The Falconeer, le test sur Xbox Series X

The Falconeer, le test sur Xbox Series X

The Falconeer, le test sur Xbox Series X

The Falconeer est le fruit de la collaboration, né de l’imagination d’un seul homme Tomas Sala, aidé à mettre en oeuvre par Wired Production. Et on n’aura rien à redire sur la qualité du rendu. Le titre offre une belle expérience sur Xbox Series X, même s’il fait pâle figure face aux exclusivités PS5. Mais notre jugement ne tiendra pas rigueur de ce point. The Falconeer est un petit jeu indépendant à 30€ et il doit être considéré comme tel. Et cela même si les trolls de twitter s’en sont donnés à coeur joie.

Une fois lancé, le titre vous met dans la peau d’un chevaucheur de faucons, façons Pangar et ses griffons. Enfin plutôt la peau de plusieurs chevaucheurs, puisque dans le monde de The Falconeer périr n’est pas vraiment la fin. D’ailleurs la gentille organisatrice de votre voyage vous expliquera que vous ne faites que revivre des vies, que la mémoire est partagée. Chacun des épisodes de vie aura ses objectifs militaires et politiques. Mais tout ceci est bien trop complexe pour que le joueur lambda se prenne au jeu. On se lancera donc rapidement dans le coeur du jeu, c’est-à-dire le chevauchage de faucon.

Un petit air de Crimson Skies

Tout de suite, une chose me frappa, l’aspect graphique. Minimaliste et dû en grande partie à ce monde noyé sous les océans façon Waterworld. Mais surtout cette sensation de voler véritablement sur un animal qui réagit au courant d’air, à la gravité, et au battement de ses propres ailes. Cet aspect « aléatoire » du maniement du faucon dans The Falconeer, le rend très différent d’un poncif du genre que l’on a vu sur Xbox il y a 20 ans : Crimson Skies. Un titre qui est d’ailleurs toujours dans la matrice de rétrocompatibilité de nos Xbox. Ici, le faucon vous forcera à faire quelques figures pour arriver à faire ce dont vous avez besoin. Dans les faits, c’est un peu lourd, mais fait admettre que ça change un peu des jeux « d’avions ».

Par contre là où The Falconeer ressemble comme deux gouttes à un autre jeu « d’avions », c’est dans ses missions. Fedex, Combat, Fedex, Combat, Fedex, euh … et Fedex. Alors oui, quelques moments sont « épique » façon Panzer Dragoon. Mais ça ne fait pas tout. Surtout que les quêtes Fedex sont bien longues et le monde bien vide. À tel point que même le développeur a mis en place un système de téléportation pour finir vos quêtes Fedex \o/ la boucle est bouclée.

Entre deux voyages vers des points d’intérêt magnifiques vous pourrez faire quelques combats aériens avec votre seule arme disponible – qu’on peut améliorer, heureusement – et un système de « lock » bien heureux. Car autant vous dire qu’il est impossible de toucher quelqu’un sans cela. Comble, le jeu peut être d’une difficulté à en crever – littéralement. Ajoutant une répétitivité incroyable à un produit qui aurait pu faire ses beaux jours sur Xbox Series.

Le jeu mérite une suite avec un enjeu politique compréhensible, peut être un peu plus de « lore » visuellement accessible, et pour finir un peu plus de variété dans ses combats (différentes armes, peut être même la capacité de gérer une armada). Parce que le monde de The Falconeer mérite d’être découvert, mais pas au prix de l’ennui.

Un léger gachi, quelques spasmes de plaisir de temps en temps. Un mode photo génial. Ca n'en fait malheureusement pas un grand jeu. Dommage!

Passe-Temps !

Par La Team
Offert par l’éditeur : Oui

Créer The Falconeer a été une aventure de plusieurs années pour moi. Je me suis impliqué personnellement dans ce jeu, et j'ai hâte de le voir entre les mains des joueurs

Avis sur The Falconeer

Ici une conclusion

The Falconeer

Passe-Temps !

Mis à disposition par l’éditeur : Oui