Theme Park, le test sur 3DS

theme park ds

Theme Park, un jeu de Bullfrog des années 1990. Une pépite d’un autre temps qui a eu le droit à de nombreuses versions plus ou moins réussies. Je pense avec émotion à celle sur Megadrive qui souffrant de trop peu de mémoire s’était vu tronquée quelques fonctionnalités dans la création de « Montagnes russes », mais qui avait eu quelques bonus comme son nombre d’attractions passant de 25 à plus de 30. Depuis Bullfrog a fermé, Electronics Arts a déposé ses pattes velues sur le bébé et à continuer à user la licence jusqu’à la moelle. Je pense à Theme Park World, ce rejeton mal formé, le passage en 3D ne l’ayant pas aidé… Alors sur Nintendo DS qu’en est-il?

Déjà l’enfant est resté en 2D, il reprend d’ailleurs les graphismes de la version PC avec il faut bien avouer un filtre « bouilli » intégré. Surement dû à la résolution de la DS qui est plus petite que sur PC. Le jeu reprendra les mêmes mécanismes de stock, d’attraction, de décors, de gestion de personnel (et de foutue grève… pardon!). Bref c’est la même simulation qu’il y a 20 ans. En soi, toujours très bonne, Electronics Arts a voulu ajouter un soupçon de Sim City 2000, avec l’arrivée d’un conseiller à choisir par quatre personnages. Chacun ayant ses aspirations et pouvant vous aider plus ou moins bien. C’est anecdotique! Mais le vrai problème de cette version DS étant la maniabilité, alors qu’à la souris tout se gére très bien, qu’à la manette les développeurs avaient évité le pire, là on est au sommet de ce qui agace. Un seul exemple devrait suffire. Dans ce Theme Park, on ne clique pas, on gribouille/entoure les boutons que l’on souhaite cliquer. Voilà, cette petite manipulation va vous couter de précieuses secondes dans votre gestion et surtout littéralement « vous prendre la tête ». Après 40 minutes, on mord le stylet et l’envie de jeter la Nintendo DS se faufilera dans vos pensées.

Note : Vous constaterez que ce test n’a pas d’image du jeu, ni même de vidéo, je m’en excuse, mais je n’ai trouvé aucune image officielle sur le site d’Electronics Arts à croire que le jeu n’a jamais existé.

Note {snippet 2-10}
Ressusciter les morts n’a jamais rien donné de bon, le pauvre Frankenstein en avait déjà fait les frais auparavant. Mais Electronics Arts n’ayant pas d’âme (ou alors vendu au diable), on peut donc s’attendre à une résurrection tous les cinq ans de l’enfant prodige avec de vraies fausses bonnes idées afin de noyer « le nostalgique » dans un flot d’émotion, l’amenant à l’achat compulsif. Merci EA! Triste vie à Theme Park! Sachez qu’il se trouve aujourd’hui à 6,90€ en occasion dans n’importe quel Cash Converter si le trip nostalgique vous prend.

 

{loadposition Manoloben-auteur}
{loadposition articles-relies}

{loadposition Manoloben-menu}