Dawn of Ultra Pong, « Have you met Pong? » à l’IndieCade

dawnofUltraPong

L’IndieCade, c’était l’occasion de prendre un peu le pouls d’Indé que l’on connait, et d’autres que l’on connait beaucoup moins (et que l’on n’avait absolument pas prévu de voir sur son planning, c’est aussi ça l’IndieCade). C’était le cas Franco Bugnano, Lead Developer chez Cownado Studios. Malin il était sur sa table au milieu de la salle, deux Android sur le coude proposant à chacun de le combattre sur son jeu Dawn of Ultra Pong. L’homme de goût – à l’allure de métaleux – me venda superbement bien son jeu déjà disponible gratuitement. Et vous savez que j’aime ce qui est gratuit?

« Challenge Accepted » hurlège! Me ravisant deux minutes plus tard, suite à de multiples défaites… le titre reprend les règles d’un Pong avec ce fameux vaisseau renvoyant la balle vers son ennemi. Les nouveautés sont les briques que l’on peut détruire, et les pouvoirs acquis comme dans un Arkanoïd. Inversion des commandes, réduction de la taille de la barre, multiballes. Le match fonctionnant avec un système de point, une balle dans votre camp +1 pour votre ennemi, -1 pour vous, et inversement, le premier à 8 a gagné. La maniabilité est difficile varie de difficile à acceptable en fonction du matériel utilisé (téléphone portable ou tablette) car le jeu fonctionne selon l’inclinaison de celui-ci. Mais l’expérience multijoueur est bien gérée par Bluetooth. Une future mise à jour devrait permettre le jeu via WiFi. Un jeu gratuit à garder sous le coude donc!

 

{loadposition articles-relies}
{gallery}Android-Dawn-of-Ultra-Pong{/gallery}

{loadposition Manoloben-auteur}

{loadposition Manoloben-menu}

 

Manoloben

Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC (4 couleurs), puis des consoles de salon (Nes, Megadrive, PlayStation). C'est dans les années 2000 avec la découverte de Dreamcast, puis la Neogeo Pocket l'a fait sombrer chez SNK. Pire, il a eu une GP32... Manoloben a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-Gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, liberté d'expression et discussion ouverte sont ses leitmotivs.