger est absolument sans limites ou presque. On vous en met une petite galerie au passage.

Mais le jeu dans tout ça? Eh bien, c’est un run & gun assez sympa, facile à prendre en main, proposant un challenge assez intéressant. L’aspect Terraria du soft (tout est destructible ou presque) n’est pas sans amener une certaine difficulté supplémentaire, la chute étant mortelle…

Bon, le casting des méchants n’est pas en reste, des militaires, mais pas que… les références à Alien et Doom sont bien présente pour le plaisir du joueur. Mais un bon Run & Gun n’est rien sans ses boss, imposant donnant l’impression d’être increvable! Le titre fait encore une fois mouche, et propose du méchant retors et vraiment très méchant.

Mention Assez Bro

Mais Manoloben, qu’est-ce que tu encenses ce titre… oui c’est vrai, il possède cependant les défauts de ses qualités. Beaucoup de Bro, impliquent beaucoup de style de jeu, et un sacré manque de finesse. De plus, certains Bro sont juste complètement abusés. Chuck Brorris est parfait pour passer un niveau en mode « very easy ». Mais au contraire, un bro à faible distance de tir vous rendra le boss insurmontable. Ou encore, « true story » et situation ubuesque, Bronan devient votre seul espoir pour démonter un boss extrêmement difficile juste parce qu’il est increvable quand il frappe de son épée.

Le jeu de Free Lives est une petite perle de fausse simplicité, il n'est pas modeste pour autant et vous en envoie plein les mirettes. On regrettera peut-être un contenu un peu léger avec ces 15 missions. On comptera quelques heures pour en faire le tour. Est-ce qu'on y reviendra? Je ne pense pas où alors à plusieurs, puisque le jeu permet à 4 joueurs d'affronter les forces du mal! On regrette cependant l'absence de DLC pour prolonger le plaisir sur des thèmes chères aux années 80 (Last Action Heroes, Les Goonies, Starship Troopers...)

Note: Presque

Facebook
Twitter
WhatsApp

Manoloben

Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC (4 couleurs), puis des consoles de salon (Nes, Megadrive, PlayStation). C'est dans les années 2000 avec la découverte de Dreamcast, puis la Neogeo Pocket l'a fait sombrer chez SNK. Pire, il a eu une GP32... Manoloben a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-Gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, liberté d'expression et discussion ouverte sont ses leitmotivs.