Langrisser I & II, le test Switch

Langrisser I & II sont deux jeux de rôle tactique initialement développé sur bon nombre de consoles des années 1990 comme la Megadrive ou la PC Engine et qui nous fait le plaisir de revenir dans une version Remastered sur Nintendo Switch (et PS4).

Par Kuk

Langrisser I & II, le test Switch

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur skype
Partager sur telegram

"Un RPG tactique 2D classique au tour par un tour [...] comme une mise en bouche à l'arrivée prochaine (?) des autres épisodes de la série."

Dans Langrisser I & II vous luttez contre un puissant empire et les machinations des forces du MAL… Comme vous le voyez, le scénario tient sur un Post-it et n’est qu’un prétexte à enchaîner les combats contre des ennemis multiples. Tout fonctionne comme un RPG tactique 2D classique au tour par un tour. Votre groupe restreint sera progressivement complété par des alliés qui viendront vous seconder au fur et à mesure du scénario.

Chacun des personnages correspond à une unité, mais celle-ci peut recruter des mercenaires pour l’aider en fonction de son niveau. Les troupes en question ne sont pas conservées entre chaque combat.

L’expérience accumulée par chaque personnage vous permet de le faire évoluer au sein d’un arbre de classe qui influencera bien évidemment ses caractéristiques, compétences de combat et sorts, ainsi que les troupes qu’il pourra recruter. Plus le personnage est puissant, plus les unités disponibles sont puissantes, mais plus elles coûtent cher.

Le jeu demande ainsi une gestion de votre réserve pécuniaire. Pour acheter des troupes ou de nouveaux items entre chaque scénario.

D’un point de vue tactique, Langrisser I & II fonctionne comme un Fire Emblem. Cependant, la difficulté de la version remake a été considérablement atténuée pour être même un peu trop facile lors de votre première session de jeu. De plus, la mort définitive de vos alliés vaincus n’est plus présente (même dans les options ce qui est dommage).

Donc petit conseil : ne prenez pas le « easy pack » qui vous est proposé en début de jeu.

Si Langrisser I est assez plat dans son déroulé, sa suite Langrisser II propose, lui, une écriture plus intéressante, avec des cut-scènes où les personnages dialoguent et permettent ainsi de dévoiler la psychologie de chacun. Aucune surprise de ce côté-là, mais on rentre bien mieux dans la longue quête qui nous est proposée.

Le scénario est découpé en une vingtaine de chapitres qui sont autant de sites de bataille avec des objectifs propres. Une des particularités de la série est de proposer plusieurs trames scénaristiques en fonction de certaines actions ou choix que vous avez faits durant les phases de combats. Ces branches scénaristiques sont assez intéressantes et apportent une rejouabilité importante aux titres.

Le véritable intérêt vient une fois chaque épisode terminé, puisqu’on vous proposera de refaire le jeu en mode « Challenge».

Cette nouvelle réalisation de Langrisser I & II, a été très bien pensée. Le jeu vous propose une version d’ « origine » et une version « remastered ». La version « origine » n’est pourtant pas la première version de 1991 et 1994, mais celle d’un remake plus tardif. On peut regretter ce choix pour l’histoire et la connaissance des jeux vidéo, mais il faut bien reconnaître que la version développée initialement sur Megadrive a énormément vieilli aussi bien dans le gameplay que les graphismes.  

On peut ainsi combiner les améliorations un peu comme on veut, les musiques re-instrumentalisées de qualité avec les décors modernes et les personnages originaux du grand dessinateur de l’époque Satoshi Urushihara (dans une meilleure définition). Ceux refaits pour l’occasion sont honnêtes, mais restent assez génériques, et n’ont pas la personnalité du caractère design initiale.

On regrettera tout même que les musiques provenant des différentes rééditions ne soient pas incluses directement dans le jeu, mais vendues en DLC pour globalement 10€ .

Langrisser I & II sont clairement des jeux qui ont vieilli et dont l'expérience de jeu a été un peu édulcorée pour le rendre accessible. Pour autant, cette édition est vraiment intéressante et propose de jouer enfin à une série absente du continent européen, dans une version améliorée, de qualité et en version anglaise. Plutôt orienté grand public, les amateurs de RPG tactique pourront tout de même y trouver leur compte avec le mode « challenge » disponible après avoir fini le jeu une première fois et sans garder leurs expériences passées. C’est donc avec plaisir qu’on (re)découvre ces deux titres, comme une mise en bouche à l'arrivée prochaine (?) des autres épisodes de la série.

Note: