Bai Qu: Hundreds of Melodies, le test Switch

Bai Qu: Hundreds of Melodies, le test Switch
Par Kuk
🖶 Temps de lecture estimée : 3 minutes

Avoir un site de jeu vidéo c’est aussi tester des jeux qui ne vous tentent pas spécialement. Bai Qu : Hundreds of Melodies, c’est un peu ça. On m’a collé (entendez par là @manoloben) ce Visual Novel entre les mains. Charge à moi de vous en parler, et évidemment, ce n’est pas le titre le plus facile à expliquer.

Une interactivité absente de Bai Qu : Hundreds of Melodies

Bai Qu : Hundreds of Melodies est un Visual Novel chinois, qui ne propose guère de choix (je nierais toute association intentionnelle dans cette phrase). Sur une dizaine d’heures de jeu, on vous demande cinq fois l’orientation que vous déciderez de prendre. C’est trop peu dans une logique de « jeu » (à titre de comparaison, on vous propose de regarder ce que peut vous proposer un titre comme Steins;Gate). Mais au finale, le principe n’est clairement pas là. En effet, on est beaucoup plus dans un roman graphique au sens propre de la langue française. Clairement, attendez-vous à lire une nouvelle illustrée, et ce, dans un français plutôt correct. On a juste relevé quelques coquilles assez mineures.

Un conte graphique

Bai Qu : Hundreds of Melodies, raconte surtout l’histoire de plusieurs protagonistes qui gravite dans le sillage d’une frêle jeune fille malade . L’issue fatale vous est dévoilée quasiment dans la première minute de narration, mais ce que s’attache à décrite cette aventure, se sont les liens qui vont finalement unir les différents personnages. On passe souvent du tragique au comique, du grave au puéril. Tout n’est pas parfait et l’on peut juger certains moment comme un peu longuet et niais fleur bleue. Mais globalement, la mayonnaise prend plutôt bien.

La réussite en vient à cette alternance d’intensité et à une belle qualité d’écriture. Évidemment, la palme en revient aux passages tragiques qui sont retranscrits avec une vraie sensibilité. Mais c’est aussi le cas de certains événements anodins de la vie courante qui sont parfois assez bien trouvés (l’interaction entre le personnage et ses parents est savoureuse par exemple ). Les personnages se dévoilent progressivement même si certains gardent un petit parfum de mystère. On flirte d’ailleurs avec le « fantastique » par moments, le monde des esprits n’étant jamais très loin en extrême orient. Les doublages sont vraiment de très bonnes qualités et les acteurs chinois participent grandement à l’immersion dans cette histoire tragique.

Un érotisme prude

Les graphismes sont plutôt jolis, mais ne sont qu’ une succession de plan fixe agrémenté parfois (trop peu), de case successive qui donne un aspect bande dessinée. Les personnages féminins sont particulièrement sexués. C’est surtout le cas des poitrines (et quelques culottes) qui malgré les vêtements sont toujours très TRÈS visibles. On a l’impression que toutes les protagonistes ont des vêtements mouillés. Quelques petits sous-entendus sexuels sont parfois évoqués, surtout dans les très nombreuses tendresses saphiques entre jeunes adolescentes. Rien n’est cependant vulgaire, et tout cela reste très « sobre ».

En conclusion, Bai Qu : Hundreds of Melodies se lit comme une nouvelle plus qu'il ne se joue. Bien écrit ce visual novel est plutôt plaisant, frais et sensible. Il aurait tout de même gagné à proposer un peu plus d'interactivité et d'embranchement narratif.

Passe-Temps !

Version testée : 1.00
Mis à disposition par l’éditeur : Oui

Ceci n'est pas un jeu...

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype

Payer un Carambar au Rédacteur

Dans la même catégorie :

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!