Vigilante 8, le test Game Boy Color

Oubliez le Code de la route, c’est pour Pépé et Mémé ! Sur les pistes de Vigilante 8, une seule loi, celle du plus fort et, accessoirement, celle de l’armement le plus lourd… Douze coyotes s’affrontent à bord de véhicules loufoques inspirés des années 70. Le vainqueur est tout simplement celui qui détruit le véhicule adverse.

Simple et amusant les premières minutes de jeu, cela devient très vite répétitif. Et ce n’est pas les cinq modes de jeu proposés qui viendront sauver le joueur de l’ennui. Chaque personnage dispose de cinq armes communes et une spéciale. De nombreux bonus jonchent les cinq arènes disponibles : par exemple, la clé de réparation est indispensable et elle est à gérer avec un minimum de stratégie. Seul le mode Deux joueurs se révèle intéressant à long terme, car blaster un adversaire humain présente un fun incroyable.

La réalisation générale n’est pas des plus brillantes. Musiques anodines, décors réduits à leur plus simple expression et maniabilité peu convaincante… L’animation est rapide et il est difficile d’éviter tous les éléments du décor, ce qui fait que l’on se retrouve souvent coincé avec trois ou quatre missiles aux fesses.

 

Rien de particulier ne vient relever la sauce si ce n’est la voix, propre à chaque protagoniste. Pourtant les développeurs ont tenté de bien faire les choses en attribuant des armes variées, un mode rumble pour retranscrire au mieux les collisions et impacts d’armes. Mais rien n’y fait, Vigilante 8 sur Game Boy Color est un titre à oublier d’urgence !

Vigilante 8

Ennuyeux !

Mis à disposition par l’éditeur : Non

Pas d'anecdote

Medias

Jeux vidéo à moins de 20 euros

Aucun produit trouvé.

Meilleurs ventes Jeux Vidéo

Aucun produit trouvé.


Meilleurs ventes Playstation 4/5

Aucun produit trouvé.

Meilleurs ventes Nintendo Switch

Aucun produit trouvé.

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!