Donkey Kong Country Returns 3D, le test sur 3DS

Donkey Kong Country Returns 3D, le test sur 3DS
Par Olivier B.
🖶 Temps de lecture estimée : 3 minutes

Adapter sur Nintendo 3DS Donkey Kong Country Returns, le jeu de plates-formes Wii paru en 2010, une drôle d’idée ? Une idée brillante, oui ! Après tout, il aurait été dommage que cet excellent jeu soit oublié sur une console déjà en fin de vie. La console portable de Nintendo a les ressources nécessaires pour lui donner une seconde vie. Enfin presque…

Donkey Kong Country Returns, développé à l’origine par Retro Studio, est un hommage à la série originelle parue voilà bien des années sur Super Nintendo. Nous avons toujours affaire à un jeu de plates-formes se jouant sur un plan 2D. La différence, sur Wii, puis sur 3DS, c’est que le jeu est intégralement modélisé en 3D ! Cette technique d’affichage présente un certain avantage, celui de rendre le monde simiesque visité plus vivant. Passons rapidement sur le scénario, qui ne vaut pas tripette : le stock de bananes de Donkey a été volé, il faut le récupérer. C’est tout !

On se trouve tantôt plongé dans un niveau paradisiaque, tantôt sombre voire même apocalyptique. L’aventure dure entre huit à dix heures pour le mode solo (et bien plus si on tient à finir le jeu à 100 %). En fait, le niveau est plutôt relevé pour un jeu orienté grand public et rapidement, on se rend compte que la progression se fera par l’apprentissage de l’échec… Heureusement, les vies se cumulent assez rapidement. A cela, il faut ajouter un mode multi-joueurs en coopératif qui, bien qu’original sur le papier, n’apporte pas grand-chose : le deuxième joueur contrôle Diddy, qui peut tirer avec son pistolet à cacahouètes. Cela simplifie un peu la progression et rend certains bonus cachés plus accessibles, mais il n’y a pas de mécanique de jeu imaginée à partir de ce mode-là. Attention : pour profiter de ce mode, il faut posséder deux cartouches !

Qu’importe, Donkey Kong Country Returns 3D est un vrai plaisir à jouer. Un vrai trip revival comme on les aime ! La bande-son reprend les compositions musicales d’origine, de manière retravaillée. Les vieux de la veille lâcheront une larmichette en les entendant, c’est sûr. Pour en finir avec l’aspect technique du titre, signalons que les textures, héritées de la version Wii, font un peu de peine à voir. Elles sont ternes et leur résolution semble faible. Pis encore, la 3DS a du mal à afficher le tout proprement : l’aliasing est très présent, sans compter de perceptibles ralentissements. C’est dans ces moments-là que l’on regrette que la 3DS en ait si peu sous le capot…

Reste que tous les joueurs qui seront capables de faire fi de ces quelques considérations techniques seront aux anges. Cet opus demeure, même trois ans après sa sortie initiale, l’un des meilleurs jeux de plates-formes des consoles Nintendo du fait de son level design très inspiré et de son gameplay aux petits oignons. Sur 3DS d’ailleurs, les développeurs ont eu la bonne idée de laisser le choix aux joueurs, en proposant des contrôles au stick ou à la croix directionnelle. Nos conclusions sont sans appel : c’est la seconde option qui est la plus efficace. Enfin, nous ne saurions conclure ce test sans évoquer les ajouts spécifiques à la version 3DS : il y a la 3D en relief bien sûr (qui n’apporte pas grand-chose et qui pique les yeux du fait de l’aliasing), de nouveaux objets accessibles dans un nouveau mode, mais aussi un nouveau et neuvième monde, composé de huit niveaux créés spécialement pour l’occasion. Un ajout bienvenu même s’il sera un peu léger pour ceux qui ont déjà terminé le jeu sur Wii.

 

Il devrait y avoir une conclusion ici... bizarre

Excellent !

Mis à disposition par l’éditeur : Non

Pas d'anecdote

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype

Payer un Carambar au Rédacteur

Dans la même catégorie :

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!