Space Hulk (2013), le test sur iPad (2014)

Space Hulk (2013), le test sur iPad (2014)

L’iPad aura permis de rééditer des jeux de plateaux morts depuis plus de dix ans. Nous en avons eu l’exemple avec Warhammer Quest récemment. Aujourd’hui, c’est au tour de Space Hulk de recevoir son lifting sur iOS en 3D.

Les Genestealers – sorte de croisement entre des aliens et Shiva – sont une vermine à exterminer. Les Bloods Angels font face et partent à l’assaut d’énormes engins – les Space Hulk – infestés par ces monstruosités. Votre rôle est d’éradiquer cette race qui met en péril l’Impérium : « Le sang de l’ennemi est la seule solde du guerrier », nous dit-on. Malheureusement pour vous, la bataille tourne court et seul quelque-uns échappent à l’assaut de ces créatures d’origine Tyranide trop nombreuses et infatigables. Vos armures de Space Marines et vos Bolters (mitraillettes) seront vos seuls alliés dans les coursives formant les entrailles de ce vaisseau.

C’est après une courte mais agréable vidéo d’introduction que vous accèderez aux menus de Space Hulk (2013). On notera un mode Campagne, Multi-joueurs en ligne et Passe et joue (local). Du classique pour un jeu de plateau sur iPad. Nous arrêtons tout de suite ceux qui n’achèteraient le titre que pour jouer en multi-joueurs : il vous faudra finir les missions de la campagne solo d’abord pour pouvoir en utiliser les cartes en mode multi.

12 missions et pas une de plus

Cette campagne nommée Sin of Damnation propose douze missions. On note qu’un didacticiel est aussi disponible pour les nouveaux joueurs. Celui-ci vous expliquera comment diriger vos Space Marines et vous constaterez très vite à quel point ils sont « lourdauds ». En effet, chaque action nécessite un nombre de points d’action (PA). Par défaut, chaque Space Marine en possède quatre. Ceux-ci peuvent vous servir à avancer d’une case, vous tourner de 90 degrés, ouvrir une porte (1 PA), tirer (1 ou 2 PA selon l’arme), vous mettre en garde (2 PA) ou en mode surveillance, prêt à tirer sur tout ce qui bouge (2 PA). Il va être nécessaire de jouer la sécurité, car l’ennemi est très puissant au corps à corps et peut, de ses griffes tranchantes, tuer plusieurs de vos hommes en un seul tour. Car, heureusement pour vous, Space Hulk (2013) se joue au tour par tour, contrairement à son ainé sur Saturn/3DO. Ce qui d’ailleurs est en parfaite adéquation avec le jeu de plateau. Les règles sont d’ailleurs complètement respectées pour le plus grand plaisir des fans. Pour les autres, il vous faudra apprendre – dans la douleur ! – et reprendre plusieurs fois la première « vraie mission » pour en cerner toutes les finesses.

Dans chaque mission, vous contrôlerez une escouade de Space Marines en général composé de cinq hommes. Ceux-ci peuvent dispose d’un simple Bolter, ou pour les plus gradés, d’un canon, un lance-flamme, un marteau énergétique ou une épée tronçonneuse. Vous constaterez très vite que ces spécialisations peuvent vous permettre de contrôler une zone. Ou, dans le pire des cas, être votre seul moyen d’achever un objectif. Objectifs qui seront assez différents dans le briefing (sauvetage, nettoyage, récupération d’élément, destruction d’élément, aller d’un point A à un point B), mais bien souvent proches de la simple boucherie sur le terrain.

Pour ce qui est de la maniabilité, quelques éléments coincent dans la sélection des personnages en raison de la vue adoptée, de trois quarts. Fort heureusement, vous pourrez tourner ou zoomer sur les différentes parties du vaisseau. Les icônes sont assez petits sur iPad mais pourtant fonctionnent bien. Et en cas d’erreur, un bouton permettant d’annuler la dernière action est disponible. Attention simplement à ne pas trop l’utiliser pour rattraper un jet de dés malencontreux ! A noter que l’intelligence artificielle n’est pas particulièrement travaillée, celle-ci pouvant se confronter pendant de nombreux tours à votre général doté d’un marteau énergétique et d’un bouclier lui conférant des bonus non négligeables, au point de pouvoir tuer des Genestealers par dizaines sans inquiétude.

Malgré cela, la difficulté est bien présente et il vous faudra quelques heures pour venir à bout des douze missions proposées. Si cela n’est pas assez, une politique de DLC est mise en place avec de nouvelles campagnes pour quelques euros. Dommage, pour un jeu à 9 euros de base que l’on soit encore un peu limite en contenus.

Réalisation un peu décevante

Graphiquement, Space Hulk (2013) est très loin de son cousin PC sorti peu de temps avant. Là où le PC affiche de beaux éclairage dynamique et de superbes armures Terminator, sur iPad on se contentera de graphismes simplistes, d’animations grossières et de giclées de sang floues. Etonnant, quand on voit la puissance des puces d’Apple sur d’autres jeux et les 2 Go requis à l’installation. Pour l’ambiance sonore, pas de musique superflue, juste le bruit des Bolters et des torsions subies par le métal du vaisseau. Pour les briefings, ils sont lus en anglais en plus d’être écrit en français.

Dans le mode multi-joueurs, vous jouer à deux, l’un contrôlant les Space Marines, l’autre les Genestealers. Encore une fois, les règles du jeu sont respectées et il est très agréable d’y jouer pour peu que vous accrochiez à la mécanique. Par contre, n’espérez pas comme sur Smallworld 2 trouver du monde pour jouer à toute heure… Mieux vaux privilégier les amis et les parties organisées.

Par Manoloben

Space Hulk (2013), le test sur iPad (2014)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Ce Space Hulk (2013) ne possède strictement aucune originalité. En effet, il recycle une mécanique vieille de 20 ans et la transpose sur iOS. Le titre a néanmoins le mérite de répondre aux attentes des fans ne pouvant se procurer le jeu original (vendu à prix d’or sur les différents sites marchands) et ce, pour moins d’une dizaine d’euros. Ceux-ci ne se poseront donc aucune question et l’auront surement déjà acheté. Si ce n’est pas encore fait : foncez ! Qu’en est-il pour les autres ? Il y a de fortes chances que le jeu ne vous convienne pas, du fait d’une mécanique trop simple. Cependant, cela en fait aussi un partenaire idéal pour les transports. L’absence de version de démonstration, même sur PC, ne vous aidera certainement pas à vous décider. Les deux seules possibilités restantes : essayez Space Hulk chez un ami ou attendez une baisse de prix !

Note:

Space Hulk 1

LOST IN THE SPACE?
 

 

{loadposition articles-relies}
{gallery}Ipad-Space-Hulk{/gallery}

{loadposition Manoloben-auteur}

{loadposition Manoloben-menu}