Le stand Koch Media à la PGW 2018 : Metro Exodus, Persona, Sonic

Le stand Koch Media à la PGW 2018 : Metro Exodus, Persona, Sonic

Et si vous arrêtiez de faire semblant de jouer!

Par Manoloben

Persona 3: Dancing in Moonlight et Persona 5: Dancing in Starlight à la PGW 2018

Le jeu de rythme et musique Persona d’Atlus nous revient sur PlayStation 4. Cette fois-ci c’est Persona 3 et Persona 5 qui s’y collent. La différence, les personnages jouables, les lieux, les chorégraphies, mais surtout la musique. Là où Persona 3 fait dans un J-Pop plus classique (c’est aussi lié à son âge), Persona 5 nous apporte sa « soundtrack » plus rock, avec ses petits effets de guitare. On a pu essayer les deux moutures à la PGW 2018. Et pour ceux qui avaient apprécié le premier ne devraient pas être dépaysé. On reste sur un jeu de rythme à 6 boutons, appuie court, appuie long, double tap sont de rigueur le tout bien en rythme avec la musique.

De là à conclure que l’ambiance du 5 m’enchante beaucoup plus, il n’y a qu’un pas que je ne franchirais pas. Au risque de recevoir un recommandé d’insultes de Kuk « grand défenseur » de Persona 3. 

Note : la difficulté est au rendez-vous et les petits rigolos comme Legend-Ghost et Svenky se sont pris le mur des BPM de front. Ça nous enchante, et c’est de bonne guerre.

L’avis de Svenky

Je vais vous avouer que de moi-même, je n’aurais pas été testé ce titre, mais pour faire plaisir à Manoloben, j’ai fait un petit effort.

Malgré ma réticence, il faut savoir, pour les plus vieux d’entre vous, que j’ai joué longtemps, très longtemps à un jeu de dance sorti en 2007, Dance Online ! Si vous n’appréciez pas les graphismes manga, passez votre chemin, ce jeu va vous piquer les yeux. Sinon, niveau gameplay, finalement, j’ai passé un bon moment. Les niveaux facile et intermédiaire sont un peu trop simples et le niveau expert est un peu trop difficile.

Svenky            

Metro Exodus

Nos deux rédacteurs de choc Svenky et Legend-Ghost sont allés tester le Metro Exodus de Deep Silver pendant cette PGW 2018. On attend leur retour dans quelques jours quand ils s’en seront remis.

Mise à jour du 31/10/2018 : Chose promise, chose dû. Svenky nous en parle.

Ah, Metro, que j’aime cet univers post-apocalyptique !
J’ai donc eu la chance de pouvoir mettre la main sur Exodus, le dernier né de chez Deep Silver. Voici le résumé de l’histoire que vous pourrez trouver sur le site officiel :

En 2013, une apocalypse nucléaire a ravagé la planète. Une poignée de survivants parvient à se réfugier dans les profondeurs du Métro de Moscou. Nous sommes en 2033. Vous incarnez Artyom, né à la surface quelques jours avant l’apocalypse, mais ayant grandi sous terre. Un évènement fatidique vous pousse dans une mission désespérée au cœur du Métro afin d’avertir les derniers survivants de la terrible menace qui pèse sur eux. Votre périple vous mènera des catacombes oubliées qui se cachent sous le Métro aux terres abandonnées
de la surface terrestre. 

Nous sommes en 2034. Sous les ruines d’un Moscou post-apocalyptique, les survivants sont entourés de menaces mortelles venant de la surface, mais également des souterrains. Au lieu de s’unir, les habitants des villes-stations du Metro se déchirent pour prendre le pouvoir et c’est emparer d’une arme puissante dans les bunkers militaires de D6. Une guerre civile fait rage, et elle pourrait anéantir à jamais l’humanité. Vous incarnez Artyom, accablé par la culpabilité, mais plein d’espoir. Vous détenez la clé de notre survie, la dernière lueur de nos heures les plus sombres… 

Dans Metro Exodus, l’histoire se passe en 2036, oui, pour ceux qui auraient suivi, il manque une année. En effet, Metro 2033 se passe en 2033 (facile), Metro Last, en 2034, et Exodus, en 2036. Si vous voulez savoir ce qu’il s’est passé en 2035, je vous conseille vivement de lire le roman Métro 2035. Comme son nom l’indique, vous allez vivre l’exode vers le grand Est Russe à bord de l’Aurora, une locomotive militaire réhabilitée pour l’occasion. Après 15 minutes de jeu, que dire ?

Le jeu est beau, très beau, les cinématiques sont vraiment de bonnes factures, les doublages ont l’air aussi très bons. Niveau gameplay, on n’est pas dépaysé, notre boussole et notre briquet sont toujours là. Les mécaniques de furtivité sont toujours les mêmes, c’est d’ailleurs ce qui pêche un peu dans la licence, je trouve l’IA un peu légère. On peut tuer 15 personnes dans un camp sans que personne ne se rende compte de rien… Mais bon, tout le reste est tellement bon.

Dommage que nous n’ayons pas eu la chance de voir de nos propres yeux les éléments de craft proposés par le jeu. J’ai hâte d’en voir plus.

Svenky         

"Team Sonic Racing est décalé au 21 Mai 2019"

Sonic : Team Sonic Racing

Notre passage à la PGW 2018 c’était aussi l’occasion de mettre la main sur le dernier jeu de cours Sonic de Sega, le bien nommé Sonic : Team Sonic Racing. Sonic se paye donc une nouvelle carrosserie pour éventuellement taquiner le plombier moustachu sur Switch, ou tout simplement faire sa place sur Xbox One et PlayStation 4.

Mais Sonic met fin aux fioritures et abandonne les transformations pour se concentrer sur la conduite et la collaboration. Désormais, on fera équipe avec deux autres personnages, lui permettant de partager les objets, les points au classement, mais aussi fournissant quelques avantages en course comme un système de suivi du coéquipier vous offrant un boost lors que vous roulez sur ses traces. Comme dans le transformed, Sonic (ou les nombreux autres personnages, je ne suis pas sectaire) pourra s’énerver un petit peu et grandement accélérer sa course avec l’utilisation d’une jauge spécial.

Lors de notre essai, l’IA avait une fâcheuse tendance à rouler dans l’herbe, nous empêchant de suivre son tracé sans nous ralentir fortement. Mais il était bien précisé que la démonstration était en Beta.

On reste globalement en terrain connu, pas étonnant, vu que le « transformed » avait réussi à séduire les foules. L’ajout de 2 coéquipiers peut amener du fun lors de soirées entre amis, après on joue souvent à 4 et non à 3. À voir donc.

Note : On vient d’apprendre que le jeu ne serait pas disponible à Noël et est repoussé au 21 Mai 2019.

Les non testés malheureusement

Loin de nous l’idée de dire qu’on ne les aime pas. Non, juste la Paris Games Week c’est un salon qu’on doit parcourir en général en 1 jour et une soirée. Et forcément, il faut faire un choix. Donc on a une petite pensée pour :

  • Sonic Mania Plus (qu’on adore)
  • Little Dragon Café (qui me donne envie)
  • Sonic Forces
  • Harvest Moon : Lumière d’espoir
  • Ark Survival Evolved
  • Ark Park
  • PixArx
  • Let’s Sing 2019 : Hits Français et Internationaux
Facebook
Twitter
WhatsApp

Manoloben

Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC (4 couleurs), puis des consoles de salon (Nes, Megadrive, PlayStation). C'est dans les années 2000 avec la découverte de Dreamcast, puis la Neogeo Pocket l'a fait sombrer chez SNK. Pire, il a eu une GP32... Manoloben a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-Gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, liberté d'expression et discussion ouverte sont ses leitmotivs.