Shovel Knight Dig, le test sur Switch

L’air de rien et depuis ses premiers pas en 2014, la saga Shovel Knight et son chevalier jardinier se sont taillés une place de choix dans le potager vidéoludique. Aujourd’hui débarque Shovel Knight Dig, un mélange de plateforme, rogue-like et scrolling vertical qui n’est pas sans rappeler un certain Downwell. Une nouvelle aventure à la hauteur de ses prédécesseurs ? On vous dit ça tout de suite.

Nouvelle pelle, nouveau style

Depuis quelques temps, les studios Yacht Club Games tentent le coup de la diversification. Initialement dédiée au jeu de plateforme 2D, la série Shovel Knight tente quelques écarts. Au grand malheur de certains adeptes de la première heure, et pour le plus grand bonheur des fans toujours preneurs d’un peu de fraîcheur.

Il faut bien reconnaître que chez Air-Gaming, nous sommes plutôt de ceux-là. Nous vous proposions d’ailleurs, il n’y a pas si longtemps encore, le test du puzzle game Shovel Knight : Puzzle Dungeon. Cette-fois-ci, il est question d’explorer des sous-terrains via un scrolling vertical. Shovel Knight Dig contient plusieurs chemins et plusieurs chapitres. Assez difficile d’accès au début, le héros ira de plus en plus loin au fil des parties, rogue-like oblige.

Picsou dans la caverne

Même s’il est un peu accessoire, Shovel Knight Dig s’offre un scénario inédit. Cette fois, il va s’agir de combattre les Hexcavateurs et leur grand chef : Drill Knight. La motivation principale de notre héros sera de récupérer son sac de trésors, volé par ces nouveaux adversaires. Bien qu’ils ne constituent pas le cœur du game system, les dialogues et l’écriture générale favorisent pleinement l’humour et l’immersion.

Du côté de la réalisation et si vous êtes habitué de la saga, vous devriez retrouver vos marques assez rapidement. Le design pixel néo-rétro désormais éprouvé est toujours aussi efficace. La direction artistique fonctionne, avec notamment des personnages hauts en couleur et le plaisir de retrouver des protagonistes des épisodes précédents. La maniabilité est un mélange de Downwell et de Duck Tales, à savoir beaucoup de sauts verticaux avec « la pelle vers le bas » pour taper ou creuser.

Moins c’est long, moins c’est bon

Côté sonore, les mélodies de Jake Kaufman font toujours merveille – Même s’il faut leur reconnaître, cette fois-ci, une répétitivité quelque peu supérieure aux autres opus. Et la répétitivité, justement, pourrait bien être le souci principal de Shovel Knight Dig. Les trois ou quatre premières heures sont assez jouissives, le temps de découvrir l’univers et surtout de terminer le jeu une fois ou deux. Et puis… Et puis… La découverte de nouveaux passages, items ou boss peine à renouveler suffisamment l’expérience, tant est si bien que l’entrain à reprendre la manette s’étiole.

Alors ce Shovel Knight Dig, un titre à la hauteur ? Sur le principe du jeu en général et à propos de sa réalisation, le jeu est dans la continuité de ses prédécesseurs et c’est un grand oui. Le bémol majeur vient de sa durée de vie et l’intensité de l’expérience de jeu, finalement plutôt limitées au regard d’un tarif AA tout de même. L’achat et le coup de pelle seront donc à évaluer en conséquence.

Ceci pourrait peut-être vous intéresser…

Shovel Knight Dig respecte le lore et les qualités techniques de ses prédécesseurs, en s’offrant un vent de fraîcheur avec son game system original. Seul regret, l’expérience reste très bonne mais peut-être un peu courte, surtout au tarif où elle est proposée.

Shovel Knight Dig

👍Amusant👍 !

Mis à disposition par l’éditeur : Oui

Pas d'anecdote

Medias

Les meilleures Stockage

Les meilleures Précommandes

Les jeux sûrs et pas cher

Accesoires testés et approuvés

On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!