Grip Ultimate Edition, le test sur Switch

Grip Ultimate Edition, le test sur Switch
Par Manoloben
🖶 Temps de lecture estimé : 3 minute(s)

Je commence ce test triste, triste de ne pas avoir retrouvé Rollcage. Les plus vieux se rappelleront de ce titre des années 2000 qui a eu une suite nommée Stage II. Grip est sur le papier un Rollcage, mais dont la réalisation est finie à la truelle façon entrepreneur malhonnête! Et s’il y a bien un truc que je déteste, c’est qu’on me prenne pour une pomme/poire/fraise/patate, bref vous saisissez l’image!

Rollcage Stage II (2000)
Grip (2018)

My Grip is Rich

Mais avant d’enterrer Grip, je vais vous parler de tout ce qui est bien dans le titre. 29 circuits sur 4 planètes, 15 véhicules avec des caractéristiques différentes, et 15 de plus grâces aux 4 DLC sur ma cartouche Grip Ultimate Édition (Car Pack 1, 2, 3 et Artiflex. On a un bel inventaire d’armes à débloquer avec de l’expérience (ralentis du temps, boost, bouclier, missile, fléchette explosive). Là-dessus, ils ne sont pas avares nos développeurs. Ils ne le sont pas non plus radins sur les modes de jeux. Il est impossible de tous les lister tant il y a de possibilité.

Bien sûr, on a le traditionnel Championnat qui vous mettra à l’épreuve sur 11 phases de tournoi. Du contre la montre, ou encore en Arène. Que ce soit en solo, en équipe, ou en écran splitté.

C’est exactement ce dont je rêvais donc, un jeu de voiture complet, riche et avec un gameplay futuriste comme a pu le proposer RollCage à son époque. Vous ne voyez toujours pas ce dont je veux parler? Et bien la grosse particularité de Grip, c’est la possibilité de rouler sur les murs, au plafond, et à des vitesses hallucinantes (de 400 à 700 km/h ce qui dans un jeu vidéo n’a pas vraiment de sens… mais bon).

Les niveaux s’y prêtent d’ailleurs très très bien, et sont pour la plupart inspirés avec beaucoup d’éléments posés au sol pour vous permettre de sauter vers des positions en hauteur, ou au plafond. Si cela n’était pas suffisant, Grip ajoute la possibilité de sauter littéralement.

Etat Grip-pal

Et franchement ça aurait pu marcher, mais le titre se vautre lamentablement sur Switch (ça serait mieux sur console plus puissante). En proposant pléthore de ralentissement, des bugs de collision à foison, et des graphismes bavant et pixelisé. Ce n’est vraiment pas engageant! Alors les plus courageux tenteront d’en voir le bout, mais quel ennui quand on nous annonce 700 km/h et que la console se met à ramer comme ce n’est pas permis!

Après, Grip Combat Racing n’était pas de base exempte de défaut, la physique est aux fraises, la gestion des sauts lourde (on devient un caillou en l’air, mais un caillou « flottant »). On ajoutera aussi aux défauts du titre la sensation de ne pas être accroché à la route aussi bien visuellement que lors de phase de réception où la voiture glisse littéralement. En bref un moteur physique des années 90.

Si je devais conclure violemment, je vous conseillerai sans retenu Fast RMX (même si ce dernier ne propose pas de se coller au plafond)

PS : Les images de ce test sont fournies par le site Nintendo et ne représentent pas la qualité graphique du titre! (qui est bien en deçà)

Je suis dans un malêtre total quand je pense au gâchis de Grip Ultimate Édition. Ça aurait dû être mon Graal!

Grip Ultimate Edition

A oublier !

Mis à disposition par l’éditeur : Non

Payer un Carambar au Rédacteur

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!