►Test
Olivier B.

Star Wars Episode I : Racer, le test sur Game Boy Color

La course de Pods est l’un des moments forts du film Star Wars : Episode I. Il a donc été tout naturellement adapté en jeu vidéo afin de retranscrire les sensations fortes que procurent ces bêtes de course. Le principe de jeu est identique à la version Nintendo 64 et PC, à quelques détails près. Les courses se déroulent sur de multiples planètes bien connues des amateurs de l’univers de Star Wars : le désert de Tatooine, les circuits glacés de Ando Prime ou encore les marécages de Baroonda, soit au total 20 planètes. Chaque course est, en fait, un duel entre Anakin et l’un de ses nombreux adversaires. La victoire signifie l’acquisition d’un nouveau Pod aux caractéristiques variables. L’animation est très rapide et l’angle de vue aérien ne facilite pas la conduite ; heureusement que les programmeurs ont pensé à incorporer une balise d’alerte fléchée indiquant les virages… Il s’agit d’être attentif, sinon c’est l’accident assuré et la destruction du véhicule. Une fois n’est pas coutume, la réalisation est à la hauteur de la licence. Les graphismes et les bruitages sont d’un très bon niveau et l’introduction, même si elle ne dure qu’une poignée de secondes, est décoiffante :

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

SNK vs Capcom : Card Fighters, le test sur NeoGeo Pocket

SNK et Capcom comptent bien exploiter au maximum leur licence commune. Le premier titre à voir le jour, SNK vs Capcom : Card Fighters se présente comme un jeu de cartes. Tous les personnages des deux firmes sont représentés sur plus de 300 cartes au total, chacune ayant des caractéristiques propres (points de vie, attaques spéciales, etc.) et s’affrontent en duel : le gagnant remporte les cartes de l’adversaire. Votre héros se promène à travers divers lieux à la recherche d’adversaires à affronter et de nouvelles cartes à gagner.  

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Naruto Ninja Council, sur Nintendo DS

Fans du ninja Naruto, vous pouvez ranger vos shurikens. En effet, le premier titre tiré de l’anime à sortir sur Nintendo DS en Europe est une belle déception. Naruto Ninja Council European Version se présente sous la forme d’un jeu de combat, un peu dans le style de Smash Bros de Nintendo. Comprenez par là petits et nombreux personnages, grandes aires de jeu et défouloir maximal, surtout à plusieurs. Ca, c’était pour la théorie. En pratique, Naruto Ninja Council European Version se révèle être très classique et rapidement lassant. Les missions du principal mode (une soixantaine) : battre tel adversaire, tuer tant et tant de loups, sortir telle technique face à tel adversaire, etc. Ces dernières sont à réaliser à l’aide de l’écran tactile et du stylet. La trame scénaristique n’est absolument pas exploitée et il n’y a pas de mise en scène digne du manga. Techniquement, le titre est plutôt joli. La 2D est plutôt fine, le tout est bien animé. Mais ne vous fiez pas à cet emballage accrocheur. L’ambiance sonore est des plus basiques et l’on s’interroge parfois sur la pertinence des thèmes choisis, qui ne collent pas forcément bien à l’action. Côté gameplay, c’est correct, les

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Roadsters Trophy, le test sur Game Boy Color

On est en l’an 2000. Mais à force de retards, Roadsters ne pouvait être commercialisé avec le millésime 1999 ! Changement de nom, donc. En fait, derrière Roadsters Trophy se cache le vénérable Crazy Cars 3 qui a connu quelques heures de gloire dans le passé sur Amiga et Atari ST. La recette est très simple : mélangez des courses illégales, des paris avec des milliers de dollars en jeu et vous obtenez un cocktail explosif ! Vous devrez participer à des courses sur les cinq continents contre des concurrents prêts à tout pour rafler la mise et froisser de la tôle. La police locale se mêle également de vos petites affaires et ne se gênera pas pour vous coller d’innombrables amendes pour excès de vitesse. Des sommes à régler cash grâce aux gains des courses et des paris. En effet, il est possible de parier une certaine somme sur votre propre victoire : un moyen de plus pour mettre la pression sur le joueur qui aura déjà bien du mal à entretenir, réparer et améliorer son bolide grâce aux nombreuses pièces proposées en boutique… Bref, pour gagner, il faut rouler sur l’or (hé hé !). L’interface de jeu est

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

SokoMania, le test sur Lynx

SokoMania est un clone du très classique jeu de réflexion Sokoban. Vous contrôlez Harry, un ouvrier chargé de pousser des caisses jusqu’à un endroit bien précis dans une usine. Notre ami est un peu bête et il ne sait que pousser ces caisses droit devant lui. Le problème vient du fait que l’usine a une architecture très complexe et sinueuse : il va falloir vous remuer les méninges pour ne pas rester bloqué au fond d’un couloir ! C’est très difficile, d’autant plus qu’il n’y a souvent qu’une seule solution et il faut pousser tout ce bazar dans un seul et unique ordre. La cartouche comprend 100 niveaux tous plus tordus les uns que les autres et il faut une bonne dose de courage pour les passer avec succès, seuls les plus accro en viendront à bout. Ala fin de chaque level, on reçoit un password. Pour stresser un peu le joueur, le soft comptabilise les déplacements de Harry (qui se font case par case). L’intérêt est pourtant bien là car SokoMania reste un grand classique. La réalisation est parfaite pour ce genre de jeu et c’est là que l’on voit véritablement l’écart technique qu’il peut y avoir entre une

Lire la suite »
►Test
La Team

Warioland 2, le test sur Game Boy Color

La mascotte de Nintendo sur Game Boy est de retour, dans une version colorisée cette fois-ci ! Warioland 2 est un jeu de plates-formes très classique. Notre ami Wario vient de se faire voler son trésor par son ennemi juré, le Captain Syrup. Il décide de poursuivre ce brigand pour récupérer son bien. Wario va devoir parcourir plus de 50 niveaux et éliminer des dizaines d’adversaires qui tentent de lui barrer la route de diverses manières. Cinq fins différentes sont possibles car certains niveaux proposent plusieurs sorties. Ces niveaux sont remplis de pièces secrètes qui recèlent de nombreux trésors et sont accessibles en défonçant des décors. Pour finir, si l’on arrive au bout des 52 niveaux proposés, si l’on collecte tous les trésors ainsi que les morceaux d’images à la fin de chaque niveau en résolvant un minipuzzle, un niveau ainsi qu’un jeu secrets deviennent jouables. Nintendo nous propose une fois de plus un excellent jeu de plates-formes pour sa console portative. Tout y est fait pour tenir en haleine le joueur le plus longtemps possible. En effet, la durée de vie est conséquente d’autant plus que certains passages sont plutôt ardus. C’est le principal reproche que l’on peut formuler

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Tazmania Devil : Munching Madness, le test Game Boy Color

La mascotte de Warner Bros fait ses débuts en solo sur Game Boy Color dans un jeu de plates-formes assez réussi. En créant Tazmania Devil : Munching Madness, Sunsoft savait que ce jeu devrait être suffisamment original pour se démarquer de la concurrence. Ce qui étonne est la perspective utilisée, aérienne, un style plus approprié aux RPG. Mais l’action reste maîtresse de ce jeu, Taz doit amasser des quantités impressionnantes de nourriture tout en éliminant ses adversaires. Une mission d’autant plus difficile que les cartes sont véritablement gigantesques (neuf en tout). Une fois cette nourriture collectée, un médaillon apparaît. Au cinquième, vous passez au niveau suivant et ainsi de suite. Ultra répétitif ! Heureusement que de nombreuses variantes ont été incluses dans la cartouche : combattre des boss, faire la course avec le frère de Taz, etc. Malheureusement, cela ne sauve pas le joueur de l’ennui, les niveaux étant bien trop vastes. On se perd facilement, même si Taz se tourne automatiquement dans la direction du bout de nourriture le plus proche. Un système de mots de passe permet de sauvegarder la partie. La réalisation technique se situe dans la bonne moyenne même si les sprites auraient pu être un

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Hugo 2 1/2, le test Game Boy Color

Hugo a connu son heure de gloire il y a quelques années à la télévision (avec Karen Chéryl !), mais cette adaptation ne présente vraiment aucun intérêt. Hugo 2 1/2 est plus un dessin animé interactif qu’un véritable jeu, c’est dire si son principe est limité. Hugo doit, au cours de multiples épreuves très répétitives (surf, natation, avion, etc.), ramasser un certain nombre de sacs d’or tout en évitant les pièges qu’on lui a tendus. Tout le jeu se résume à appuyer sur la bonne touche au bon moment et il est même rare que les boutons A et B soient utilisés ! Le plaisir de jouer en souffre au bout de dix minutes, même si la réalisation fait honneur à la Game Boy, aussi bien couleurs que monochrome.

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Dogz et Catz, le test Game Boy Color

Dogz et Catz vous proposent de devenir, pour un temps, un maître exemplaire. Sélectionnez un chat ou un chien parmi un panel de trois races aux comportements et attentes spécifiques. Dans Catz, par exemple, le chat persan quémandera beaucoup plus d’attention et d’affection que les autres. Les chiens ont besoin de beaucoup d’activités. Une petite branche ou un os en caoutchouc et le tour est joué ! Pour subvenir aux besoins vitaux de ces chères bêtes, une étagère d’accessoires (plutôt fournie) est disponible par simple click avec le bouton Select. Le bouton A sert à diriger l’animal et le bouton B à distribuer quelques caresses. A vous d’anticiper leurs désirs en matière de nourriture et de distraction car, bien sûr, ils ne sont pas doués de parole. Alors ça miaule, ça aboie, ça jappe, ça ronronne… Insupportable ! Si le principe peut paraître attachant, il se révèle un peu limité au bout de quelques minutes : l’aire de jeu, sur laquelle l’animal évolue, n’est autre que l’écran de la Game Boy, toujours fixe et sans aucun scrolling. Les graphismes sont moyens et il arrive même qu’il survienne quelques erreurs de programmation assez gênantes, lorsque, par exemple, un chien s’assoit sur

Lire la suite »
►Test
Olivier B.

Konami GB Collection Vol. 1, le test Game Boy Color

Konami racle ses fonds de tiroir pour nous ressortir ses hits d’antan. Cette nouvelle compilation pourrait bien réconcilier tous ceux qui critiquent ce genre de réédition car celle-ci est réussie et variée. On y retrouve Konami Racing, une simulation de Formule 1 dotée de 25 circuits et d’une perspective aérienne, ce qui lui confère une excellente jouabilité. Castlevania et Probotector entrent dans la catégorie des jeux de plates-formes dans la plus pure tradition du genre : pourfendre ses ennemis et collecter des bonus sera votre mission, le premier se situant dans un univers d’heroic fantasy et le second dans un monde futuriste. Enfin, dans Gradius, votre tâche sera de bouter hors de la galaxie une race d’aliens plutôt belliqueuse à bord d’un vaisseau ultrasophistiqué. Vous l’aurez compris, c’est de shoot’em up dont il s’agit.  

Lire la suite »
♪Reportage
Kuk

[Interview][Gamescom 2023] Entretien exclusif avec Niantic sur Monster Hunter Now

Discussion sur le Stand Monster Hunter de la Gamescom 2023. L’échange est la retranscription la plus fidèle des déclarations de Monsieur Kei Kawai. Je me suis cependant permis de parfois modifier un phrasé oral et d’intégrer une ponctuation. Air-Gaming : Pourriez vous vous présentez et présenter la société Niantic ? Kei Kawai : Je m’appelle Kei Kawai, directeur des produits chez Niantic, Inc.

Lire la suite »
¶Dossier
La Team

Gros concours d’aout annuel (Console à gagner)

Vous le savez depuis le temps, chaque année on fait un concours qui va bien pendant la Gamescom. C’est le gros événements de l’année et on veut vous avoir à nos côtés durant cette période incroyable. Pour cette raison et pour vous remercier de votre fidélité, on lance le concours en ce 13 aout, cette année encore de superbe lots

Lire la suite »
✎Interview
VTG

Interview de Yoan FANISE, directeur de DigixArt.

Nous avons eu l’honneur de réaliser une interview de Yoan FANISE, co-fondateur et directeur du studio DigixArt. Ayant participé avec Ubisoft au succès mondial Soldats Inconnus : mémoires de la Grande Guerre, il fonde en 2015 son propre studio. Road 96, 11-11 Memories Retold ou encore Lost in Harmony font partie des œuvres réalisées par ce studio français. Leur œuvre

Lire la suite »
A LIRE ABSOLUMENT!
On est vraiment désolé, mais internet et Wordpress oblige, on doit surement stocker des cookies sur votre ordinateur. Si vous n'en voulez pas, je vous invite à partir (de l'internet). Sinon, venez, on est sympa!