Final Fantasy 3, le test DS

Les adaptations, les portages, les conversions des Final Fantasy se succèdent au fil des années, pour finalement, ne satisfaire que les inconditionnels du genre. Peu de nouveautés, graphismes à peine retouchés dans les meilleurs des cas. Oubliez tous ces épisodes, cette fois vous avez une excellente raison de vous intéresser à ce Final Fantasy 3 sur Nintendo DS : il a été entièrement refait en 3D ! Une bonne occasion de découvrir ce titre qui n’était jamais arrivé jusqu’en Europe.

Des tremblements de terre qui emportent des cristaux sacrés et qui laissent apparaître des hordes de monstres, le monde semble proche de la fin… C’est sans compter une équipe d’aventuriers, quatre âmes bénies par la lumière qui, bien malgré eux, vont tenter de changer le cours de l’Histoire. Cette équipe de fines lames, c’est bien entendu vous. C’est ainsi que débute l’aventure, avec une séquence cinématique de toute beauté (chose plutôt rare sur Nintendo DS), qui nous fait oublier la pauvreté du scénario.

La grande nouveauté de Final Fantasy 3 lors de sa sortie en 1990, c’était l’introduction d’un système de métiers (ou jobs) très complet, à attribuer à chacun de vos personnages : free-lance, guerrier, moine, mage blanc, rouge et noir, voleur… Plus tard, vous pourrez également devenir barde, sage, ninja ou bien encore viking. Il y en a en tout 23, et il est possible de la changer à tout moment. Le guerrier pourra décimer ses adversaires grâce à une technique spéciale, tandis que le mage rouge pourra utiliser une combinaison de sorts blancs et noirs, tout en s’équipant d’armes légères. Au fil des combats, vous gagnerez de l’expérience pour vos personnages, mais aussi des niveaux de maîtrise de ces fameux jobs.

Classique et toujours efficace
L’aventure se déroule de manière on ne peu plus classique : vastes étendues à explorer, donjons, le tout en bateau (sur les mers et dans les airs), à pied ou bien encore à dos de chocobo. Tantôt vous devrez vous confronter à un dragon, tantôt vous devrez sauver des villageois d’une malédiction qui pèse sur eux. Classique, mais non dénué de charme.

La 3D est plutôt belle et détaillée – pour un jeu Nintendo DS tout du moins. Eh oui, il faut se rendre à l’évidence, si la console portable de Nintendo en a sous le capot pour afficher des personnages détaillés, les décors restent passablement pixélisés et les animations sont un peu limitées. Heureusement, le style graphique est de toute beauté, si bien que l’on pardonne ces petits défauts. La musique, quant à elle, est superbement orchestrée, et se laisse écouter avec beaucoup de plaisir. L’écran supérieur sert essentiellement à afficher la carte du monde exploré, tandis que lors des combats, il reste désespérément noir. Le système WiFi de la DS est mis à contribution pour l’envoi de petites messages personnalisés à vos amis, par l’intermédiaire du désormais célèbre service postal des Mogs (avec quelques bonus déblocables à la clé). Anecdotique que tout cela, les spécificités de la Nintendo DS ne sont pas vraiment exploitées.

Il est assez difficile de noter ce Final Fantasy. On est partagé entre la joie de voir une adaptation aussi réussie, et peut-être, l’agacement de (re)jouer à un jeu au contenu désormais ultra-classique. Attention pour les nouveaux venus : l’aventure peut-être parfois d’une redoutable difficulté ! Level up de rigueur, en sachant que les combats traînent un peu en longueur, en raison d’animations que l’on ne peut pas couper. Au vu de ces éléments, à vous de voir si le titre de Square Enix convient à vos attentes.

Final Fantasy 3

Excellent !

Mis à disposition par l’éditeur : Non

Pas d'anecdote

Medias

Jeux vidéo à moins de 20 euros

Aucun produit trouvé.

Meilleurs ventes Jeux Vidéo

Aucun produit trouvé.


Meilleurs ventes Playstation 4/5

Aucun produit trouvé.

Meilleurs ventes Nintendo Switch

Aucun produit trouvé.

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!