Pixel Museum, notre visite du musée des jeux vidéo

Pixel Museum, notre visite du musée des jeux vidéo

Ah l’Alsace, des canaux de Colmar, à la petite France de Strasbourg, en passant par sa route des vins. On peut dire que ce n’est pas les cartes postales touristiques qui manquent. Pourtant ce n’est pas pour cela que deux rédacteurs de notre site ont fait le déplacement (encore que…). Mais pour un nouveau musée, et pas n’importe lequel, le premier musée entièrement dédié aux jeux vidéo de France: Pixel Museum.

Par Kuk

Pixel Museum, notre visite du musée des jeux vidéo

salle09ab - Pixel Museum
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp

"Chose particulièrement appréciable, un bon nombre de consoles dont certaines dans leurs bornes de démonstration sont directement accessibles au public"

Une entrée à peine visible

Alors qu’on attendait un musée du jeu vidéo dans la capitale – toutes les tentatives s’étant soldées par des échecs – C’est finalement en Alsace qu’un tel projet est né. Pixel Museum repose sur la collection d’un passionné : M. Jérôme Hatton qui a développé un partenariat avec la mairie de Schiltigheim, une commune dans la proche périphérie de Strasbourg.

Le bâtiment de Pixel Museum est assez étonnant. Puisqu’il ressemble à une grosse maison bourgeoise du XIXe, dont la fonction muséale est à peine visible sur la façade. Nous avons été accueillies généreusement, pour nous guider à l’intérieur des différentes salles. Et ainsi suivre un parcours qui dans l’ensemble suit l’évolution historique de son sujet.

La collection de Pixel Museum est particulièrement impressionnante : depuis le début de l’histoire des jeux vidéo dans les années 70, avec les premières tentatives telles la console Odyssey et les variantes et déclinaisons de PONG, pour continuer de manière ininterrompue jusqu’à nos jours.

Essayer vaut mieux qu’une (petite) explication.

On note une forte dominance de consoles, dont leur évolution est assez bien couverte. Beaucoup de raretés, comme des éléments plus courants sont présentés dans les vitrines du Pixel Museum. Et cela donne un bon aperçu de l’évolution de ce médium. Même si certains ordinateurs sont également présentés, ils le sont de manière bien moindre et ce n’est clairement pas le fond de la collection du musée.

À titre personnel, je trouve ça un peu dommage, puisqu’on perd en cohérence. De même, le choix des jeux associés à chaque support est lui parfois discutable. Et il ne semble pas avoir bénéficié d’une réflexion aussi attentionnée que le reste.

Chose particulièrement appréciable au Pixel Museum, un bon nombre de consoles dont certaines dans leurs bornes de démonstration sont directement accessibles au public (de la Vectrex à la Xbox 360 en passant par la 3DS ). On a également remarqué la présence de quelques bornes d’arcade, certes assez fatiguée, en mode free-play. Une petite salle avec quelques PC en réseau était également proposée en libre accès.

Pixel Museum, un lieu à vivre

Finalement, notre bilan peut souvent être généralisé à bon nombre de musées. La visite reste intéressante pour un public d’amateurs. On s’interroge déjà plus sur ce que pourront en retirer les publics qui ne sont pas déjà au fait des machines présentés.

En effet, si la présentation des consoles suit bien l’évolution chronologique, les notices ne donnent qu’un renseignement succinct (nom, date de sortie, pays d’origine, type, société). Seuls quelques panneaux donnent un peu plus de contenus sur des marques ou de grands noms du jeu vidéo. Mais là aussi, de manière trop peu détaillée. Et qui ne s’adresseront en fin de compte, ni aux néophytes ni aux amateurs éclairés.

Nous avons véritablement pris du plaisir à visiter Pixel Museum. Nous y sommes restés presque trois heures (et sans jouer). Mais cela tenait aussi à notre guide, avec qui une véritable discussion de passionnés a pu s’instaurer. Nous vous le recommandons chaudement.

Clairement un lieu pour et par des amateurs, qui pourrait aussi permettre d’essayer certains titres seuls ou à plusieurs. D’ailleurs, le musée propose également sa privatisation pour votre prochain Kick-Off d’entreprise