SpeedX 3D Hyper Edition, le test sur 3DS

TB 3DSDS SpeedX3DHyperEdition C

Sur l’e-Shop on trouve de tout, du bon, du moins bon, des livres, des vidéos, des jeux et aussi des non-jeux (appellation personnelle non déposée). C’est un peu à cette dernière catégorie qu’appartient SpeedX 3D Hyper Edition, le non-jeu tiré du jeu Speed X. Qu’est-ce qu’un non-jeu me direz vous? Et pourquoi lui donner cette étrange appellation ? Pour moi, le non-jeu ressemble à s’y méprendre à une démonstration technique, sous-entendu « regarder ce que l’on est capable de faire », mais derrière c’est creux. Souvent, le non-jeu ne possède pas de scénario (dans certains cas, on pardonne), le non-jeu ne contiendra pas plusieurs modes de jeu (dans certains cas, on pardonne), le non-jeu se génère aléatoirement (dans certains cas ici encore, on peut pardonner), le non-jeu pour se donner une raison exister aura surement comme but d’obtenir le meilleur score, celui étant obtenu de manière linéaire et cela afin de travestir la misère. SpeedX 3D Hyper Edition c’est tout cela à la fois.

Note

3/10

Derrière un principe ressemblant comme deux gouttes d’eau à un Runner-Game SpeedX 3D Hyper Edition cache un jeu qui aurait pu devenir intéressant. La maniabilité est bonne, la musique techno agréable (autant que peut l’être de la techno), les principes de boost et de bouclier ne sont pas mauvais. Basés sur leur moteur, les développeurs auraient pu avec un peu d’effort créer un F-Zéro et rendre heureux des milliers de joueurs, c’est un vrai gâchis doublé d’un manque d’ambition flagrant! Alors certes pour 1€ on ne s’attendait pas à grand-chose, mais dans les années 90 ce genre de « jeu » se partageait librement sur disquette et on appelait ça une Demo.

{loadposition articles-relies}
{gallery}3DS-SpeedX-3D-Hyper-Edition{/gallery}

{loadposition Manoloben-auteur}

{loadposition Manoloben-menu}