Le stand Namco Bandai à la Paris Games Week 2018 : Man of Medan, Jump Force, 11-11 Memories Retold

Le stand Namco Bandai à la Paris Games Week 2018 : Man of Medan, Jump Force, 11-11 Memories Retold

Et si vous arrêtiez de faire semblant de jouer!

Par Manoloben

Jump Force à la Paris Games Week 2018

Rien de tel pour commencer son vendredi que de se lancer sur Jump Force sur le stand Bandai Namco de la Paris Games Week 2018. Ce jeu de combat en équipe met en scène les héros Jump (le magazine ayant juste vu les plus grandes séries manga naitre dans ses pages). Rien de moins que les personnages emblématiques de Dragon Ball Z, One Piece, Naruto, Bleach (et d’autres) sont disponible pour en découdre en équipe de 3. L’essai a été plaisant, le jeu est rythmé, graphiquement il en met plein les yeux, et il m’a semblé assez technique avec un système de contre, des attaques d’équipiers et une bonne quantité de coups « spéciaux ». Malheureusement sur le salon pas le temps de regarder la documentation pour essayer de sortir quelque chose de travaillé, l’IA n’ayant pas perdu de temps pour me mettre une raclée mémorable.

« Je l’aurais un jour, je l’aurais! »

The Dark Picture anthology : Man of Medan

La démo de Man of Medan était la même que celle disponible à la Gamescom. Heureusement pour moi Kuk et Angi ne sont pas allés faire un tour sur le stand Bandai Namco durant le salon allemand. J’ai donc profité de la disponibilité du titre sur le salon Paris Games Week 2018 pour y jeter un coup d’oeil.

En tant que grand fan d’Until Dawn (pour moi cinéma d’horreur et jeu vidéo font un ménage détonnant), je me suis réjouie de pouvoir mettre mes mains sur la manette. L’ambiance dans le navire était parfaite, cloisonnement, bruit de métal qui travaille, une image sombre parfaite pour se faire peur. Bon la démo était très scripte (volontairement semble-t-il), mais cela n’a rien d’étonnant leur premier titre l’était aussi beaucoup, c’est le genre qui veut ça. En tout cas, le titre semble obéir aux règles du genre. À voir si le titre se démarque avec un peu d’originalité. Pour le moment, j’ai eu l’impression d’être dans le navire du « Vaisseau de l’Angoisse ».

On va leur laisser le temps, pour le moment le jeu est prévu pour 2019 sans plus d’information.

"Une peinture animée, impressionant!"

11-11 Memories Retold

Fauteuil cosi, manette en main, nous prenions la quinzaine de minutes nécessaire au parcours de la démo disponible sur le stand. Manquait peut-être un bon scotch aussi (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé toussa toussa!)

Après quelques minutes, je ne souhaitais plus bouger de mon fauteuil, mon prochain rendez-vous me força à abandonner les deux héros de l’histoire à leur destin. En effet, 11-11 Memories Retold a la particularité de vous mettre dans la peau d’un photographe canadien enrôlé et d’un technicien allemand, tous deux ont de bonnes raisons de retrouver sur le front. Ils vont durant cette aventure tout faire pour rester en vie et retrouver leurs proches.

Le jeu se présente sous la forme d’un jeu d’aventure avec quelques « puzzles » a résoudre pour faire avancer l’histoire. Peu original sur son gameplay, c’est sa narration et son design qui sont à tomber. Une véritable peinture animée se déroule sous vos yeux, c’est impressionnant, mais aussi déroutant. Cela rend des scènes qui pourraient être tristes ou macabres absolument magnifiques, onirique ou encore mélancolique.

Après mes 15 minutes de jeu dont je spoilerai pas le contenu, je n’ai qu’une seule envie découvrir l’histoire sur PlayStation 4 (ou Xbox One) à sa sortie le 8 novembre.

Les non testés malheureusement

Loin de nous l’idée de dire qu’on ne les aime pas. Non, juste la Paris Games Week c’est un salon qu’on doit parcourir en général en 1 jour et une soirée. Et forcément, il faut faire un choix. Donc on a une petite pensée pour :

  • Ace Combat 7
  • Soul Calibur VI
Facebook
Twitter
WhatsApp

Manoloben

Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC (4 couleurs), puis des consoles de salon (Nes, Megadrive, PlayStation). C'est dans les années 2000 avec la découverte de Dreamcast, puis la Neogeo Pocket l'a fait sombrer chez SNK. Pire, il a eu une GP32... Manoloben a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-Gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, liberté d'expression et discussion ouverte sont ses leitmotivs.