Graveyard Keeper, le test sur PC – La mort vous va si bien!

Graveyard Keeper, le test sur PC – La mort vous va si bien!

Par Svenky

Après Punch Club un très bon jeu de simulation de vie d’un boxeur, Lazy Bear Games, nous propose un jeu de gestion de cimetière.

Vous rentrez tranquillement chez vous quand votre téléphone sonne, vous déconcentrant juste assez pour avoir un accident de voiture. En vous réveillant, vous êtes dans un cimetière et on vous demande de déterrer un crâne qui parle, et tout ça, dans un univers médiéval. Oui, je sais, le pitch est un peu bizarre, mais les dialogues sont remplis d’humour.

Dans ce titre, vous serez tour à tour, un bûcheron, un tailleur de pierre, un forgeron, un aventurier, un journaliste, un cuisinier, un marchand, un gardien de cimetière, un boucher et j’en oublie certainement.

C’est que cette multiplicité de choses à faire peut faire peur de prime abord, mais tout est lié de manière assez logique. Pour entretenir votre cimetière, vous allez devoir « crafter » de quoi le rendre beau, mais vous pourrez aussi vendre du bois de chauffage fraîchement coupé pour vous faire de l’argent.

Graveyard Keeper 1 PC

Vendre du bois n’est pas le seul moyen d’obtenir un peu de monnaie. Faire votre boulot de gardien de cimetière (en enterrant les cadavres amenés par un âne qui parle…) vous fera obtenir des certificats et quelques piécettes.

Petit bémol, les déplacements, ils sont longs et fastidieux, le jeu gagnerait beaucoup à proposer un système de téléportation plus poussé permettant de se rendre dans n’importe quel endroit visité.

Pour avancer dans le jeu, vous allez aussi devoir farmer des ressources. Les quêtes vous demandent souvent de fournir un objet ou d’aller voir un PNJ qui n’apparaîtra pas avant la fin d’une suite de quêtes dans laquelle à un moment où un autre on vous demandera de farmer.

Le problème, si je puis dire, c’est que vous avez une barre d’endurance qui fonctionne exactement de la même manière que dans Punch Club, les actions feront fondre comme neige au soleil cette fameuse barre.

La gestion de l’effort devient un véritable enjeu stratégique surtout quand les quêtes ont des « deadlines » un peu serré.

Il vous faudra environ une trentaine d’heures pour venir à bout du jeu.

Après votre première partie, vous aurez certainement envie de recommencer pour optimiser votre façon de jouer.

Graveyard Keeper est bon titre, qui s’adresse à un publique averti. Les graphismes, la partie répétitive et l’ambiance pourrait en rebuter plus d’un. Je vous propose quand même de vous laisser tenter et d’aller donner quelques coups de pelles dans le cimetière par vous-même.

Note:

Facebook
Twitter
WhatsApp

Svenky

Fan de jeux vidéos depuis les années 90 grâce ou à cause de Zool, son tout premier jeu. Depuis, fan de FPS, de RPG et de JDR papier, il arpente les confins du net à la recherche de pépites vidéoludiques. Principalement joueur de jeux PC, il n’hésite pas à regarder ce qu’il se fait dans le monde des jeux consoles. Il rejoint l’équipe d’Air-Gaming en 2018 dans l’espoir de pouvoir partager sa passion avec le plus grand nombre.