(Gamescom 2017) Dead & Cells, la mort comme éternel recommencement

10

Le stand public de l’Indie Arena Booth dans le Hall 10.1 à la Gamescom 2017 a été pour nous l’occasion de rencontrer bon nombre de petits studios. Il est toujours paradoxal pour un média français de faire tout ce chemin pour rencontrer… d’autres Français, en l’occurrence ici une partie de l’équipe du studio Motion Twin pour le jeu Dead & Cells. C’était aussi l’occasion d’essayer le jeu lui même qui commence maintenant a faire un peu de bruit.

Dead & Cells se présente comme un jeu de plates-formes/RPG dans un univers médiéval fantastique dont les niveaux sont générés de manière procédurale.

Une partie de l’arbre de compétence était déjà pré-sélectionné. Nous choisissions entre un bouclier ou un arc comme équipement secondaire, et à nous les donjons. Le jeu est très nerveux, on enchaîne facilement coups d’épée, magie, « dash », arme secondaire (etc.) pour essayer de progresser le plus loin possible. Avant de mourir, puis de recommencer en ayant gardé une partie du butin accumulé.

Un jeu qui s’inspire de tout ce qui a pu se faire de Castelvania à Rogue Legacy. Classique en somme, mais particulièrement bien réalisé. La direction artistique est vraiment superbe, avec un pixel art très impressionnant, et surtout combiné à une animation particulièrement fluide.

Dead & Cells est encore en version early acess sur Steam, les retours étant particulièrement positifs. Si pour le moment le studio se concentre sur cette version, les membres de l’équipe présent à la Gamescom étaient particulièrement intéressés pour l’adapter sur d’autres supports, notamment la PS Vita et la Switch. Chez Air-Gaming, on a été conquis. Nous attendons les versions portables avec impatience !

 

{youtube}KV6fBYuuPMg{/youtube}

 

{loadposition articles-relies}
{gallery}3-1-Reportages/Gamescom2017/Dead-Cells{/gallery}

{loadposition Kuk-auteur}

{loadposition Kuk-menu}

 

Kuk

Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.