Johnny’s Payday Panic, le ptit test sur 3DS

WVW69jhExLMMAEAp45

 

Lors de mes recherches sur le Store de la Nintendo 3DS, je tente de simuler “l’utilisateur lambda”, vous savez celui que les publicistes, les marketeux tentent de séduire. Le tout à grands coups de mots magiques « Grandiose », « Un vrai bonheur », « des heures de jeu » (toute ressemblance avec la publicité « We Are The Players » n’est pas fortuite – je trouve cela même ridicule venant de personnes qui ne savent pas qui est Frédérick Raynal). Dans mon dernier périple ; c’est Johnny’s Payday Panic qui m’a donné envie de l’acheter. Étonnant quand même de se laisser séduire par un titre qui vous propose de prendre le tablier dans une boutique de restauration rapide. Et qui tel un adepte de Taylor, demande de répéter inlassablement les mêmes gestes.

Johnny’s Payday Panic est le Cooking Mama de la vraie vie, ici on ne fait pas une recette pour s’amuser comme Mama, mais on doit nourrir les gens qui vont bosser après. Et forcément ils sont pressés. La « Junkfood » c’est votre style, rapidité votre leitmotiv. Vous pourrez tour à tour prendre le tablier du cuistot d’un restaurant Kebab, de Nouilles, de Burgers ou encore dans le domaine des sucreries (CupCake et Glaces). Chacun ammenant son propre mini-jeu. Allons gaiement couper la viande du Kebab avec notre stylet pour ensuite la placer avec ses condiments dans le pain. Au début, ces petits boulots ne paieront pas, mais une fois l’expérience acquise, à vous les centaines de milliers de yens. Seul problème, Johnny en veut toujours plus et contrairement à vous il ne se découragera pas.

 

Note {snippet 6-10}
Des graphismes manga, une histoire stupide, et des mini-jeux amusants. Johnny’s Payday Panic a tout pour me plaire. Cependant le titre d’Office Create est répétitif. Rien ne le sauvera de l’ennuie après quelques heures de bon et loyaux services. Il aurait fallu un « je ne sais quoi » rendant les parties plus dynamique et moins répétitive.

 

{loadposition articles-relies}
{gallery}3DS-Johnnys-Payday-Panic{/gallery}

{loadposition Manoloben-auteur}

{loadposition Manoloben-menu}