Samurai Shodown! 2, le test sur Switch d’un jeu totalement Neogeo Pocket

Samurai Shodown! 2, le test sur Switch d’un jeu totalement Neogeo Pocket

La Neogeo Pocket c’est mon souvenir de 2002, j’étais totalement passé à côté de cette machine lors de sa sortie timide en France. Au passage, c’est aussi elle qui a fait naître une très belle amitié avec Kuk. Je me souviens encore du forum NGPC.info source d’information, d’achat, de vente, de trafic de gars du forum fiers de fournir à Trader des Bootlegs de Pocket Reversi achetés sur Lik Sang (archive.org est là pour vous si vous cherchez à vérifier mon information). Une autre époque… d’escrocs.

Alors, le revoir débarquer sur Switch Samurai Shodown! 2 Pocket Fighting Series, c’est pour moi plus qu’une madeleine de Proust. C’est tout simplement inconcevable! Et pourtant il est là, disponible, en physique en plus, proposé par Pix’n Love dans son édition ShockBox spéciale 30 ans de la Neogeo.

Par Manoloben

Samurai Shodown! 2, le test sur Switch d’un jeu totalement Neogeo Pocket

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest
Partager sur skype
Partager sur telegram

"On a ici un titre jouable avec seulement deux boutons d'action."

Samurai Shodown! 2 pour les qui ne suivent pas au fond, c’est du combat 1 vs 1 à l’arme blanche. Loin d’un Bushido Blade, Samurai Shodown est cependant plus technique que bon nombre de jeux de combat. Cette version est inspirée d’une version arcade Samurai Shodown 64, et reprend quasi tous ses protagonistes et histoires.

14 Personnages jouables (enfin 15 avec le boss de fin), chacun possédant de nombreux coups spéciaux et super coups. Cependant ils devront choisir la méthode de combat entre Bust et Slash, limitant ainsi leur palette et changeant un peu la façon de jouer. On retrouvera dans cette version pour les connaisseurs : Charlotte, Jubei, Haohmaru, Genjuro, Galford, Nakoruru, Rimnerel, Hanzo, Ukyo, Kazuki, Asra, Taizan et Shiki et Sogetsu Kazama.

On a ici un titre jouable avec seulement deux boutons d’action.  Les deux d’origines de la Neogeo Pocket Color, mais attention le A et B sont inversés sur la Switch par rapport à la documentation d’époque numérisée. Documentation qui n’est même pas disponible dans sa version physique sur Switch…  Le jeu tiendra compte de la durée de pression du bouton pour comprendre si vous exécutez un type de coup ou un autre. Un bouton est l’attaque à l’arme blanche (faible ou fort), l’autre est le coup de pied ou la garde. Vous possédez une Rage Jauge aussi, permettant d’effectuer une fois remplie : un coup très spécial quasi mortel nommé Hidden Methods of Mayhem, faire une Flash Attack ou vous rendre un peu plus fort sur vos coups classiques. Cette jauge se remplissant au fur et à mesure des coups encaissés, elle peut changer le cours du combat rapidement.

 

Le mode histoire propose des petites scènes et des explications sur les raisons d’être des protagonistes et enchaine les combats avec un boss bien puissant. A la fin de certains combats, on vous attribuera des cartes débloquant des capacités de vos personnages (coups spéciaux ou amélioration de caractéristiques). Ces cartes sont sélectionnables lors du choix des personnages, et il y en a plus d’une centaine à collectionner. Sachez que vous n’en gagnerez que quelque une à chaque partie, ça peut être long de toutes les collectionner. Surtout qu’aucun d’échange via le réseau n’est disponible comme sur NGPC, tout comme le mode 2 joueurs qui n’est que locale. C’est peu étonnant, mais bon le mode 2 joueurs est proposé en local, en écran partagé et inversé, ainsi chacun se retrouve d’un côté de la console façon TableTop.

On ajoute à tout cela un mode Survival où vous devrez affronter les uns derrière les autres des personnages avec une seule barre de vie. Et la possibilité de changer le skin parmi l’une des 6 « flat » Neogeo Pocket Color. Pas de skin de « Slim » n’est proposé. Vous pouvez zoomer plus ou moins sur l’écran de votre Neogeo Pocket pour déterminer à quel point vous souhaitez voir des pixels. Car même si la Neogeo Pocket était vraiment une bonne console pour l’époque (beaucoup de couleurs, sprites énormes), ça reste une résolution de timbre-poste. Là où la Switch se ramasse par rapport à la version Neogeo Pocket d’origine de Samurai Shodown! 2, c’est la maniabilité, le stick n’est absolument pas fait pour ce genre de jeu. Le plaisir d’avoir l’impression de maitriser son combat est effacé par cette incapacité à sortir correctement nos commandes.

Note : Ils ont changé la méthode pour avoir Yoka le boss de fin surpuissant : « Move to Kuroko. Hold B and rotate the control counter clockwise for 4 circles. Yoka will appear on the space where Kuroko belongs. Keep holding B and select the character by pressing A. » Sur Switch se transforme en « Allez sur Kuroko, maintenez A et cliquez sur B pour sélectionner Yoka »

Lent par sa nature, mais extrêmement technique, c'est incroyable à jouer, surtout à deux sur la même console. Malheureusement les sticks Nintendo cassent complètement le plaisir.

Amusant