Rocket Knight, le test sur Xbox Series X [Retrocompatibilité]

Rocket Knight, le test sur Xbox Series X [Retrocompatibilité]

Rocket Knight, le test sur Xbox Series X [Retrocompatibilité]

Bibi ici présent est un grand fan de la Megadrive. C’est simple, fusse une époque j’avais 300 jeux Megadrive dans mon studio. Puis il y’a eu mes impôts… (et pas à la source).

Depuis je vis avec une frustration latente, puisque ma collection est partie en fumée, et les prix ont fumé aussi. Alors forcement quant on me propose de retrouver Sparkter mon opossum avec jetpack, je plonge directe. Petit retour sur ma brasse en eaux troubles.

Rocket Knight est donc la suite des aventures MD/SNES. Mais cette fois-ci en Trois Dé. Enfin décor 3D, mais plateforme 2D (heureusement, on a déjà subi Bubsy 3D). Sparkter reprend son jetpack quand le royaume « cochon » est assiégé par des loups. Ni une, ni deux, il va défoncer du Loup. On retrouve les capacités d’époque avec un jetpack qui se manie très bien. Il est toujours limité en énergie sauf durant les phases de Shoot-Them-Up spécifiques. Faut savoir aussi que Sparkter manie très bien l’épée et donc le combo jetpack+épée c’est un peu comme si vous lanciez une voiture à pleine vitesse sur l’ennemi. Et franchement c’est jouissif. Mais ça ne fait pas un jeu …

Parce qu’en effet, Rocket Knight s’endort très rapidement sur ses bases. Là où les jeux Megadrive proposaient des boss gigantesques, des combats épiques de « robot » et autres joyeusetés. Le Rocket Knight nouveau fait dans l’épique de mauvaises qualités. Celui qui ne procure aucune satisfaction une fois réussie puisque les patterns sont simples. Quant aux niveaux, ennuyeux, répétitifs et ce n’est pas la collection d’objets à trouver qui changera quoi que ce soit. On finit avec un système de succès qui prouve qu’il n’y avait pas de réflexion derrière ce titre. Prenons un exemple qui va vous indiquer la durée de vie du titre :

  • Finir le jeu en moins d’une heure en difficile… eux ça veut dire les gars que vous savez que votre jeu se termine en 2 heures la première fois? Foutage de gueule!

On aurait pu avoir un peu d’espoir avec les phases de Shoot, mais là aussi, les développeurs ratent totalement la cible. Et on se retrouve face à des grappes d’ennemis peu inspirés qui suivent bêtement leur chemin … mouais…

Oh, vous voulez vraiment que je vous parle de la soupe qui nous sert d’ambiance sonore et du twist scénaristique qui ne sert qu’à rajouter quelques niveaux (sinon c’était plié en 30 mins). Non? Vous avez compris?

Circulez donc, il n’y a rien à espérer ici!

Par La Team
Version testée : 19.627.110.19
Offert par l’éditeur : Non

Bien que son titre soit Rocket Knight, le jeu n'est pas un remaster du premier. Il est bien la suite de Sparkter (aka Rocket Knight Adventures 2). Donc un Rocket Knight Adventures 3... on croirait Star Wars

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype

#RocketKnight m'a fait tomber bien bas. Au passage il a démoli un monstre sacré de mes souvenirs 16 bits. Résultat, je vais partir déprimer dans un coin!

Ennuyeux