Heart & Slash, le test sur Switch

HeartS 10

Heart & Slash est un jeu d’action qui a une petite réputation sur la scène des indépendants PC, du fait notamment des attentes formulées lors de son financement via la plate-forme Kickstarter. Sa conversion sur la console Switch disponible via l’eShop est donc une bonne occasion de nous y intéresser.

 

05

Des pièges que l’on peut utiliser à son avantage.

Heart & Slash est un jeu d’action et d’exploration en 3D où vous dirigez un petit robot, un siècle après la prise de pouvoir des machines sur la Terre. A chaque nouvelle partie, vous aurez à explorer trois niveaux assez vastes générés de manière aléatoire, comme votre équipement d’ailleurs. Vous renouvellerez l’expérience régulièrement puisqu’on reprend ici le principe des « dead and retry ».

Les avancées du scénario, comme le déblocage de nouveaux personnages (Heart & Slash intègre six entités jouables) ou celui des nouvelles armes et éléments d’armures (cent trente-cinq au total) se fait en réalisant des objectifs. Ceux-ci sont appelés un peu pompeusement « quêtes », puisqu’il s’agit souvent de tuer un type d’ennemis un certain nombre de fois.

Vous vous doutez bien que cela va permettre de prolonger un peu artificiellement la durée de vie du jeu. Le fait que vous n’avez à disposition que peu de moyens de vous soigner est un autre moyen de rallonger la sauce…

01

Une ambiance et un rendu souvent agréable dans le premier niveau…

Le principe fonctionne plutôt bien à partir du moment où l’on adhère à ce postulat de départ. Le scénario de Heart & Slash, bien que assez facilement prévisible, est plutôt bien distillé. Les armes sont particulièrement nombreuses et variées (hache, lance, épée courte ou longue, etc.) et certaines intègrent des pouvoirs supplémentaires (glace, électricité, feu), qui seront plus ou moins efficaces selon la nature des ennemis. Par exemple, l’électricité est efficace sur les robots jaunes, le feu sur les robots verts, et les attaques physiques sur les robots de couleur blanche, etc.

Graphiquement, on a une réalisation assez singulière, en particulier pour les personnages et les objets, à mi-chemin entre le voxel et le cel-shading, nous trouvons ces derniers plutôt réussis.


03

…mais qui se dégrade dans le deuxième.

Notre jugement est plus contrasté en ce qui concerne les décors. Par exemple, le premier niveau qui se déroule dans une usine rend plutôt bien, même si on se retrouve parfois avec une caméra qui pose problème notamment dans certains espaces confinés. Le deuxième niveau, celui de la ville, offre des zones plus grandes donc sans trop de problèmes de caméra, mais avec un rendu assez médiocre, ce qui est flagrant dans sa variante « jour ».

Les musiques sont assez sympathiques et se laissent écouter, mais à part l’une ou l’autre, elles ont du mal à donner un supplément d’âme au jeu.

 

02

Des combats souvent confus.

Votre personnage saute, dispose d’une roulade arrière ainsi que deux attaques : un coup rapide faible et un coup plus puissant plus long à s’enclencher. Le gameplay de Heart & Slash est donc basique, mais l’application n’est pas toujours chose aisée quand les ennemis s’accumulent. C’est notablement le cas dans les combats avec des ennemis aériens ou dans les mêlées au sol. La camera n’aide pas vraiment à l’appréciation des distances.
C’est d’autant plus dommage que la promesse de la campagne Kickstarter était justement de proposer un gameplay de qualité en s’inspirant des plus grands jeux du genre comme Bayonetta et Megaman. Au final, l’absence de verrouillage des ennemis rend assez fastidieuses de l’utlisation de toutes les armes de poing ayant une faible allonge.
Cependant, comme le déclenchement des attaques de vos adversaires est signalé grâce à des points d’exclamation, on arrive globalement à savoir quand il est temps de prendre la tangente. Du coup, on saute, on tape, on saute…

Il est également délicat de vous repérer dans la carte du jeu. La petite fenêtre de la version PC a été conservée telle quelle pour la Switch. De ce fait, il est assez difficile de la lire sachant que très vite on ne vous donne plus aucune indication.

 

Note {snippet 6-10}
Heart & Slash est donc un jeu sympathique, avec quelques originalités cosmétiques, mais pas exempt de défaut notamment une réalisation un peu en dents de scie, un gameplay perfectible et des choix discutables pour prolonger un peu la durée de vie. Pour autant, cette production petit budget passe, sans surprise, plutôt mieux sur l’écran de la Switch que sur PC. A essayer pour les amateurs de jeux d’action et d’exploration de donjons aléatoires.  

 

{youtube}rOFNWaXiwk4{/youtube}

 

{loadposition articles-relies}
{gallery}Switch-HeartSlash{/gallery}

{loadposition Kuk-auteur}

{loadposition Kuk-menu}

 6

 

Aymerick

Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.