Super Toy Cars, le test sur Switch

Confiné comme tout un chacun, je tente de m’occuper. Et entre deux parties de Pokemon Let’s Go Evoli (qui me gonfle, mais ça sera un autre billet) et bien, je cherche la paix. Alors je traine sur les offres promo du eShop. C’est là que Super Toy Cars m’est tombé dessus, je ne le connaissais pas. Que dire, je ne suis pas forcement déçu… je vous explique pourquoi.

Déjà, je n’attendais rien de Super Toy Cars, ça aide! Après le jeu s’est montré un peu difficile à comprendre, dû à une maniabilité simple, mais conne. Faire un drift correct m’a pris 10 minutes, forcement m’a dopamine est montée rapidement. À partir de là, j’ai enchainé le mode « carreer » (le jeu n’est disponible qu’en anglais et … espagnol). Time Attack, Élimination, Course du classique pour un jeu qui le restera tout du long. C’est les petites bonnes idées qui m’ont fait rester. Une course avec des mines partout, c’est juste génial! Déraper sur une pastèque fallait oser! Attaquer avec une boule de billard là je dis, c’est du grand art!

Pour les finitions on repassera, mais même ça, ça m’a amusé. Quand un mur invisible vous bloque, ou au contraire que vous passiez au travers d’une banane, il suffit de le regarder avec des yeux d’enfants. Et d’être fière d’avoir eu un coup de chance monstre. Pour les chiffres, le jeu propose 15 circuits représentant des zones d’une maison (chambre, table à manger, garage), autant de voitures à débloquer avec des crédits et quelques améliorations techniques des dites voitures.

Alors certes ce n’est pas un Revolt (il me manque d’ailleurs), mais ça fait le café une après-midi. On notera la disparition de l’éditeur de niveau … tristesse.

Par Manoloben

Super Toy Cars, le test sur Switch

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur skype
Partager sur telegram

Super Toy Cars n'est clairement pas le jeu du siècle, mais il s'est pris tellement de raclées par la presse que je me sens obligé de le défendre. Qu'attendons-nous d'un jeu à 5€, surement pas d'être un Mario Kart et de le comparer comme tel est une ânerie à mon sens. Vous n'oseriez jamais comparer un blockbluster de Stone à un film de série B ou Z. Donc, pourquoi le faire dans le jeu vidéo? Ici on a un jeu, mal fini, avec une maniabilité simpliste, mais merde, qu'est-ce qu'il fait marrer ce con. Rien que l'attaque à la boule de billard a fait ma journée. J'ai eu envie pendant ce confinement d'avoir 3 potes pour leur mettre ça dans le nez.

Note: