Blacksad : Under the Skin, le test Switch

Blacksad : Under the Skin, le test Switch

Blacksad, est une série de bande dessinée policière (5 tomes à ce jour) particulièrement renommée, réalisé par deux Espagnoles. C’est désormais un jeu vidéo d’aventure réalisé par Péndulo Studios, un studio lui aussi espagnole et spécialisé dans les jeux d’aventures. Aurions-nous avec Blacksad : Under the Skin le meilleur de ces deux genres ?

Nous avons testé une version Nintendo Switch et PC grâce à un code de l’éditeur Microids, ce jeu est également disponible sur Xbox One et PlayStation 4.

Par Kuk

Blacksad : Under the Skin, le test Switch

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur skype
Partager sur telegram

"Assez faible technique surtout sur Nintendo Switch, Blacksad : Under the Skin propose malgrés tout une vrai qualité d'écriture et une enquête qu'il serait dommage de ne pas essayer"

L’univers de Blacksad: Under the Skin prend place dans les États-Unis des années 1950 avec tous les ingrédients des films noirs hollywoodiens d’après guerre, mais dans un contexte zoomorphe, comprenez que les personnages sont tous des animaux. Vous y incarnez un détective privé, un chat noir, qui enquête sur l’étrange suicide d’un directeur de salle de boxe. Évidemment, vous aurez à rencontrer de nombreux personnages dont beaucoup ont des choses à cacher, à vous de vous infiltrer dans l’univers du sport système entre corruption, racisme et dopage…

Le développeur Péndulo Studios utilisait jusqu’ici un moteur mi-2D, mi-3D (avec du Cel-Shading) notamment dans la série Runaway. Il innove avec un moteur Unity 3D, sauf qu’il ne vous faudra pas longtemps pour constater que tout ceci est assez mal maîtriser. On essuie très clairement les plâtres, choses qu’on avait déjà repérées lors de la Gamescom 2019. Les déplacements sont poussifs, et les animations raides et manque de fluidité. On nous avait promis que le personnage pourrait courir, mais ceci n’a au final pas été intégré et il y a toujours les collisions hors champ qu’on avait signalées.

Par contre, les décors comme la modélisation des personnages sont plutôt jolis… sur PC. En effet, le rendu sur Nintendo Switch passe par un downgrade assez violent. Taille de l’écran oblige, la basse résolution en mode portable passe cependant mieux que la version du jeu sur Dock qui a pourtant un meilleur rendu.

Pas si Point&Click

Le fonctionnement de Blacksad: Under the Skin, repose comme tous les jeux d’aventure sur le collectage d’objets. La particularité ce n’est qu’ici, nul besoin de les utiliser. En fait, vous constituez des listes de faits ou d’indices que vous assemblez entre eux pour créer de nouvelles pistes (et souvent de nouvelles lignes de dialogues).

Les discussions avec les suspects sont également très importantes. Ils vous permettent de compléter vos informations sur l’enquête par les dialogues, mais aussi par des phases d’observation des individus grâce à vos sens de chat tels que l’ouïe, la vue et l’odorat. Le comportement que vous aurez avec les différents protagonistes et les choix que vous ferez influencera le déroulement du scénario souvent directement et parfois la fin elle-même.

La combinaison de tous ses éléments est assez jouissive et vous fait parfaitement rentrer dans la peau du détective privé. Les choix multiples qui vous sont proposés et les pièces à conviction de votre enquête s’assemblant au fur et à mesure de votre compréhension ce qui renforce l’effet d’immersion.

Les thèmes abordés sont particulièrement sombres et adultes, tout comme les dialogues qui sont très bien écrits (et en français) et qui vous font complètement rentrer dans les dessous les plus sordides de la société américaine des années 50. La collaboration des auteurs initiaux a probablement grandement aidé à la qualité générale de l’écriture. De plus, tous les dialogues sont doublés avec des voix françaises, un peu inégales certes, mais dans l’ensemble c’est assez agréable. Pour information, vous pouvez choisir la langue des voix (avec un bon doublage anglais) et garder les textes en français.

La musique elle est vraiment de très bonne composition avec un accompagnement blues/jazzy selon les moments.

Blacksad: Under the Skin souffre d’une réalisation technique faiblarde, surtout en ce qui concerne les animations (pour toutes les versions), mais aussi dans les graphismes en ce qui concerne la version Switch (même si on a constaté quelques petits progrès après les diverses mises à jour). Pourtant de nombreux points comme la qualité de l’écriture des dialogues, les phases d’enquêtes ou la bonne retranscription des films noirs donnent une véritable profondeur à ce titre. Du coup on conseille vivement à tous les amateurs du genre de l’essayer, mais plutôt dans sa version PC / XboxOne / PS4 (ou la version nomade de la Switch si il y a des aficionados) .

Note: