Bound, le test sur Playstation 4

Bound, le test sur Playstation 4

C’est amusant comment un titre peut être quasi incompréhensible sans le kit de presse qui va avec. C’est « un peu » le cas de Bound sur PlayStation 4 du très estimé studio de Santa Monica. Un titre complètement perché sur plus d’un point. Qui propose « une histoire », mais aussi une vision artistique vouée à être savourée aussi en VR. Pas de bol, on n’a pas de casque. C’est donc une expérience tronquée qu’on essaye aujourd’hui. Mais on ne jugera pas le jeu sur cet aspect, mais plus sur le message qu’il tente de faire passer.

En effet, tout commence quand on femme enceinte arrive en bord de mer, elle traine ses pieds dans le sable, puis s’assoie et pense. C’est là que la partie jeu commence. Dans un monde « cubique » et étrange, une reine mère vous appelle Princesse, et vous demande d’aller trouver le monstre qui détruit le royaume. Dans cette partie qu’on imaginera rêver, le monde semble à l’abandon, les pierres se cassent sous vos pieds, et vous jouez visiblement une danseuse (pourquoi une danseuse? Est-ce que notre héroïne en est une?). Ce mélange donne un ton visuel vraiment agréable, mais reste totalement incompréhensible. Plus tard, on comprendra que chacun des niveaux de Bound sur PlayStation 4 correspond à une page de votre cahier d’enfant. Chaque page étant, semble-t-il, un souvenir souvent peu agréable. (on pourrait être plus précis, mais ça serait du spoiler)

Alors bien évidemment comme vous jouez surement une fille qui a eu son diplôme de psychologie à 5 ans, elle a eu la bonne idée de mettre à la première et dernière page du cahier un dessin « heureux ». À vous de les recoller en arrachant les autres. Ce chemin de croix que vous devrez suivre sera linéaire et très orientée plate-forme. À chaque fin de niveau, un souvenir se forme, comme si vous l’aviez oublié. Mais rien n’explique le pourquoi de cette oublie, et pourquoi : alors qu’elle va devenir mère, elle décide de se remémorer? On ne peut qu’imaginer un scénario : le stress du premier enfant, des choses difficiles de son passé qu’elle n’a jamais traité, et qu’elle ne veut pas reproduire, ou bien pire…

Résultat, le message étant peu clair, il est difficile de cerner si l’objectif est positif, ou négatif. Je me suis même demandé si les développeurs n’avaient tout simplement pas peur de vieillir, fonder une famille, etc. (Personnellement si je suis leur enfant, je n’aimerais pas que ce soit un hommage 🙂 le monde étant sombre). Impossible pour moi de déduire les raisons de notre présence ici, pourquoi tous ces souvenirs sont « disparus ». Rendant difficile l’attachement à notre héroïne. La fin (avec un choix donc 2 possibilités) qui arrive après 3h de jeu explique vaguement pourquoi on a eu besoin de suivre ce « chemin ».

Par Manoloben
Offert par l’éditeur : Non
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur skype

#Bound sur #PS4 est plus une démonstration technologique qu'un jeu agréable à jouer. Le fond psycho-dramatique n'excuse rien, voir même m'angoisse sans répondre à mes attentes.

Ennuyeux