The Princess Guide, le test sur PlayStation 4

The Princess Guide, le test sur PlayStation 4

The Princess Guide est le jeu qui va vous faire regretter amèrement la disparition des manuels. Vous savez, ces petits livrets qui accompagnaient tous les jeux vidéo il y a quelques années encore et qui étaient susceptibles de nous donner de précieuses indications sur le déroulement d’un jeu, sur des options cachées ou sur un scénario un peu trop touffu. Sacrifiés sur l’autel de l’écologie, nous ont expliqué les éditeurs, faisant fi de l’invention de papier recyclé…

Pourquoi ce petit coup de gueule ? Parce que durant les premières heures de jeu dans The Princess Guide, on ne comprend pas grand-chose. Passons rapidement sur l’introduction aux dialogues totalement décousus. C’est tout juste si l’on comprend que l’on va devoir guider tour à tour des petites princesses braillardes (quatre) pour reconquérir on ne sait trop quoi, en affrontant des hordes de monstres.

Par Olivier B.

The Princess Guide, le test sur PlayStation 4

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp

"Ceux qui ont déjà joué à Penny Punching Princess vont grincer des dents face à autant de paresse"

Recyclage Inside

Concrètement, The Princess Guide revêt l’aspect d’un action-RPG en 2D, vraiment porté sur l’action pure et dure, en fait. Un jeu qui nous fait d’ailleurs méchamment penser à un autre, du même développeur et éditeur, Nippon Ichi Software. Mais oui, c’est bien ça ! The Princess Guide ressemble terriblement à Penny Punching Princess (lire notre test sur PS Vita). Le style est très proche, mais pas seulement : une incroyable quantité d’assets (éléments) graphiques ont été purement et simplement recyclés. Cela va des monstres précédemment évoqués, aux décors, sans oublier les nombreux pièges qui émaillent les niveaux.

Ceux qui ont déjà joué à Penny Punching Princess vont grincer des dents face à autant de paresse, c’est sûr. Pour les autres, ça ira, car The Princess Guide est plutôt joli, ou plutôt kawaï avec son style purement nippon. Il y a mêmes quelques effets de transparence originaux qu’on n’a pas trop l’habitude de voir dans les autres jeux du genre. Avec quelques (rares) ralentissements à la clé. Eh oui, même sur une PS4 Pro (The Princess Guide existe aussi sur Nintendo Switch, version non testée).

L’un des rares points positifs du jeu : les combats

Revenons au nœud du problème : on ne sait vraiment pas ce que l’on fait. On déplace ses troupes (six unités guidées par une princesse ou un général que l’on pourra recruter) sur une carte, pas bien grande. Les combats peuvent prendre deux formes : une simple arène lorsqu’on rencontre un groupe de monstres lors de ses déplacements, ou un niveau complet lorsque la rencontre se produit au niveau d’une ville.

Dans le premier cas, c’est plié en 1 à 2 minutes, dans le second c’est plus long, comme si vous exploriez un donjon. Mais le level design est extrêmement paresseux et de ce point de vue, on s’ennuie ferme. Alors on se concentre sur l’un des rares points positifs du jeu : les combats : c’est pêchu, chaque princesse dispose de son arme blanche de prédilection et son lot de pouvoirs magiques. Ça s’enchaine vraiment bien. Mais là encore, on se rend compte que l’on va faire la même chose des (dizaines) d’heures durant.

Et puis à ce stade, ce qui nous turlupine vraiment, c’est que l’on n’a toujours pas compris sur système d’évolution des personnages. On débloque des compétences, en remplissant certaines conditions (actions). Par exemple en tuant certains monstres. Ou en félicitant/engueulant sa princesse durant les dialogues. Mais rien à faire, les stats ne décollent toujours pas. Ce n’est que vers la sixième heure de jeu que l’on fini par avoir une révélation : les compétences débloquées en effectuant certaines actions, bien que listées, ne sont pas acquises. Il faut les équiper les unes après les autres, puis remplir à nouveau certaines conditions précises, pour les maîtriser. Ceci fait, il faut les utiliser (consommer) pour passer, enfin, à la phase de level up. Un brin tordu tout ça et, vu que toute l’évolution des personnages repose là-dessus, on se retrouve souvent contraint de refaire encore et encore les mêmes missions pour enfin débloquer certaines choses. Autre curiosité à relever : vous ne pourrez collecter qu’un seul type d’objet réellement utile : des armes. Armes qui détermineront vos points d’attaque, mais aussi de… défense. En plus de 30 ans de gaming, je crois ne jamais avoir vu une telle bizarrerie.

Un jeu très court

Ce côté confus et répétitif est l’arbre qui cache la forêt, ou plutôt la réalité : The Princess Guide est extrêmement court. Comptez à peu près 8 heures de jeu pour terminer l’aventure avec une princesse. Après, histoire de gonfler artificiellement la durée de vie, vous pourrez recommencer le jeu pour obtenir une meilleure fin (trois fins en tout par princesse, soit 12 au total). Quelles sont les conditions à remplir ? Découvrir de nouvelles zones, effectuer d’autres choix cruciaux au cours de l’aventure ? Que nenni : il faut veiller à ne pas dépasser un certain niveau de stats pour chaque fin. C’est totalement idiot et ne procure absolument aucun, et je dis bien, aucun plaisir en matière de replay value. Les chasseurs de trophées sur PlayStation 4 en seront pour leurs frais : pour décrocher le Platinum, il faudra recommencer autant de fois le jeu. Au minimum, puisqu’à peu près tous les trophées peuvent être ratés en cours de jeu !

The Princess Guide n’est pas une catastrophe, mais il est indéniablement ennuyeux, peu inspiré et très brouillon. D’ailleurs, ce manque de clarté fait que l’immense majorité des joueurs abandonne dès les deux premières heures : le système de trophées et ses statistiques nous indique que seulement 26 % des possesseurs du jeu ont battu le premier boss. Le dernier ? 9%. CQFD.

Note:

Jeu testé sur PlayStation 4 Pro.