James Pond in the Deathly Shallows, le test sur iOS

James Pond in the Deathly Shallows, le test sur iOS
Par Olivier B.
🖶 Temps de lecture estimée : 3 minutes

James Pond, une série de jeux vidéo culte ? Pas vraiment à nos yeux. Le poisson rouge espion a certes eu ses heures de gloire au début des années 90 sur les ordinateurs Amiga et Atari ST, ainsi que sur console Mega Drive (deux millions de ventes au total), mais il a rapidement été noyé par la concurrence, plus forte, plus rapide, plus sympathique. Sur iPhone/iPad, qu’est ce que le héros spécial de feu le studio Vectordean a-t-il encore à nous offrir, vingt ans plus tard ?

 

James Pond in the Deathly Shallows est une production originale pour les appareils mobiles. Enfin, « originale » est un bien grand mot, car le titre reprend ce qui a été fait dans les précédent opus, le premier essentiellement. Vous voilà plongé dans un océan avec pour seul objectif de le traverser et de rester en vie. Pour vous faire boire la tasse : des barracudas, des étoiles de mer, des crabes… L’essentiel des sprites ont déjà été vu dans les autres épisodes de James Pond d’il y a vingt ans. Les graphismes ont été légèrement retouchés pour mieux coller aux résolutions plus élevées de nos appareils. Le défilement des décors est aussi bien horizontal que vertical, les cavernes souterraines et les passages bien planqués présents en nombre quasi-illimité. Pour se défaire de ses ennemis, James Pond dispose d’un pistolet à bulles. Il faut régulièrement recharger sa puissance pour pouvoir continuer à tirer.

Voilà pour le principe général. Dans le détail, il faut aussi éviter les nombreux obstacles et surtout, surtout, ne pas heurter les parois : elles feront fondre votre barre de vie comme neige au soleil. On passe d’un niveau à l’autre sans aucune transition. Il n’y a rien de bien gênant dans tout cela… Si seulement la maniabilité n’était pas aussi catastrophique ! Pour faire progresser James Pond, il faut tapoter sur l’écran. Cela a pour effet de le faire monter, il faut donc veiller à taper en rythme. Si vous ne faites rien, il coule. Si vous restez appuyé, miracle : il effectue une subite marche arrière ! Tout ceci est ingérable et bien trop sensible. Ajoutez à cela la présente de nombreux bogues de collision, malgré les mises-à-jour, et vous obtenez un jeu que l’on a envie de jeter à la poubelle au bout de cinq minutes. Pour achever ce triste tableau, sachez que James Pond in the Deathly Shallows ne propose que six niveaux, qui peuvent être terminés en une demi-heure. Sans rire. Tout ceci était trop gros pour passer : le développeur du titre, HPN Associates, a fini par abandonner l’idée de le vendre : il est désormais gratuit. Mais même à ce tarif avantageux, nous ne saurions vous le conseiller !

 

Il devrait y avoir une conclusion ici... bizarre

A éviter !

Mis à disposition par l’éditeur : Non

Pas d'anecdote

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype

Payer un Carambar au Rédacteur

Dans la même catégorie :

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!