(Gamescom 2017) Le saint GRAAHL : Of Feather and Grit à la Gamescom

Graahl

C’est dans l’Indie Garden de Cologne (un espace de 3 mètres sur 3 pour promouvoir la production indépendante) qu’on a pu retrouver nos petits Français de chez Swing Swing Submarine. Ils nous présentaient leur dernier jeu : Graahl : Of Feather and Grit, un jeu multijoueurs dit « stratégie narrative ». Pour ma part, ça m’a fait furieusement penser à un jeu de plateau comme Walking Dead. D’ailleurs on nous avoue qu’avant d’être un proto, le jeu a été testé en mode papier… comme quoi on n’était pas si loin.

C’est durant une session de 30 minutes qu’on a pu prendre en main avec un chapeauté rédacteur de Gameblog le titre des Montpelliérains. Le soft étant un prototype (débuté il y a un mois), on excusera donc les petits glichs en jeu.

Après quelques minutes, on prend ses repères. On y dirige une équipe de personnages possédant ses propres caractéristiques de force, d’intelligence et de chance. Ces attributs serviront dans le jeu pour accéder aux observatoires (on revient dessus un peu plus tard – mais c’est le « but » du jeu) ou vérifier votre capacité à combattre. Car oui, dans ce jeu de stratégie semi-coopératif, vous aurez quelques opportunités pour taquiner vos amis dans des parties allant jusqu’à 4 joueurs.

Mais encore ? Quel est réellement le but de ce titre au nom bizarre ? Trois fois rien, vos équipes devront réussir à accéder à trois observatoires, chaque observatoire fournira une pièce du « puzzle ». Et nos bons hommes ont besoin d’avoir trois pièces pour trouver leur ultime salut sur l’île indiquée par ces pièces. Les observatoires seront aléatoirement disposés sur les différentes planètes du jeu qui sont elles-mêmes générées aléatoirement et indéfiniment. Pour cela, ils devront visiter d’autres lieux afin de gagner en intelligence, en force, en chance, subir des événements aléatoires, récupérer de l’énergie pour aller vers d’autres planètes ou encore recruter quelques membres d’équipage. Le monde de Graahl est surprenant, car totalement différent de nos conventions, ici les planètes sont des sortes d’îles flottantes sur lesquelles vos membres d’équipages pourront se rendre. Chaque joueur, chacun son tour place ses membres d’équipage sur une zone. Puis une fois le tour de chacun défini, le jeu exécute les combats – en cas de multiple joueur sur le même lieu – et la partie narration. Les combats sont sommaires, ils ne font que comparer un attribut aléatoirement choisi, pour la partie narration, c’est déjà un peu intéressant. On retrouve le côté Out There (ou Livre Dont Vous Etes le Héro) avec des prises de décisions. Celle-ci influençant le déroulement de l’histoire, vos statistiques, votre alignement (bon, hors-la-loi), ou vos capacités (Pilot, Borgne). Ces éléments qui auront eux-mêmes une influence sur la suite de la partie. Et une fois leur quête commune exécutée, les divers membres se rendront sur leur ultime planète pour s’y installer et fonder une communauté. On nous informe que la fin de partie sera déterminée par les événements précédents. Ainsi si les personnages finissent hors-la-loi, ils pourront fonder une sorte de dictature sur leur île, etc., etc.

Pour Swing Swing Submarine, une partie de Graahl : Of Feather and Grit devrait durer 20 minutes, mais rien n’empêche les joueurs de faire trainer en n’allant pas chercher les pièces du puzzle dans les observatoires.

Bien évidemment le jeu étant un prototype, il s’améliorera et s’étoffera avec le temps. À voir donc dans quelques mois. Il est pour le moment prévu sur PC. Même si, de mon point de vue, il se marierait parfaitement à la Switch… Wait & See…

 

{youtube}zzVbeArB8bY{/youtube}

 

{loadposition Manoloben-auteur}
{loadposition articles-relies}

{loadposition Manoloben-menu}

 

Manoloben

Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC (4 couleurs), puis des consoles de salon (Nes, Megadrive, PlayStation). C'est dans les années 2000 avec la découverte de Dreamcast, puis la Neogeo Pocket l'a fait sombrer chez SNK. Pire, il a eu une GP32... Manoloben a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-Gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, liberté d'expression et discussion ouverte sont ses leitmotivs.